•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français est-il en péril aux Jeux olympiques?

Un homme gesticule en conférence de presse.

Le CIO tient la plupart de ses conférences de presse en anglais uniquement pendant les Jeux.

Photo : presse canadienne

Le français va-t-il disparaître des Jeux olympiques? La question mérite d'être posée. Un grand témoin de la francophonie est chargé de rendre un rapport au Comité international olympique (CIO) sur l'utilisation de cette langue officielle durant chaque édition de ce grand rendez-vous. Longtemps, les conclusions ont été très inquiétantes. Et malgré les recommandations, peu d'améliorations ont été apportées.

L'article 23 de la Charte olympique de Pierre de Coubertin dit que « les langues officielles du Comité international olympique sont le français et l'anglais ». Qui plus est, « en cas de divergence entre le texte français et le texte anglais de la Charte olympique et de tout autre document du CIO, le texte français fera foi, sauf disposition écrite contraire ».

Pourtant, force est de constater que la langue de Molière est en perdition aux Jeux. Très souvent, les documents officiels ne sont pas traduits. Les conférences de presse du CIO sont très souvent faites entièrement en anglais, même quand des francophones du CIO sont présents.

Selon Yvan Coste-Manière, vice-président de l'Association francophone des académies olympiques, le fait d’avoir de grands témoins présents aux Jeux relève le plus souvent de l’alibi plutôt que de la volonté de changer les mentalités.

« Un alibi par définition, c’est quelque chose qui cache et qui témoigne de la mollesse pour ne pas dire de la coupable lâcheté de la force politique en termes de défense de la francophonie, dit-il. Le CIO est en bascule sur ce registre-là et j’ai été témoin de cette dérive, car la place du français est carrément inexistante. Je pense que sa disparition est inéluctable si on se cache derrière le sport business exclusivement.

L’anglais est devenu la langue du business. J’enseigne en anglais 90 % du temps, mais cela ne m’empêche pas d’être un francophone, un francophile convaincu et plutôt revendicatif. Le CIO aujourd’hui n’a pas forcément la valeur d’exemple qui devrait être la sienne.

Yvan Coste-Manière, vice-président de l'Association francophone des académies olympiques

Après les Jeux de 1996 à Atlanta, où l’on avait constaté une réelle dérive sur la place du français, on a confié à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) la responsabilité de nommer pour chaque édition des Jeux un grand témoin chargé de faire un état des lieux sur le respect de l’utilisation de la langue française.

Il y a eu en 1998 à Nagano Bernard Cerquiglini, un linguiste émérite. Puis Hervé Bourges, un grand patron de l'audiovisuel français, durant les Jeux d'Athènes en 2004. Son rapport remis au CIO était accablant sur l'absence du français dans la capitale grecque.

Il y a eu en tout huit grands témoins, dont l'ancien premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, l’ancienne gouverneure générale du Canada Michaëlle Jean, le saxophoniste et chanteur camerounais Manu Dibango et Lise Bissonette, l’ancienne rédactrice en chef du quotidien Le Devoir, durant les Jeux de Turin en 2006. Chaque fois, les rapports font état de l'érosion du français.

Le prochain grand témoin à Tokyo sera Thierry Marx. C'est un chef réputé en France et un fin connaisseur du Japon. C'est aussi quelqu'un qui se préoccupe de la réinsertion sociale. Il a créé des écoles partout en France qui permettent à de jeunes sans-emploi de recevoir une formation dans les métiers de la restauration. Depuis leur création, quelque 3000 jeunes sont retournés au travail et 6 % d’entre eux ont même créé leur entreprise.

« Mon rôle va être de faire un état des lieux de cette francophonie et, dans un deuxième temps, ce qu’on peut faire pour la francophonie pour qu’elle continue à rassembler, a-t-il confié il y a quelques jours à Radio-Canada Sports. Pour que ce soit une langue qui reste une langue vivante, agréable à parler, qui porte un certain nombre de valeurs et dans ces valeurs, qu’elles soient des valeurs de l’artisanat, des valeurs artistiques, des valeurs de connexion et de rassemblement et de fraternité. Il faut montrer que cette langue fait sens pour qu’on puisse la parler dans de bonnes conditions et sur de plus en plus de pays et de continents. »

Un travail de fond

Dans la plupart des rapports des grands témoins, l’inquiétude face à l'érosion du français aux Jeux olympiques est bien réelle. Thierry Marx est effectivement conscient que les choses doivent changer. Il dit ne pas être inquiet pour les Jeux de Tokyo, car connaissant la rigueur japonaise, on devrait respecter la langue de Molière, selon lui. Mais il reconnaît qu'un travail de fond reste à faire.

« Je pense qu’il y a une réalité, des faits constatés, qu’il y a une érosion de la langue française, car effectivement, l’anglais est très présent et est devenu la première des langues dans le monde du business, lance Thierry Marx. Mais la langue française a encore largement sa place et ne doit pas forcement s’imposer, mais on doit dire que c’est une langue qui a du sens, c’est un parler qui a du sens et je crois à la force d’un peuple francophone. »

Ce ne doit pas être une bataille franco-française, mais bien un rassemblement des peuples francophones qui énoncerait un certain nombre de choses que l’on croit juste sur cette planète.

Thierry Marx, grand témoin de la francophonie aux Jeux de Tokyo
Il est à une table.

Le chef français Thierry Marx sera le grand témoin de la francophonie à Tokyo.

Photo : Getty Images / AFP/Mike Clarke

Après les Jeux de Tokyo cet été, il y aura les Jeux d'hiver à Pékin en 2022. La Chine, en 2008, à l’occasion de Jeux d’été, aussi à Pékin, n'avait pas brillé quant au respect du français. Y a-t-il alors un espoir? Oui, selon Yvan Coste-Manière. Il pense que le paquebot olympique doit changer de cap aux Jeux de 2024 à Paris. Sinon, ce serait la catastrophe.

« La France en 2024 doit profiter de la tenue de Jeux qui sont présentés comme étant l’exemple de la cohésion sociale, de l’égalité des chances, de l’aménagement d’un territoire homogène dans la patrie dite des droits de l’Homme, plaide-t-il. De plus, il faut préserver l’héritage de Pierre de Coubertin même si une certaine génération a oublié qui était Coubertin. J’ai dû rappeler à mes élèves qui était Coubertin et je leur ai appris que son cœur avait été enterré à quelques mètres du stade olympique antique à Olympie. Et pour avoir tenu un discours devant la stèle, je peux vous dire que mon émotion était aussi juvénile que lorsque j’ai fini mes premières compétitions, alors soyons vigilant! »

Un proverbe japonais dit : « La bougie ne perd rien de sa lumière en la communiquant à une autre bougie. » Les langues de Molière et de Shakespeare arriveront-elles à briller ensemble à Tokyo?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Sports