•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D’anciens champions canadiens en croisade pour le report des Jeux de Tokyo

Ils se tiennent debout lors d'une conférence de presse. Derrière eux, le logo des Jeux olympiques de Tokyo 2020.

La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, le président du comité organisateur des Jeux de Tokyo, Yoshiro Mori, le président du Comité international olympique, Thomas Bach, et le premier ministre japonais, Shinzo Abe

Photo : Getty Images / BEHROUZ MEHRI

Radio-Canada

D’anciens athlètes canadiens lancent une pétition et exhortent le Comité international olympique (CIO) de reporter les Jeux de Tokyo pendant que le monde du sport est à l’arrêt à cause de la pandémie de coronavirus.

L'ancien spécialiste des bosses et cofondateur de B2dix, Dominick Gauthier, est à l'origine de cette mobilisation. Arrêtons ce cirque, il n'y aura pas de cirque cet été.

Les champions olympiques et paralympiques Alexandre Bilodeau (bosses), Jean-Luc Brassard (bosses), Sylvie Fréchette (nage synchronisée), Philippe Gagnon (natation), Jennifer Heil (bosses) et Clara Hughes (patinage de vitesse), entre autres, de même que Lyne Bessette (cyclisme), Alex Harvey (ski de fond) et Joannie Rochette (patinage artistique), demandent d'une même voix au CIO de penser avant tout à la santé des athlètes.

C'est de voir si on ne peut pas se mettre ensemble pour faire une demande claire au CIO pour que lui-même soit clair. C'est une évidence, il n'y aura pas de Jeux olympiques et paralympiques cet été à Tokyo.

Dominick Gauthier, cofondateur de B2dix

Maintenant, il y aura sûrement des solutions, ça prendra du temps, c'est complexe, mais là qu'on arrête de créer cette incertitude parmi tous les athlètes, les entraîneurs et les délégations. La décision, elle est claire, selon nous, renchérit Dominick Gauthier. On leur demande de rapidement prendre cette décision, de l'annoncer.

Et si l'on doit prendre plus de temps pour trouver des pistes de solution, et bien on prendra le temps qu'il faudra à ce moment-là.

Il s'agit de la première fois que des athlètes olympiques d'un même pays se mobilisent de la sorte. Ils espèrent que leur cri du cœur soit entendu à Lausanne, là où siège le CIO.

Ce qu'on espère, c'est de faire boule de neige un peu, de ramasser un certain nombre de médaillés, mais également des athlètes olympiques qui, comme moi, comprennent bien la situation que vivent présentement les athlètes, explique Dominick Gauthier.

Qui peut être une autruche avec un cou assez long pour dire qu'il y aura des Olympiques cet été? Voyons donc, c'est jouer avec les émotions des athlètes, enchaîne-t-il.

Partout sur la planète, les événements sportifs sont annulés ou reportés. Les Jeux olympiques de Tokyo, plus grand rendez-vous de 2020, n’ont pas encore été rayés du calendrier. De nombreux athlètes, et même des représentants de fédérations sportives nationales, en sont choqués.

Le CIO martelait mardi qu’il n’était pas encore temps de prendre des décisions radicales. Mercredi, il changeait de ton en reconnaissant l’ampleur du défi qui se trouve devant lui. Il n’y a pas de solution idéale, a-t-il lancé.

Peut-être que certains athlètes trouveront même notre demande déplacée, que ce n'est pas à nous de dire quoi que ce soit parce qu'on a déjà été des athlètes olympiques, et je les comprendrais. C'est vrai que lorsqu'on est si près de notre objectif ultime, ce qu'on a travaillé toute notre vie... mais ça n'arrivera pas! Il n'y en aura pas de Jeux cet été.

Dominick Gauthier, cofondateur de B2dix

On ne peut pas attendre au mois de mai, les athlètes ne peuvent pas continuer à s'entraîner, on ne peut pas continuer à dépenser de l'argent en espérant qu'il y ait peut-être des Jeux, alors qu'il n'y en aura pas, martèle-t-il. On crée plus de dommages présentement en reportant l'annonce de quelques semaines, de quelques mois.

Avec les informations de Robert Frosi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !