•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Impact atteint les quarts de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF

Ils se disputent le ballon.

Samuel Piette de l'Impact de Montréal et Christian Bolanos de Saprissa

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

L'Impact de Montréal a résisté pendant 90 minutes pour soutirer un match nul de 0-0 (2-2 à l'aller) à Saprissa, mercredi soir au stade olympique. Il se qualifie ainsi pour les quarts de finale de la Ligue des champions en raison de la règle des buts à l'étranger.

La formation montréalaise, disciplinée sur le plan tactique, a su tenir le coup devant une équipe qui a contrôlé le ballon et a passé une grande partie du duel retour en territoire adverse. En 13 matchs à domicile en Ligue des champions de la CONCACAF, le Bleu-blanc-noir n'a toujours subi qu'une défaite – celle au match retour de la finale de 2015, contre Club América – et a réussi 10 blanchissages.

L'équipe du Costa Rica a été limitée à deux tirs cadrés sur le gardien Clément Diop, tandis qu'il en avait reçu 11 lors de la seule deuxième mi-temps la semaine dernière.

Il y avait une tactique, de notre côté, pour nous assurer qu’ils n’entrent pas dans notre milieu de terrain, a souligné l'entraîneur-chef de l'Impact, Thierry Henry. Il faut respecter ça. Ils ont mieux fini le match là-bas, nous ne nous sommes pas ajustés. Mais aujourd’hui, nous y sommes arrivés. C’est pourquoi ils ne pouvaient que passer la balle vers les côtés et centrer tôt. Il fallait gérer ça ensuite, et nous l’avons fait.

Les mecs se sont battus. On a les occasions. On a peut-être moins la balle qu’eux, mais ils ont le même nombre de bonnes occasions que nous.

Thierry Henry, entraîneur-chef de l'Impact de Montréal

La deuxième frappe cadrée de Saprissa est venue près de gâcher la fête pour l'Impact. Toutefois, Diop a sauvé la situation grâce à un spectaculaire plongeon vers sa gauche, dans les airs, sur un tir de Mariano Torres à la 89e minute. Le retour, tout aussi puissant, a terminé sa course hors cadre.

Le premier match des quarts de finale doit avoir lieu à Montréal contre les Sounders de Seattle, de la MLS, ou le CD Olimpia, une formation du Honduras, le 10, 11 ou 12 mars prochain. Les Sounders et le CD Olimpia joueront leur match retour jeudi soir à Seattle après un match nul de 2-2 la semaine dernière.

C’est seulement le début, a rappelé le milieu de terrain Samuel Piette. On est très content de ça. Je ne pense pas que beaucoup de monde nous voyait passer ce tour, mais nous avions confiance. Passer au travers de matchs importants comme ça en début de saison, ça fait du bien.

L'Impact a joué sans le milieu de terrain Orji Okwonkwo, qui n'était pas rétabli de sa blessure à un muscle fessier survenue en première mi-temps, mercredi dernier.

Le Finlandais Lassi Lappalainen était de nouveau absent, mais Romell Quioto, auteur de l'un des deux buts de l'Impact la semaine dernière, était à son poste.

On se bat l’un pour l’autre. C’est une fraternité, a affirmé le milieu de terrain Amar Sejdic. Si on fait une course, l’autre va te couvrir. Si on entre comme remplaçant, on travaille encore plus fort que les autres. Quelque chose de spécial se passe en ce début d’année.

Comme il l'avait fait la semaine dernière, Henry a décidé d'employer cinq défenseurs, dont le nouveau venu Luis Binks, à la place de Rudy Camacho absent pour une période de quatre à six semaines.

L'Impact a aussi joué la deuxième période sans son capitaine Jukka Raitala. Blessé à la cinquième minute de jeu en tentant d'intervenir sur une menace du Saprissa, Raitala est demeuré sur le terrain pendant le reste de la première mi-temps avant de laisser sa place à Joel Waterman.

L'Impact sera de retour au stade olympique dès samedi, à 15 h, pour son match d'ouverture en MLS face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

Des menaces rapides

Les spectateurs n'ont pas eu besoin d'attendre très longtemps pour voir les premières occasions de briser la glace.

Il y avait à peine 30 secondes d'égrenées au cadran lorsque Bojan s'est retrouvé seul face à Aaron Cruz à la suite d'une bévue défensive près de la surface de réparation du Saprissa.

Cruz est cependant allé à la rencontre de l'Espagnol pour stopper sa tentative de tir.

L'Impact a dû patienter 44 minutes pour obtenir une autre chance de marquer, bien claire.

Après une belle poussée sur le flanc droit, Quioto a glissé le ballon en retrait, à sa gauche, à Shamit Shome. Posté en plein cœur de la surface de réparation, Shome a laissé partir un puissant tir du pied droit que Cruz a stoppé avec brio en sortant de quelques mètres de son filet.

Les joueurs du Saprissa n'ont obtenu que deux chances de marquer et un seul tir cadré en première moitié de rencontre.

Christian Bolanos a d'abord forcé Diop à faire un bel arrêt avec un tir à bout portant, dirigé du côté gauche de la surface de réparation, à la cinquième minute de jeu.

Un peu moins de 10 minutes plus tard, Bolanos a effectué un centre vers Johan Venegas. L'ancien de l'Impact a cependant fait dévier le ballon de sa tête sur le dessus du filet de Diop.

Dans le foot, s’il n’y a pas d’esprit d’équipe, de combativité, c’est mort, a soutenu le milieu de terrain Saphir Taïder. On n’est pas le Barça […] Mais depuis que je suis ici, c’est ma troisième année, et j’ai toujours vu un état d’esprit irréprochable de la part des jeunes et des anciens.

Avec les informations d'Olivier Tremblay

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports