•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces sports où l’âge importe moins

Des cavaliers sourient avec leur médaille.

Mac Cone, Ian Millar, Éric Lamaze et Jill Henselwood avec leur médaille d'argent du concours de saut d'obstacles par équipe aux Jeux olympiques de Pékin.

Photo : La Presse canadienne / Susan Walsh

Radio-Canada

Le sport d’élite rime souvent avec jeunesse. Ce moment, entre 20 et 30 ans, où la vitesse, la force et le talent sont à leur plus haut niveau peut donner lieu à de superbes performances.

Un texte de Josie-Anne Taillon

D'ailleurs, selon une revue de la littérature scientifique sur le sujet effectuée par deux chercheurs de la Nouvelle-Zélande et publiée en 2015, les nageurs seraient au meilleur de leurs performances autour de 20 ans. En athlétisme, le seuil serait plutôt autour de 27 ans, lorsqu'il s'agit des plus courtes distances.

La donne est toute autre lorsqu'il est question d'épreuves qui misent sur l'endurance, l'expérience et des habiletés plus fines.

Tour d’horizon des sports olympiques d’été où les athlètes se bonifient avec l’âge.


Sports équestres

S’il y a un sport où les quadragénaires, quinquagénaires et même sexagénaires sont légion, c’est bien en équitation.

Un exemple tout canadien est celui de Ian Millar.

Il salue la foule de la main sur son cheval.

Ian Millar à Calgary en 2014

Photo : Getty Images / Derek Leung

Le cavalier originaire d’Halifax a annoncé sa retraite en ma 2019 à l’âge de 72 ans. Il a gagné sa première médaille olympique, l'argent au concours par équipe en 2008 à Pékin, à 61 ans et 224 jours, ce qui en fait le médaillé canadien le plus âgé. Il a pris part à 10 Jeux olympiques.

Parmi les cavaliers canadiens qui pourraient participer aux Jeux de Tokyo, on retrouve Lisa Carlsen et Mario Deslauriers, tous les deux âgés de 55 ans. La qualification du Canada au saut d'obstacles par équipe est toutefois incertaine pour une histoire de dopage.

Il est en selle.

Le cavalier canadien Mario Deslauriers

Photo : Équipe Canada

Le Canada n’est pas une figure d'exception dans le monde équestre. Parmi les 10 premiers cavaliers dans le monde, on retrouve un seul athlète de moins de 30 ans en saut, tout comme en dressage et au concours complet. Quatre athlètes ont même dépassé la cinquantaine.

Une situation qui n'étonne pas Roger Deslauriers, président de l'International de Bromont et père de Mario.

En sports équestres, ça ne prend pas de force, explique-t-il. Ça prend beaucoup de dextérité, de finesse et ça prend beaucoup de sentiments. Ceux qui réussissent à un haut niveau, ils n’ont pas juste de la technique. Ça prend beaucoup d'instinct pour voir venir le problème une fraction de seconde avant que ça arrive.

M. Deslauriers ajoute que la relation de confiance entre le cavalier et le cheval peut prendre des années à se construire. Et même si la force n'est pas requise, les cavaliers doivent être en bonne forme physique et s'entraîner de longues heures avec leur bête.


Marathon

En janvier dernier, la Canadienne Malindi Elmore a battu le record national en plus de se qualifier pour les JO de Tokyo. Elle a 40 ans.

Sourire aux lèvres, elle porte le drapeau canadien sur ses épaules.

Malindi Elmore

Photo : Équipe Canada / Wetaskiwin Times/Running in Canada

Cette mère de famille a participé au 1500 m des Jeux d’Athènes en 2004. Selon Jonathan Tremblay, professeur agrégé à l'École de kinésiologie et des sciences de l'activité physique de l'Université de Montréal, il est plus probable de retrouver des athlètes plus âgés dans des disciplines qui misent sur l'endurance.

En général, ce sont des disciplines où l'on a moins besoin d’avoir d’une grande explosivité, une grande puissance musculaire [...] La performance, c’est complexe, dit-il. Il y a une multitude de composantes qui entrent en jeu dans la performance. Quand on arrive dans des sports d’endurance, où il y a l’expérience qui entre en jeu, et le développement d’un athlète qui prend des années, c’est plus probable de trouver quelqu’un qui soit un peu plus âgé et qui va performer plus longtemps dans cette discipline-là.

Malindi Elmore n’est pas une exception. En tête du classement mondial, on retrouve Eliud Kipchoge, un Kényan de 36 ans qui est devenu le premier coureur de l'histoire à réussir un marathon sous la barre des deux heures, mais il était aidé de lièvres et d'espadrilles avec des lames de carbone.

Il lève les bras en triomphe.

Eliud Kipchoge

Photo : Getty Images / Naomi Baker


Escrime

Un autre sport où les trentenaires n’ont pas à rougir est l’escrime. La meilleure à l’épée est Ana Maria Popescu, une Roumaine de 35 ans. Quatre autres femmes de plus de 30 ans se trouvent dans le top 10.

Elles sont nombreuses aussi à être parmi les plus performantes au fleuret et au sabre, dont l’Italienne Elisa di Francisca, 3e à 37 ans.

L'escrime est un sport où la rapidité de mouvement est importante.

Oui, on peut bouger un peu moins rapidement (avec l'âge), souligne le professeur Jonathan Tremblay. Mais l’expérience peut jouer un rôle important aussi dans des sports comme l’escrime ou le golf, où les habiletés motrices fines sont importantes. Des habiletés qui se développent sur un grand nombre d’années. Des habiletés de prise de décision, de perception visuelle. Tout ça fait en sorte que l’athlète plus âgé, plus expérimenté, des fois, peut réussir à compenser pour une force ou une puissance qui est moins grande.

Armé de son sabre, il lève le pouce en l'air devant une foule canadienne.

Joseph Polossofakis

Photo : Getty Images / HECTOR RETAMAL

Au Canada, nos meilleurs espoirs olympiques en escrime sont Joseph Polossifakis, 29 ans, et Maximilien van Haaster, 27 ans. Du côté des femmes, la Blainvilloise Gabriella Page pourrait, à 25 ans, se qualifier pour ses premiers JO à Tokyo.


Golf

La situation au golf est intéressante. Du côté féminin, aucune des 10 premières au classement n’a plus de 27 ans. La Canadienne Brooke Henderson, 7e, en a 22.

Chez les hommes, la situation est totalement autre. Dans le top 10, 6 ont plus de 30 ans. Tiger Woods a 44 ans, tandis que Justin Rose et Adam Scott en ont 39.

Ce sont des disciplines sportives où les exigences au niveau de la puissance musculaire sont moins importantes. Dans ces disciplines-là, l’expérience sur le terrain avec le golfeur [est importante]. Il y a aussi, ce que l’on pourrait qualifier, entre guillemets, de force mentale, qui est améliorée quelques fois avec les années. Lorsque l’on pratique le sport depuis plusieurs années, que l’on compétitionne pendant plusieurs années, ça permet à l’athlète de compenser pour d’autres aptitudes motrices de force ou de puissance, qu’il n’aurait pas.

Jonathan Tremblay, professeur agrégé à l'École de kinésiologie et des sciences de l'activité physique de l'Université de Montréal

Au Canada, outre Brooke Henderson, trois autres golfeurs pourraient se rendre à Tokyo. Il s’agit d’Adam Hadwin, 32 ans, de Corey Conners, 28 ans et d’Alena Sharp, 39 ans.

Elles se félicitent en se frappant les poings.

Alena Sharp et Brooke Henderson

Photo : Getty Images / Gregory Shamus

D'ailleurs, le médaillé d’or olympique canadien le plus âgé est un golfeur. Il s’agit de George Lyon. Si son nom vous est inconnu, c’est qu’il a gagné le tournoi olympique de Saint Louis, en 1904, à 46 ans et 29 jours. Pour la petite histoire, il a battu un Américain de 19 ans et il a commencé à jouer au golf à 37 ans.

Il pose aux côtés de ses bâtons de golf.

George Lyon

Photo : Équipe Canada


Épreuve de tir

Le plus vieux participant et médaillé des Jeux olympiques est le Suédois Oscar Swahn. À 72 ans, il a gagné le concours de tir par équipe aux JO d’Anvers en 1920. Au Canada, c’est aussi une tireuse qui détient le record de la médaillée d’or olympique la plus âgée. Linda Thom avait 40 ans et 212 jours lorsqu’elle a remporté l’épreuve du pistolet à 25 m à Los Angeles en 1984.

Trois femmes sur un podium

Linda Thom lors des Jeux de Los Angeles en 1984

Photo : Équipe Canada

Plus près de nous, la représentante canadienne au tir au pistolet à air comprimé à 10 m à Tokyo sera Lynda Kieijko, 39 ans, et sa remplaçante en cas de désistement, Yanka Vasileva, est dans la mi-quarantaine.

En 2008, à Pékin, la Canadienne et pionnière Susan Nattrass participait à ses sixièmes Jeux en tir à la fosse. Elle avait 57 ans.

Elle tire du pistolet.

Susan Nattrass lors des qualifications olympiques de 2008

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld


L’exception qui confirme la règle

D’autres athlètes se sont démarqués au fil du temps en reportant l’âge de la retraite sportive. Leurs cas sont toutefois bien souvent l’exception qui confirme la règle.

Un homme et une femme dirigent une embarcation.

Nikola Girke et son partenaire Luke Ramsay lors d'une épreuve de Nacra 17 mixte

Photo : Équipe Canada

La Canadienne Nikola Girke a déjà quatre participations aux Jeux olympiques au compteur en trois disciplines de voile. À 42 ans, elle tente toujours de se tailler une place pour Tokyo en RS:X. Elle est dans les 100 premières du monde.

Pour le professeur Jonathan Tremblay, il est de plus en plus probable que des athlètes aient de longues carrières.

Le développement des athlètes est de plus en plus encadré, ce qui permet aux athlètes de se développer jeune, mais aussi aux athlètes plus vieux ou tardifs de se développer et de maintenir leur forme plus longtemps sans se blesser et en récupérant un peu mieux de leurs blessures, dit-il.

Et soulignons la carrière de la barreuse canadienne Lesley Thompson-Willie.

Elle sourit.

Lesley Thompson-Willie, barreuse canadienne

Photo : Équipe Canada

À 52 ans et 318 jours, elle est devenue à Londres, en 2012, la médaillée canadienne la plus âgée quand son équipe de huit de pointe féminin en aviron a grimpé sur la deuxième marche du podium. Elle a aussi participé aux Jeux de Rio en 2016. Alors âgée de 56 ans, elle était l’aînée de la délégation.

Et devinez quoi, en 2019, à près de 60 ans, elle a remporté une médaille de bronze à la dernière Coupe du monde en tant que barreuse du huit de pointe masculin et a participé aux Championnats du monde.

Des preuves que l’âge, pour certains, n’est qu’un chiffre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Sports équestres

Sports