•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bronfman veut devenir actionnaire des Rays, Sternberg tempère ses ardeurs

Photo prise dans les bureaux de Claridge à Montréal

Stephen Bronfman

Photo : Ivanoh Demers

Radio-Canada

L’homme d’affaires montréalais Stephen Bronfman aurait entamé des démarches pour devenir actionnaire des Rays de Tampa Bay, une étape importante dans son projet de ramener le baseball professionnel dans la Métropole. L'actuel propriétaire de la formation a cependant refroidi ses ardeurs.

Dans une entrevue au Journal de Montréal, Bronfman avait expliqué que les négociations sont « très avancées ». Nous allons devenir des actionnaires minoritaires, mais ça ne nous dérange absolument pas, a-t-il indiqué.

La semaine dernière, le commissaire Manfred a dit au Tampa Bay Times qu’il était emballé par le concept.Je continue d'être impressionné par l'énergie qu'ils ont déployée sur ce projet, qui est très bien reçu par notre groupe. Certains en sont même heureux.

Sternberg a calmé le jeu plus tard samedi. Questionné à ce sujet par le Tampa Bay Times au camp d'entraînement de son équipe, il a affirmé qu'il n'est pas question pour le moment de vendre des parts.

Ce n'est pas vrai. Éventuellement, je présume que [le groupe de Bronfman] veuille et puisse devenir partenaire minoritaire. On aura besoin de représentation là-haut [à Montréal]. Mais il n'y a rien qui se passera pour des mois. Aucune chance.

Stuard Sternberg, cité dans le Tampa Bay Times

Toujours selon le Times, même une entente de principe ne suffirait pas à Sternberg pour qu'il vende des parts de son équipe. Rien ne bougera avant que le futur stade soit en construction. Il n'y aura rien avant ça. Aucune chance que ça ne se passe avant ça.

Le baseball majeur et le bureau du commissaire Rob Manfred doivent approuver le plan. Les documents seraient formellement déposés à la fin de l’année 2020.

Bronfman a aussi précisé que la garde partagée était la seule option viable pour son groupe. Une équipe d’expansion « qui aurait coûté au bas mot 2 milliards de dollars » aurait été hors de prix.

Ç’aurait été difficilement réaliste, même pour moi […] Au Québec, trouver cet argent, c’est un très grand risque. Avec ce nouveau concept, nous entrons dans une famille où tout le monde s’entend bien.

Ce n’est pas une histoire de garde partagée qui cache un transfert permanent. Nous croyons en ce projet.

Par ailleurs, les amateurs doivent faire leur deuil des Expos. La nouvelle équipe aura un nouveau nom, qui reflétera la situation particulière de cette franchise.

On va peut-être faire comme Mitch Garber le fait à Seattle pour le hockey et lancer un concours populaire… C’est une nouvelle équipe qui, on l’espère, va même contribuer à rapprocher deux villes et deux marchés.

Le bassin Peel

Le groupe de Stephen Bronfman souhaite qu'un stade de baseball soit construit sur le site du bassin Peel.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Baseball

Sports