•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FIFA veut protéger les joueurs de la faillite des équipes

Un gardien tente d'arrêter le ballon en plongeant.

Un gardien tente d'arrêter le ballon en plongeant.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Agence France-Presse

La FIFA mettra en place à compter du 1er juillet un fonds de soutien aux joueurs de 21,4 millions de dollars canadiens en cas de salaires impayés par des équipes en faillite.

C'est ce qu'a annoncé mardi la FIFA, qui le finance uniquement.

Sa création survient après un accord entre la Fédération internationale et le Syndicat mondial des joueurs (FIFPRO).

Plusieurs rapports récents, dont celui du syndicat, « attestent de la profusion de cas de salaires impayés partout dans le monde », explique la FIFA dans un communiqué.

Entre 2015 et 2020, « plus de 50 clubs dans 20 pays ont mis la clé sous la porte, faisant ainsi traverser à des centaines de joueurs des périodes difficiles et pleines d'incertitude », précise Philippe Piat, le président de FIFPRO.

S'il ne peut pas couvrir la totalité des sommes dues aux joueurs, ce fonds « constitue néanmoins un important filet de sécurité », affirme la FIFA.

« Cet accord et notre engagement à venir en aide aux joueurs en difficulté montrent de quelle manière nous concevons notre rôle d'instance dirigeante du football mondial. Nous sommes aussi là pour aider ceux qui en ont besoin », explique Gianni Infantino, président de la FIFA, cité dans le communiqué.

La création de ce fonds fait partie des discussions portant sur la réforme des transferts et constitue une demande ancienne du syndicat.

À l'origine, selon des sources concordantes, le FIFPRO avait souhaité que ce fonds soit également financé par un prélèvement sur les transferts ou une contribution des équipes.

Il y a toutefois eu une opposition, basée sur le fait que cette approche pouvait « déresponsabiliser » certaines équipes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !