•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : reporter ou annuler les Jeux de Tokyo n'est pas encore envisagé

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Jeux olympiques de Tokyo 2020

Jeux olympiques de Tokyo 2020

Photo : Getty Images / KAZUHIRO NOGI/AFP

Radio-Canada

Le président du comité d'organisation des Jeux de Tokyo, Yoshiro Mori, et le président de leur conseil d'administration, Toshiro Muto, ont discuté par lien vidéo avec la Commission exécutive du Comité international olympique (CIO) mercredi. Il n'a pas été question de reporter ou d'annuler les Jeux à cause du coronavirus, ont-ils laissé savoir.

Les deux dirigeants japonais ont fait face à plus de 100 journalistes, dont de nombreux masqués par prudence, lors d'une rencontre de presse organisée dans les bureaux du comité organisateur.

Deux hommes en mêlée de presse

Yoshiro Mori et Toshiro Muto répondent aux questions des journalistes dans les bureaux de Tokyo 2020.

Photo : Getty Images / PHILIP FONG

MM. Mori et Muto ont mentionné que la question du report ou de l'annulation des Jeux n'a pas été abordée dans leurs discussions avec le CIO.

Nous n'en avons pas discuté, a dit Toshiro Muto.

Ni le mot annulation ni le mot report n'ont été évoqués durant la réunion de la Commission exécutive, qui s'est achevée mercredi soir, a déclaré plus tard le président du CIO Thomas Bach en conférence de presse.

Nous sommes face à des défis, mais je ne veux pas ajouter à la spéculation. Le CIO réaffirme son total engagement à assurer le succès des Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Thomas Bach, président du CIO

Quant à savoir s'il y a en effet une date limite pour décider de la présentation ou non des Jeux aux dates prévues, soit du 24 juillet au 9 août, Yoshiro Mori a simplement répondu : Je ne sais pas, je ne suis pas Dieu.

NBC a déjà précisé qu'en raison des contrats signés et des ententes avec les compagnies d'assurance, le réseau américain ne perdrait pas d'argent si les Jeux étaient annulés, mais verrait ses profits provenant de la publicité diminuer.

Tout changement à la date prévue du 24 juillet doit obtenir le feu vert des télédiffuseurs, ajoute l'agence Associated Press.

Question de contrat

Au lendemain de l'intervention devant le Parlement de la ministre chargée du dossier des Jeux olympiques, Seiko Hashimoto, l'Associated Press a mis la main sur le contrat de 81 pages, intitulé Contrat de la ville hôtesse, qui lie le CIO à la Ville de Tokyo.

Comme l'a dit la ministre, le document stipule que le CIO peut annuler les Jeux s'ils ne sont pas présentés dans l'année 2020.

Il est aussi écrit que le CIO peut annuler l'événement s'il a des motifs raisonnables de croire que la sécurité des participants aux Jeux pourrait être compromise pour quelque raison que ce soit.

Si le CIO veut annuler les Jeux de Tokyo, il doit alors donner un préavis de 60 jours au comité d'organisation, est-il écrit dans le contrat, qui précise ensuite que ni le comité d'organisation, ni le Comité olympique japonais, ni la ville de Tokyo ne peut poursuivre le CIO ou demander une compensation en cas d'annulation.

Le contrat ne dit pas spécifiquement que le comité d'organisation peut déplacer la période des Jeux du moment qu'ils sont présentés dans l'année prévue. C'est ce qu'avait déduit la ministre Hashimoto dans son intervention devant le Parlement.

Donc, le CIO pourrait théoriquement annuler les Jeux à tout moment si la propagation du coronavirus l'y oblige, en respectant le préavis de 60 jours.

La flamme dans l'intimité

Pour le moment, le relais de la flamme olympique, qui commence le 26 mars au Japon, aura lieu, mais avec quelques modifications concernant le nombre de relayeurs et la proximité du public.

La cérémonie traditionnelle à Olympie, en Grèce, est maintenue le 12 mars, mais avec un nombre très restreint d'invités et de célébrations.

Elles sont au milieu de ruines.

Les prêtresses d'Héra allument la flamme lors de la cérémonie traditionnelle à Olympie.

Photo : Getty Images / Aris Messinis

Nous prendrons les mesures nécessaires et appropriées pour contenir la propagation du virus parmi les relayeurs, les spectateurs et le personnel bénévole, ont fait savoir les responsables de Tokyo 2020 par communiqué.

Le relais de la flamme olympique doit durer quatre mois.

Le comité d'organisation a aussi reporté au mois de mai l'entraînement des 80 000 bénévoles.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !