•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les épreuves de surf des Jeux olympiques de Paris auront lieu à Tahiti

Le soleil brille derrière lui.

Un surfeur sur une vague.

Photo : Ryan Osman

Radio-Canada

Les épreuves de surf des Jeux olympiques de Paris en 2024 auront lieu à l'autre extrémité du globe, à Tahiti.

Le Comité international olympique a donné son aval au souhait des organisateurs parisiens de tenir des compétitions de surf à plus de 15 000 kilomètres dans l'île du Pacifique au lieu d'utiliser la côte atlantique de la France.

Les dirigeants olympiques ont été conquis même si le président du CIO, Thomas Bach, avait initialement déclaré, l'année dernière, qu'il préférait garder les athlètes plus près de la ville organisatrice.

Les responsables de Paris ont déclaré aux membres de la Commission exécutive du CIO qu'ils avaient trouvé « un appui inconditionnel » parmi la communauté du surf pour aller à Tahiti.

« Les membres de la Commission exécutive ont été convaincus par l'enthousiasme de la présentation de Paris 2024 », a souligné le porte-parole du CIO, Mark Adams.

Le lieu de la compétition sera le village de Teahupo'o, sur la côte sud-ouest de l'île polynésienne française.

Une proposition afin d'utiliser la place de la Concorde au centre-ville pour accueillir certains sports, tels que le basketball à trois contre trois et l'escalade sportive, a également été approuvée.

Dans un autre dossier, Tamas Ajan, haut responsable de l'haltérophilie, a démissionné de son titre de membre honoraire du CIO dans le cadre d'une enquête sur des allégations de corruption au sein de l'organisme qu'il dirige depuis 20 ans.

Adams a déclaré qu'Ajan a offert sa démission pour protéger son sport tout en rejetant toutes les allégations portées contre lui.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !