•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coronavirus sème le chaos dans le monde du sport

Une femme avec un masque passe devant les anneaux olympiques.

Certains s'interrogent sur la tenue des Jeux olympiques et paralympiques de cet été.

Photo : Getty Images / Tomohiro Ohsumi

Radio-Canada

Le coronavirus a été signalé pour la première fois le 31 décembre. Moins d’un mois plus tard, les effets ont commencé à se faire sentir dans le monde sportif. Depuis la dernière semaine de janvier, il ne s’écoule pas 24 heures sans qu’un autre événement ne soit remis, déplacé ou carrément annulé.

La suspension de la saison de la NBA et l'annulation des Championnats du monde de patinage artistique à Montréal, mercredi, ne font que confirmer le statut de pandémie annoncé le jour même par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La semaine dernière, le Comité international olympique (CIO), par la voix de son président Thomas Bach, s'est voulu rassurant. Il a réitéré sa confiance dans des JO réussis à Tokyo.

Nous allons devoir préparer beaucoup des décisions que nous devrons prendre en juin, et faire des propositions en vue de la session du CIO, qui précédera les Jeux, a dit M. Bach.

Le CIO n'évoquait officiellement ni annulation ni report, encore moins de plan B. Les JO restent programmés du 24 juillet au 9 août. Dans l'histoire, les Jeux olympiques n'ont été annulés qu'en raison des guerres mondiales en 1916, en 1940 et en 1944.

La question du report des Jeux de Tokyo a pris de l'élan cette semaine quand un membre du comité organisateur, Haruyuki Takahashi a déclaré au Wall Street Journal qu’un report d’un à deux ans des Jeux était réaliste, s’ils ne pouvaient pas être maintenus cet été.

Le président du comité organisateur, Yoshiro Mori, qui a indiqué avoir reçu les excuses de M. Takahashi, a rapidement convié les médias à une conférence de presse pour mettre un terme à ces rumeurs.

Nous ne prévoyons pas modifier nos plans, a dit M. Mori. Mais, la préparation, qui continue, est néanmoins perturbée.

Les qualifications olympiques sont modifiées dans au moins 11 sports et on parle ici uniquement d'épreuves qualificatives regroupant plusieurs pays.

Au baseball, par exemple, l’ultime tournoi de qualifications qui devait avoir lieu au début d’avril ne se tiendra que du 17 au 21 juin, un mois à peine avant la cérémonie d’ouverture.

Plusieurs épreuves-tests pour les Jeux de Tokyo ont été annulées, et même les Jeux d’hiver ont été touchés. L’épreuve-test de biathlon qui devait se tenir à Zhangjiakou, au nord de Pékin, en vue des Jeux de 2022, a été carrément annulée.

L’épreuve-test du nouveau sport olympique qu’est l’escalade n’a pas été annulée à Tokyo, mais on la tiendra sans athlètes ni spectateurs. Bref, on testera le site, les équipements et les bénévoles.

Le comité organisateur des Jeux de Tokyo a aussi reporté la formation de ses bénévoles de février à mai.

Les sports d'hiver n'ont pas été épargnés. Les dernières courses de la Coupe du monde de ski alpin ont été annulées, ce qui veut dire que l'Italienne Federica Brignone a remporté le grand globe de cristal devant la triple tenante du titre, l'Américaine Mikaela Shiffrin, qui devait effectuer son retour après plus d'un mois d'absence après le décès de son père.

Patinage de vitesse Canada a décidé, jeudi soir, d'annuler tous les événements nationaux du reste de la saison 2019-2020. Trois Coupes Canada et les Championnats canadiens jeunesse courte piste n'auront ainsi pas lieu.

En ski de fond, l'épreuve de Québec qui doit se tenir ce week-end est toujours au calendrier, mais le deuxième volet nord-américain qui devait avoir lieu mardi au Minnesota a été annulé.

Le mondial de curling féminin, prévu ce week-end à Prince George, en Colombie-Britannique, a aussi été annulé.

Les championnats canadiens de biathlon, qui devaient avoir lieu à Québec à partir du 16 mars, n'auront pas lieu non plus.

Le virus se propage en Amérique

En Amérique du Nord, les Jeux de l’Arctique, qui devaient commencer au Yukon à la mi-mars, ont été la première manifestation annulée le 7 mars.

Dès le lendemain, le Championnat mondial de hockey féminin, prévu à la fin mars en Nouvelle-Écosse, a subi le même sort.

Quatre ligues professionnelles nord-américaines, la MLB, la LNH, la NBA et la MLS, ont commencé par limiter l’accès aux vestiaires aux athlètes et au personnel indispensable aux équipes.

Il répond aux journalistes.

Carey Price dans le vestiaire du Canadien

Photo : Radio-Canada

Puis, la Californie et l'État de Washington ont restreint les rassemblements publics. Cela a forcé la présentation de matchs à huis clos.

La NBA a enchaîné mercredi en décrétant la suspension de sa saison après qu'un joueur du Jazz de l'Utah eut été déclaré positif au coronavirus. Cette interruption d'un premier circuit nord-américain majeur a déclenché une cascade.

Jeudi, la MLS a suspendu à son tour sa saison, pour 30 jours. La Ligue des champions de la CONCACAF a également été mise en veilleuse, ce qui veut dire que l'Impact n'aura pas à se rendre immédiatement au Honduras pour le deuxième volet de sa série quart de finale qui devait avoir lieu le 17 mars.

Ce jeudi noir pour le monde sportif nord-américain s'est poursuivi quand la LNH a emboîté le pas.

Après avoir demandé jeudi matin à ses équipes de ne pas tenir d'échauffements, d'entraînements ou de rencontres d'équipes, la ligue a annoncé suspendre sa saison en espérant pouvoir la compléter et remettre la Coupe Stanley.

Puis le baseball majeur a décidé de repousser de deux semaines son début de saison et d'interrompre les camps des équipes. Les matchs préparatoires des Blue Jays de Toronto au stade olympique de Montréal sont annulés.

Au tennis, le tournoi d’Indian Wells, l'un des plus importants des circuits de l’ATP et de la WTA, a été annulé dimanche à quelques heures de ses premiers matchs. Trois jours plus tard, l'ATP annonçait son intention de suspendre de son calendrier pour six semaines et l'a confirmé jeudi. Le tournoi ATP/WTA de Miami, qui devait s'amorcer à la fin du mois de mars, a également été annulé jeudi.

Au golf, la première ronde du Championnat des joueurs de la PGA s'est amorcée sans public, jeudi, mais le circuit a finalement annulé le tournoi et les trois suivants en soirée. La LPGA a de son côté remis ses trois prochains tournois à plus tard.

Chaos au soccer européen

Au soccer, les ligues européennes ont tenté de limiter les dégâts en disputant des matchs sans public, mais ça ne s’est pas révélé suffisant.

La Coupe de France entre le Paris-Saint-Germain et Lyon, au calendrier le 4 avril, a été remise à plus tard pour éviter un huis clos, tout comme les demi-finales de la Coupe d’Italie. La fédération française a finalement annoncé jeudi qu'elle interrompait toutes ses compétitions féminines et masculines, peu importe le groupe d'âge, jusqu'à nouvel ordre.

Puis, quand le gouvernement italien a annoncé la suspension de toutes les compétitions sportives, et donc de la Serie A, jusqu'au 3 avril, les maux de tête des équipes se sont accentués, car le championnat italien ne pourra pas empiéter sur l'été à cause de l'Euro, qui doit commencer le 12 juin.

Il s'apprête à passer le ballon.

La Juventus de Turin a annoncé que le défenseur Daniele Rugani était porteur du coronavirus.

Photo : Getty Images / Alessandro Sabattini

Le championnat néerlandais a suspendu ses activités jusqu'au 31 mars. Le championnat espagnol, lui, est à l'arrêt pour deux semaines. Les joueurs du Real Madrid sont en isolement préventif pour deux semaines.

Même les matchs sans public deviennent difficiles à réaliser en raison des problèmes de mobilité des équipes.

Ainsi, l'AS Rome a annoncé qu'elle n'irait pas en Espagne pour son match contre le FC Séville, puisque les autorités espagnoles ont interdit tous les vols en provenance d'Italie, pays européen le plus touché par la COVID-19.

De son côté, le président d'une équipe espagnole, Getafe, Angel Torres, a assuré que ses joueurs ne se rendraient pas en Italie pour affronter l'Inter Milan jeudi, en Ligue Europa, de crainte de pénétrer dans un foyer de coronavirus.

Si nous devons perdre le match, nous le perdrons, a-t-il lancé.

De son côté, la Premier League a d'abord émis un communiqué en fin de journée stipulant que ses matchs auraient lieu comme prévu cette fin de semaine.

Moins d'une heure plus tard, Arsenal a annoncé que son entraîneur-chef, Mikel Arteta, est atteint de la COVID-19. Le centre d'entraînement London Colney a donc été fermé et subira un nettoyage en profondeur.

Arteta ainsi que tout le personnel de Arsenal qui a été en contact avec lui récemment seront en quarantaine, conformément aux directives sanitaires du gouvernement britannique.

À la lumière de ces développements, la Premier League est revenue sur sa décision et a convoqué une réunion d'urgence vendredi matin concernant les prochains matchs à l'horaire. Le match qui devait opposer Arsenal à Brighton, ce week-end, a été remis à une date ultérieure.

L'un des joueurs du Chelsea FC, Callum Hudson-Odoi, a aussi été déclaré positif à la maladie, jeudi soir, ce qui entraînera une fermeture partielle des installations de l'équipe ainsi que l'isolement du personnel avec qui il a travaillé de près.

Maintenant, l'attention se tourne vers l'Euro, qui doit commencer le 12 juin dans 12 villes de 12 pays.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !