•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arénas vides et vestiaires fermés? La LNH évalue ses options face à la COVID-19

Il donne une conférence de presse.

Gary Bettman

Photo : La Presse canadienne / Charles Krupa

Radio-Canada

En conférence de presse samedi soir à Sunrise, en Floride, le commissaire de la Ligue nationale de hockey, Gary Bettman, a assuré que son organisation évaluait « toutes les options imaginables » face à la menace de la COVID-19.

Divers médias ont rapporté samedi que la Ligue nationale allait restreindre l'accès au vestiaire des équipes et offrir plutôt aux journalistes la possibilité de poser leurs questions aux joueurs dans une salle de presse.

Bettman a calmé le jeu et a expliqué qu'aucune décision n'avait été prise, mais il a indiqué que c'était bien une des options envisagées.

« Nous le considérons, mais il n'y a pas d'annonce formelle, a indiqué le commissaire de la LNH. Certaines équipes pourraient décider de mettre en pratique d'eux-mêmes [la fermeture du vestaire]. Comme vous savez tous, le vestiaire est un environnement intime où les joueurs ne sont pas toujours entièrement habillés et il serait peut-être mieux d'offrir des disponibilités médiatiques dans une salle de presse pour la sécurité et la santé de tous, pas juste des joueurs, mais aussi des médias. »

« Et c'est une question différente de celles des partisans dans les estrades comme les joueurs sont dans un environnement clos. Nous sommes surtout concentrés sur le fait que la proximité et la densité de personnes dans un vestiaire et l'intimité d'un après-match pourraient devoir être ajustées face au coronavirus », a-t-il ajouté.

Bettman a par ailleurs assuré que peu importe quels seront les changements effectués aux disponibilités médiatiques, ils ne seront apportés que sur une base temporaire, « en réponse directe » au coronavirus.

Le commissaire a également affirmé que la ligue n'était pas rendue au point de tenir des matchs à huis clos, comme la Serie A en Italie, par exemple.

« Je ne veux pas susciter de spéculations ou d'hystérie. Il y a évidemment une quantité de conséquences que nous devrons peut-être faire face, et nous le ferons au moment approprié, a-t-il assuré. Mais ne nous emportons pas. Nous sommes en communication constante avec l'Association des joueurs et les équipes, et nous gérerons la situation d'une manière professionnelle et minutieuse. Mais prenons tous une profonde respiration. »

La LNH n'est pas la seule ligue à soupeser ses options face à la COVID-19.

La NBA a dit à ses équipes qu'elle avait jusqu'à mardi pour établir « un plan visant à limiter la quantité de personnel des équipes et des arénas qui interagit avec les joueurs ». Les équipes doivent également établir un lien avec un spécialiste des maladies infectieuses et trouver un établissement qui puisse conduire des tests de dépistage.

La NBA a également demandé vendredi à ses équipes de se préparer à l'éventualité de disputer des matchs à huis clos.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !