•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beterbiev-Meng à Québec : les fleurs avant les coups

Artur Beterbiev et Meng Fanlong

Artur Beterbiev et Meng Fanlong

Photo : Courtoisie - Groupe Yvon Michel

Jean-François Chabot

En attendant d’en découdre dans le ring, le 28 mars à Québec, le champion unifié des mi-lourds de l'IBF et du WBC Artur Beterbiev et l'aspirant Meng Fanlong se vouent un grand respect.

Chacun a vanté les mérites de l’autre, lundi, pendant la conférence de presse commune présentée par Groupe Yvon Michel (GYM) et son partenaire américain Top Rank.

« Artur Beterbiev est le meilleur boxeur mi-lourd du monde. Je suis honoré de me battre contre lui. Mon camp d’entraînement se déroule très bien », a dit Meng (16-0-0, 10 K.-O.), en liaison vidéo depuis Bloomfield au New Jersey.

L’entraîneur du pugiliste chinois, Shaun George, s’accommode bien du manque de notoriété de son protégé qui a célébré ses 32 ans le 5 février.

Il n’est pas bien connu ici, mais Meng boxe depuis qu’il est très jeune. Il s’est battu partout dans le monde. Il a l’habitude de boxer loin de chez lui. Il est fort, confiant et prêt mentalement. Ce combat opposera un cogneur [Beterbiev] à un boxeur.

Shaun George, entraîneur de Meng Fanlong

« Comme à la maison »

De son côté, Beterbiev (15-0-0, 15 K.-O.) a laissé savoir qu’il avait hâte de remonter dans le ring à Québec, là où il a déjà livré 3 de ses 15 premiers combats. Pour lui, «  c'était un peu comme revenir à la maison ».

Son entraîneur Marc Ramsay n’a pas caché la fierté qu’il ressentait à l’idée de faire partie d'un combat de championnat unifié.

« Pour moi, ça représente 29 ans de travail. J’ai déjà participé à la promotion de combats de championnat, mais cette fois, on parle du meilleur boxeur de l’histoire en sol canadien », a dit Ramsay.

« Notre camp d’entraînement est en marche depuis quelques semaines, et nous avons déjà atteint quelques-uns de nos objectifs », a soutenu l’entraîneur.

Il est près d'un ring dans un gymnase.

Marc Ramsay

Photo : Radio-Canada / Jean-François Vachon

Ramsay a ensuite souligné que le clan Beterbiev n’avait pas choisi son adversaire. Meng lui a été imposé par l’IBF.

Je le connais et je le suis depuis longtemps. Je me rappelle de sa médaille de bronze aux Jeux asiatiques. Il me rappelle le Lucian Bute des belles années. Il faudra se présenter avec un niveau de concentration élevé pour affronter un challenger de qualité.

Marc Ramsay, entraîneur d'Artur Beterbiev

La soirée mettra également en vedette le poids lourd Oscar Rivas (28-1-0, 18 K.-O.), qui s’est récemment ajouté à l’écurie Top Rank, et le Trifluvien Mikael Zewski (34-1-0, 23 K-.O.).

Il donne une conférence de presse.

Artur Beterbiev

Photo : Radio-Canada / Luc Hains

Yvon Michel a insisté sur l’importance d’une réponse enthousiaste de la part des amateurs de boxe de Québec afin de prouver que la ville et le Centre Vidéotron représentent l’endroit tout désigné pour y tenir des événements de premier plan.

Le promoteur a rappelé que la capitale provinciale en avait souvent fait la preuve dans le passé, notamment le succès populaire enregistré lors de la présentation du premier duel entre Jean Pascal et Bernard Hopkins.

Beterbiev est le seul champion mondial à afficher un ratio parfait de 100 % avec ses 15 victoires, toutes obtenues avant la limite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !