•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxence Parrot plus fort que jamais

Il sourit.

Maxence Parrot

Photo : Radio-Canada / Jean-François Vachon

Michel Chabot

Maxence Parrot est de retour de Norvège avec ses deux médailles remportées aux X Games il y a quelques jours, heureux d’une saison quasi miraculeuse.

Le vice-champion olympique de slopestyle se réjouit de ses succès encore plus qu’auparavant après avoir vaincu le cancer en 2019. Il ramène chez lui quatre médailles d’or et une d’argent. Il a maintenant 13 médailles aux X Games, dont 8 d'or

Je suis extrêmement content, surtout avec tout ce qui s’est passé l’an dernier. Mon but, c’était de revenir en force, ce que j’ai réussi à faire en gagnant l’or en août aux X Games et d’avoir une bonne saison. Mais je peux honnêtement dire que je ne m’attendais pas à avoir une saison aussi forte que ça dès mon retour. Je me suis surpassé, je suis très content.

Maxence Parrot

L’athlète de 25 ans avait amorcé son retour de façon convaincante à la fin de l’été, et il a confirmé sa grande forme en fin de saison.

La dernière fois que j’avais gagné une médaille d’or en slopestyle aux X Games, c’était en 2014. J’en avais gagné dans d’autres compétitions, mais pas aux X Games. J’étais très content d’en gagner une deuxième, a-t-il ajouté.

Un défi supérieur

Cette année, un nouveau format de compétition était en vigueur. Plutôt que de prendre la note de la meilleure de deux ou trois descentes, on tenait compte du pointage de quatre descentes effectuées par les planchistes.

Il tient sa planche dans sa main droite et sa médaille dans la gauche.

Maxence Parrot avec sa médaille d'or des X Games d'Oslo

Photo : Associated Press / Fredrik Hagen

Il fallait faire des descentes différentes et j’ai réussi à bien atterrir trois fois, avec trois triples corks (triples vrilles) différents sur les derniers sauts, explique-t-il. J’étais le seul à faire ça et c’est ce qui m’a donné la médaille d’or.

Cette façon de faire est exigeante pour les athlètes qui n'ont pas de temps supplémentaire d'entraînement pour préparer une plus grande variété de sauts. Mais ultimement, Parrot a été favorisé.

Je suis un des athlètes qui a le plus de manœuvres différentes dans mes poches, donc je suis capable de m’adapter au parcours. C’est ça que les juges veulent voir, la variété. Donc, c’est bon pour moi.

Maxence Parrot

Le jeune homme de Bromont a cependant eu à faire appel à son talent d’improvisateur durant la compétition norvégienne. Il n’avait planifié que deux descentes.

J’ai dû improviser et faire des manœuvres que je n’avais pas faites à l’entraînement dans les jours d’avant, dit-il. Ce sont des manœuvres que j’avais déjà faites auparavant. Mais là, sur un parcours que je ne connaissais pas, j’ai réussi et j’étais très fier de moi.

Deux miraculés

Le Saskatchewanais Mark McMorris, qui a fini 2e en slopestyle, avait remporté l’or devant le Québécois la veille en grand saut (big air). En somme, ce sont deux miraculés qui se sont retrouvés au sommet de leur sport après leurs drames respectifs. McMorris a été victime de terribles blessures il y a trois ans, ce qui ne l’a pas empêché de retrouver toutes ses facultés.

Il montre sa médaille.

Mark McMorris

Photo : Associated Press / Anna Stonehouse

Mark, ce n’est pas drôle ce qui lui est arrivé non plus en 2017, reconnaît Parrot. Il s’est cassé le fémur et il a plusieurs morceaux de métal dans le corps. Mais il est revenu en force également. C’est drôle, tous les deux, on s’échange la première et la deuxième position. C’est une bataille entre lui et moi, mais c’est amical et c’est amusant.

Épargné par le coronavirus

Les X Games d'Oslo, la semaine dernière ont failli être annulés en raison du coronavirus. Mais les organisateurs ont finalement décidé d’aller de l’avant en imposant quelques mesures d’hygiène.

Ils nous demandaient de nous laver les mains plus souvent, mentionne Parrot. Mais après, à l’aéroport, il n’y avait rien de spécial et à Montréal non plus en arrivant, comme si tout était normal.

Plus fort, plus confiant

En rémission de son cancer depuis juin, Maxence Parrot dit ne plus souffrir des répercussions de la maladie. Il prétend même se sentir mieux que jamais.

J’ai tellement été au gym depuis que j’ai battu le cancer que je me sens plus fort et ça gonfle ma confiance. Et je pense que c’est pour ça que ça me donne de bons résultats.

Maxence Parrot

Au niveau de l’énergie par contre, j’ai un peu changé ma routine. Je prends plus de temps pour moi, pour me reposer entre les voyages. C’était l’une de mes craintes, j’avais peur d’être épuisé à la mi-saison. Donc, j’ai vraiment pris les mesures nécessaires pour être capable de me reposer et performer tout au long de la saison.

Maxence Parrot pense déjà aux Jeux olympiques de 2022, qui viendront vite.

L’année prochaine, ce sera déjà l’année de la qualification. Donc, ce sera ça le focus, me qualifier pour les Jeux olympiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ski et surf des neiges

Sports