•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nick Suzuki, employé du mois du Canadien

Il reçoit les félicitations de ses coéquipiers au banc.

Nick Suzuki

Photo : Reuters / USA TODAY USPW

Michel Chabot

Le nom de Nick Suzuki était sur toutes les lèvres, lundi, au complexe d’entraînement du Canadien à Brossard. Le jeune homme a remporté la Coupe Molson en février et sa progression impressionne son entourage.

« C’est pas mal plaisant, dit timidement Suzuki au sujet de son titre d’employé du mois. C’est spécial. J’essaie juste de continuer de jouer ici. »

Avec 4 buts et 6 passes en 15 rencontres en février, il a également été considéré pour le titre de recrue du mois dans la Ligue nationale, honneur décerné à Quinn Hughes, des Canucks de Vancouver.

Ses 40 points (13 b. et 27 p.) le placent au 4e rang des recrues du circuit Bettman, à égalité avec Victor Olofsson, derrière Hughes (51), Cale Makar (47) et Dominik Kubalik (44).

« Pour une recrue, en tant que centre, ce n’est pas facile dans la ligue, tu as plusieurs responsabilités, explique Phillip Danault. À 20 ans, le kid est excellent pour nous offensivement. Défensivement, il a encore des choses à apprendre. C’est souvent ça qui arrive. On voit très bien qu’il a les habiletés. Il a vraiment été important pour nous cette année. Sa Coupe Molson de février, ça en dit long, il a contribué à notre cause et il la mérite. »

Jouer du bon hockey à ce stade-ci de la saison, au moment où la lutte pour une place dans les séries s’intensifie, peut devenir difficile pour un jeune joueur. Et c’est ce qui rend cet honneur encore plus reluisant pour Suzuki.

« Il y a peu d’espace sur la glace, reconnaît-il. Nous avons joué quelques bons matchs, très serrés. Les équipes essaient de fermer les ouvertures afin d’être prêtes pour les séries. Les matchs sont plus rapides, plus robustes. Les défenseurs ne nous laissent pas nous rendre au filet facilement. Il faut trouver des moyens d’y parvenir. »

Baisse de régime

L’Ontarien n’a toutefois pu récolter de point à ses cinq derniers matchs. Il montre un différentiel de -6 au cours de cette séquence.

Je vois un peu de fatigue dans son jeu, ce qui est tout à fait normal. C’est toujours la même chose dans une première saison. Il récupère bien parce qu’il est intelligent. On a toujours trouvé que ce joueur-là avait un sens du hockey incroyable et ça continue à se démontrer.

Une citation de : Claude Julien, entraîneur-chef du Canadien de Montréal

« Je me sens encore bien, répond pour sa part Suzuki. Je crois que j’ai fait du bon travail pour prendre soin de mon corps après les entraînements et les matchs. J’ai toujours agi ainsi durant ma carrière junior. Ici, j’ai fait un pas de plus dans ce sens. J’apprends en regardant les gars se préparer. »

Ses coéquipiers aussi le regardent et ils sont admiratifs devant le talent de l’ancien de l’Attack d’Owen Sound.

« Il a été fiable des deux côtés de la rondelle, affirme Carey Price. Il est un joueur très astucieux avec un très bon intellect en matière de hockey. On voit qu’il est motivé, il paraît bien et connaît une excellente saison. Nous sommes très heureux pour lui. Il possède toutes les caractéristiques d’un bon joueur. Il en a l’allure et le sens du jeu. Il a su tirer profit des occasions offertes. Il a été utilisé dans des rôles exigeants et il a bien réagi. »

« C’est un centre naturel, vraiment, observe Danault. Il fait partie des centres de la ligue qui sont solides dans les deux sens de la patinoire. Ça va être excitant de voir son rendement dans les prochaines années, mais il ne faut pas lui mettre trop de pression non plus. On sait comment c’est à Montréal. »

Danault louange également la régularité offensive de son jeune coéquipier, mais il voit nombre d’autres belles qualités dans son arsenal.

Son éthique de travail, il est solide dans ses batailles. Pour une jeune de 20 ans, la maturité n’est pas toujours là au début. Mais lui, il est arrivé et il était mature physiquement et mentalement. Son effort en avantage numérique a été énorme pour nous.

Une citation de :Phillip Danault

Suzuki, lui, demeure terre-à-terre et tente de garder ses émotions à un niveau stable.

« J’ai toujours essayé de rester calme, dit-il. Au cours d’une saison, il y aura des difficultés et des moments plus agréables. Tu dois t’en tenir à la base et ne pas laisser ton jeu nuire à ton attitude. »

Jeff Petry absent de l’entraînement

Blessé au cours du match de samedi par un tir de Martin Nekas, Jeff Petry n’a pas patiné avec ses coéquipiers à la veille du match contre les Islanders à New York. Il a plutôt dû subir des traitements.

« Nous attendons encore des nouvelles, a dit l’entraîneur-chef. Aujourd’hui, il a raté l’entraînement à cause du tir qu’il a bloqué, mais pour l’instant nous anticipons qu’il va faire le voyage. »

Jesse Ylönen avec le Rocket

Par ailleurs, le Rocket de Laval s'est entendu sur les termes d'un contrat d'une saison à un volet dans la Ligue américaine avec l'attaquant finlandais Jesse Ylönen.

Choix de 2e tour du CH (35e) en 2018, Ylönen viendra prêter main-forte au club-école engagé dans une course à cinq équipes pour l'obtention d'une des deux dernières places disponibles pour les séries éliminatoires.

L'ailier droit de 20 ans a récolté 22 points, dont 12 buts, en 53 matchs avec les Pelicans de Lahti dans la Ligue élite finlandaise cette saison.

Il a également remporté la médaille d'or au Championnat du monde junior en 2019, tournoi au cours duquel il avait amassé trois buts et trois passes en sept matchs.

Le Rocket est à trois points du Crunch de Syracuse, détenteur du dernier laissez-passer dans la Division nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !