•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand Prix du Vietnam maintenu malgré le coronavirus

Huit voitures négocient un virage.

Une scène du Grand Prix de Chine en avril 2019

Photo : Getty Images / Mark Thompson

Agence France-Presse

Le Grand Prix de formule 1 du Vietnam, organisé pour la première fois dans ce pays, se tiendra comme prévu le 5 avril à Hanoï, malgré l'épidémie de coronavirus, ont annoncé mardi à l'AFP les organisateurs de la course.

« Il aura lieu comme prévu », a indiqué Le Ngoc Chi, directeur du GP du Vietnam, précisant « surveiller de près la situation ».

Seize cas de coronavirus ont été confirmés à ce stade au Vietnam. Et le pays communiste a pris des mesures très protectionnistes pour tenter d'endiguer la propagation de l'épidémie, déjà responsable de plus de 1800 décès en Chine.

Il a notamment interdit les vols et les trains de voyageurs à destination et en provenance de Chine continentale. Quelque 10 000 personnes ont également été placées en quarantaine dans des villages à quelques dizaines de kilomètres de la capitale après la découverte de plusieurs cas dans cette zone.

Le Grand Prix « ne sera ni reporté ni retardé. Bien qu'il s'agisse d'une compétition sportive, il a un impact très important sur le tourisme au Vietnam », a relevé mardi Tran Trung Hieu, directeur adjoint du département du tourisme de Hanoï, cité dans les médias locaux.

Cette course est la troisième épreuve du Championnat du monde de F1 qui débutera le 15 mars en Australie.

Organisé à Shanghai, le Grand Prix de Chine, à l'horaire le 19 avril, a été reporté à une date non précisée.

La mise sur pied d'un Grand Prix au Vietnam s'inscrit dans la volonté des autorités de la F1 de s'implanter plus solidement en Asie, après plusieurs déconvenues sur le continent.

Si le Grand Prix de Singapour, couru de nuit et suivi par 268 000 spectateurs tout au long du week-end lors de l'édition 2019, est un succès, il fait figure d'exception.

Après celui de 2017, la Malaisie avait dû cesser d'organiser, faute de rentabilité, le Grand Prix qu'elle accueillait depuis 1999, victime notamment de la concurrence de Singapour.

La Corée du Sud avait fait de même en 2013, car elle ne parvenait pas à attirer un public suffisamment nombreux à Yeongam, une ville reculée dans l'extrême-sud de la péninsule. Et l'Inde s'était retirée la même année à cause de problèmes financiers.

Le gouvernement vietnamien a refusé d'injecter de l'argent public pour financer l'épreuve puisque la course automobile reste un sport marginal dans le pays.

C'est le plus grand conglomérat privé du pays, VinGroup, qui fait dès lors office de principal contributeur. En novembre, le coût total de l'événement avait été évalué à « plusieurs centaines de millions de dollars » par l'Agence de presse officielle vietnamienne.

En raison du report cette année du GP de Chine, il y aura une période de près d'un mois sans course de F1 entre le GP du Vietnam et celui des Pays-Bas, le 3 mai. Le calendrier de la saison 2020 comprend 22 épreuves, en comptant le GP de Chine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Formule 1

Sports