•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurent Dubreuil, le patineur québécois adopté par les Néerlandais

Laurent Dubreuil est un peu chez lui à Heerenveen.

Les Néerlandais Kai Verbij et Thomas Krol et le Québécois sur le podium du 1000 m.

Le patineur de vitesse Laurent Dubreuil (à droite) est très populaire aux Pays-Bas, où son sport est une véritable religion.

Photo : The Associated Press / Peter Dejong

Michael Roy

Laurent Dubreuil a vécu l'extase à Heerenveen, aux Pays-Bas, endroit où le Québécois est d'ailleurs fort populaire. Il est un peu chez lui, là-bas.

À sa toute dernière course de la saison, il a inscrit un temps de 34,304 s au 500 m.

Jamais un patineur n'avait parcouru la distance aussi rapidement sur la mythique Thialf, la Mecque du patinage de vitesse sur longue piste.

Les bras au ciel, il a été acclamé par cette foule amoureuse de son sport national.

La réalité a vite rattrapé le patineur québécois, puisqu'en piste après lui, le Japonais Tatsuya Shinhama représentait une menace à ce record.

Dubreuil s'est assis sur un banc en bordure de piste pour regarder le dernier 500 m.

D'attendre le résultat des autres en les regardant patiner, je trouve que c'est le moment le plus stressant de notre sport. On a aucun contrôle, nous a-t-il confié quelques heures après la course.

Alors qu'il croyait quitter les Pays-Bas avec le plus grand fait d'armes de sa carrière, il n'a pu qu'observer son adversaire pulvériser la marque qu'il venait d'établir.

Shinahama a fait peut-être le meilleur 500 m de l'histoire de notre sport.

Laurent Dubreuil, patineur de vitesse sur longue piste

Bon joueur, il est allé féliciter son adversaire et a tout de même savouré l'exploit qu'il venait d'accomplir.

Je savais que c'était un accomplissement majeur, peut-être le plus grand de ma carrière. Je réalisais que c'était un moment spécial. Malgré tout, j'ai terminé deuxième. C'était vraiment une journée de rêve.

Chez lui aux Pays-Bas

Cet exploit, il l'a réalisé devant une foule néerlandaise qui est presque la sienne.

L'année dernière, Dubreuil avait défrayé les manchettes parce qu'il avait tendu une perche sur les médias sociaux afin de se trouver un toit sous lequel habiter lors des mondiaux de sprint qui avaient lieu à Heerenveen.

Le week-end dernier, il est retourné chez ces mêmes hôtes. Cette fois, il était flanqué de sa femme et de sa fille, Rose, qui a à peine 8 mois.

Je suis quand même assez populaire ici. Cette histoire-là m'avait beaucoup rapproché des gens de la place. J'étais devenu un peu le fils adopté pour la fin de semaine. Mes récents résultats aussi ont fait que les gens entendent plus parler de moi.

Quand on se fait annoncer à la ligne de départ avant les courses, évidemment ils applaudissent plus fort les Néerlandais, mais je dois être dans les deux ou trois ensuite qui reçoivent le plus de soutien.

Laurent Dubreuil, patineur de vitesse sur longue piste

Ça me donne beaucoup d'énergie, c'est une des raisons pourquoi j'ai de bons résultats ici. Le patin est très populaire et moi j'adore ça, ce sont des moments qui me motivent.

À l'aise sur le populaire ovale d'Heerenveen, le Lévisien a lui aussi adopté la ville néerlandaise en quelque sorte. Il ne cache d'ailleurs pas sur les médias sociaux, son amour pour l'équipe locale de soccer, le SC Heerenveen.

« Ça me fait vraiment ouvrir les yeux »

Laurent Dubreuil a connu la meilleure saison de sa carrière en 2019-2020. Il revient à la maison avec un titre de vice-champion du monde en sprint et une 3e place au classement général de la Coupe du monde aux 500 m et 1000 m.

D'être capable de connaître de si bons résultats sur les deux distances, ç'a débloqué complètement. Ça faisait plusieurs années que je sentais que j'étais proche, mais ça ne fonctionnait pas tout à fait.

Depuis un mois, j'enchaîne les bonnes courses à un niveau très élevé. Je crois que c'est réellement ma valeur actuellement.

Laurent Dubreuil

De faire ça, à ce moment-ci, avec deux ans à faire avant les Jeux, ça me fait vraiment ouvrir les yeux, réorienter mes objectifs et être un peu plus ambitieux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Patinage de vitesse

Sports