•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : pas de « décisions radicales » à prendre pour Tokyo, dit le CIO

Thomas Bach parle pendant une rencontre de presse.

Thomas Bach, président du CIO

Photo : Getty Images / AFP/Fabrice Coffrini

Radio-Canada

Le Comité international olympique (CIO), en réunion avec les fédérations internationales mardi et mercredi à Lausanne, estime qu'il n'est pas encore temps de prendre des « décisions radicales » sur la tenue des Jeux olympiques de Tokyo, au moment où le monde du sport est à l'arrêt à cause du coronavirus.

La réunion entre le CIO et les fédérations internationales (FI) a duré deux heures, mardi, et les FI ont pu poser des questions.

Le CIO a présenté ses mesures et nous avons pu poser nos questions, a confié à l'agence AFP un responsable de la Fédération internationale de natation (FINA).

Nous sommes satisfaits des annonces, et nous allons suivre les recommandations, a-t-il ajouté.

Thomas Bach en réunion avec le comité exécutif du CIO

Thomas Bach en réunion avec le comité exécutif du CIO

Photo : Getty Images / FABRICE COFFRINI

Celle qui retient l'attention, c'est que le CIO ne compte pas prendre pour le moment des décisions radicales sur la tenue des Jeux.

C'est de l'obstination de la part du CIO, a réagi un responsable du sport international à l'AFP. Face à une menace sanitaire sans précédent, le mythe de la défense des valeurs s'effondre.

Au bout des heures de discussion, un communiqué très complet du CIO a été publié après avoir été approuvé à l’unanimité par son comité exécutif et toutes les fédérations internationales des sports olympiques d’été.

Le CIO dit vouloir poursuivre ses consultations avec toutes les parties prenantes des Jeux de Tokyo. Les premières ont eu lieu avec les fédérations internationales des sports olympiques d’été. Celles avec les comités nationaux olympiques (CNO), les représentants des athlètes, le Comité international paralympique (IPC), d’autres fédérations internationales et d’autres parties prenantes suivront dans les prochains jours.

Le communiqué diffusé mardi a été approuvé à l’unanimité par sa commission exécutive et toutes les fédérations internationales des sports olympiques d’été.

En préambule, le CIO précise qu'il continuera d’agir comme une organisation responsable et, dans ce contexte, il demande à tous ses partenaires, dans le cadre de leurs attributions respectives, de tout faire pour contribuer à endiguer le virus.

Il s’agit là d’une situation sans précédent pour le monde entier et nos pensées vont à tous ceux qui sont touchés par cette crise, peut-on lire en ouverture du communiqué. Nous sommes solidaires avec l'ensemble de la société afin de faire tout notre possible pour contenir le virus.

La situation relative au virus de la COVID-19 évolue de jour en jour, et a un impact sur les préparatifs des Jeux olympiques de Tokyo.

À un peu plus de quatre mois de l’ouverture de ces Jeux, il n’est pas nécessaire de prendre de décisions radicales et toute spéculation à ce stade serait contre-productive, écrit le CIO.

Le CIO poursuit en encourageant tous les athlètes à continuer de se préparer pour les Jeux de Tokyo.

Le CIO est convaincu que les nombreuses mesures prises par les autorités dans le monde entier aideront à contenir la situation quant au coronavirus.

Le CIO promet de continuer à agir de manière responsable pour protéger la santé de toutes les personnes concernées et contribuer à éradiquer le virus et préserver les intérêts des athlètes et du sport olympique.

Le communiqué précise que le CIO continuera de suivre la situation de façon continue, avec le groupe de travail mis en place en février, composé du CIO, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du comité d’organisation de Tokyo 2020, des autorités japonaises et du gouvernement métropolitain de Tokyo.

Pas une question de sous

Le CIO insiste sur le fait que sa décision ne sera pas dictée par des intérêts financiers.

Grâce à ses politiques et assurances en matière de gestion des risques, le CIO sera dans tous les cas en mesure de poursuivre ses opérations et d’accomplir sa mission qui est d’organiser les Jeux olympiques, précise le communiqué.

Un certain nombre de mesures ont été prises. Le format de toutes les épreuves tests prévues en mars et en avril a été modifié afin de pouvoir tester les éléments essentiels des Jeux.

Une personne allume le flambeau lors d'une répétition du relais de la flamme des Jeux de 2020 à Tokyo.

Le relais de la flamme des Jeux de 2020 à Tokyo

Photo : Getty Images / CHARLY TRIBALLEAU

Pour pallier l'annulation des épreuves de qualification

Toutes les composantes du mouvement olympique et les athlètes font face actuellement à des difficultés importantes pour l'obtention des dernières places de qualification pour les Jeux. Dans certains pays, les athlètes ont même du mal à poursuivre leur programme d'entraînement habituel, écrit le CIO.

Le CIO est rassuré par la solidarité et la flexibilité dont font preuve les athlètes, les fédérations internationales et les comités olympiques nationaux, poursuit-il.

Le communiqué précise qu'en ce jour, 57 % des athlètes sont déjà qualifiés pour les Jeux de Tokyo. Pour les 43 % de places restantes, le CIO travaillera avec les fédérations pour modifier les systèmes de classification. Il fait aussi ces trois précisions.

  • 1. Toutes les places de qualification déjà attribuées à ce jour restent allouées aux CNO et aux athlètes qui les ont obtenues;
  • 2. Il est toujours possible d'utiliser les épreuves de qualification existantes et programmées lorsque celles-ci assurent un accès équitable à tous les athlètes et équipes;
  • 3. Toutes les adaptations nécessaires aux systèmes de qualification et toutes les attributions de places restantes : a) seront basées sur les résultats réels; et b) refléteront dans la mesure du possible les principes existants des systèmes de qualification respectifs (par exemple l'utilisation des classements ou des résultats lors d’une épreuve continentale/régionale spécifique).

Une augmentation du quota d'athlètes sera envisagée au cas par cas dans des circonstances exceptionnelles, avec le concours du comité d'organisation de Tokyo 2020, poursuit-il.

Thomas Bach parle de solidarité

La santé et le bien-être de toutes les personnes concernées par la préparation des Jeux de Tokyo 2020 sont notre première préoccupation, dit le président du CIO, Thomas Bach.

Toutes les mesures sont prises pour préserver la sécurité et les intérêts des athlètes, des entraîneurs et des équipes de soutien. Nous sommes une communauté olympique, nous nous soutenons mutuellement dans les bons comme dans les mauvais moments. Cette solidarité olympique nous définit en tant que communauté.

Extrait du communiqué du CIO
Thomas Bach

Thomas Bach

Photo : Getty Images / Fabrice Coffrini

Nous partageons la même approche et les mêmes principes que le CIO, ainsi que le même engagement dans la réussite des Jeux de Tokyo 2020. Nous resterons en contact et aurons d’autres consultations avec toutes les parties prenantes concernées.

Après avoir consulté les fédérations internationales, le CIO assurera dans les prochains jours un suivi avec les comités nationaux et les représentants des athlètes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Sports