•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sport unit des jeunes éprouvés par un meurtre à l’île des Sœurs

Avant la pandémie, une cinquantaine d’adolescents se retrouvaient au gymnase tous les samedis soirs.

Les jeunes peuvent jouer au basketball et au soccer gratuitement, chaque samedi au Centre Elgar, à l'Île des Soeurs.

Photo : Radio-Canada / Mariève Bégin

Mariève Bégin

Marquer des paniers plutôt que de se bagarrer : c’est le pari audacieux sur lequel a misé L’Île-des-Soeurs en investissant pour fournir un gymnase à des jeunes éprouvés par le meurtre d'un des leurs. Et c’est une réussite.

Tous les samedis soirs, avant que la pandémie de coronavirus ne l'empêche, une cinquantaine de jeunes de 14 à 22 ans se retrouvaient au Centre Elgar. Les portes ouvraient de 18 h 30 à 21 h 30 : trois heures qui permettaient aux adolescents de se retrouver et de dépenser leur énergie en jouant au basketball et au soccer.

Tout le monde adore ça! [...] C’est une bonne ambiance.

Alfredo Lopez, participant et ami du défunt

Cette initiative prend tout son sens lorsqu’on comprend le contexte dans lequel elle a vu le jour.

Changer le négatif en positif

En novembre 2018, un drame secoue vivement la communauté tissée serrée de l’île des Soeurs. Un adolescent de 17 ans est tué dans une bagarre.

Tout le monde connaît ce jeune d’une façon ou d’une autre. Ses amis sont particulièrement ébranlés.

La communauté se rencontre au lendemain du meurtre pour discuter de solutions face au climat d’insécurité qui s’est installé dans le quartier. On évoque l’idée d’augmenter la présence policière avec un poste de police supplémentaire.

Deux citoyens, Mourad Bendjennet, architecte, et Marc Patenaude, professeur d’éducation physique, proposent une option bien différente : sortir les jeunes de la rue en leur proposant une activité positive.

Ils sourient dans le gymnase.

Marc Patenaude et Mourad Bendjennet

Photo : Courtoisie de Mourad Bendjennet

On s’est dit qu’il faudrait qu’on trouve quelque chose pour assurer une meilleure sécurité aux jeunes, au lieu qu’ils flânent le samedi soir, explique Mourad Bendjennet. On s’est dit qu’il valait mieux les occuper par quelque chose, et la meilleure chose qu’on a trouvée, c’est le sport.

Remédier à l’ennui et à l’isolement

Avant d’avoir accès au gymnase, les adolescents de l’île des Soeurs s’ennuyaient, les soirs de fin de semaine, reclus sur leur île.

Alfredo Lopez, ami du défunt et adepte de basketball, se souvient de ces soirées : On faisait juste rester devant le Couche-Tard et parler, rien faire.

Il sourit dans le gymnase.

Alfredo Lopez vient jouer au basketball avec ses amis le samedi soir, depuis la mort de son ami.

Photo : Radio-Canada / Mariève Bégin

Avec des installations pour se réunir et bouger, les adolescents peuvent canaliser leur énergie de façon positive.

Marc Patenaude est en bonne position pour le savoir : ces jeunes étaient pour la plupart passés par sa classe d’éducation physique. C’est mes anciens élèves, je les connais bien. Je sais que c’est des sportifs, explique-t-il.

Il ouvre les portes de son gymnase un premier samedi soir, moins de deux semaines après le drame. Une vingtaine d’amis proches du défunt se présentent au rendez-vous. Ils décident de jouer au basketball, un sport qui les rallie tous.

Une vingtaine de jeunes sont rassemblés dans un gymnase.

Les jeunes qui se sont présentés le premier samedi de sport communautaire étaient des amis du défunt.

Photo : Courtoisie de Mourad Bendjennet

Dans une période particulièrement éprouvante, Alfredo Lopez raconte qu’il a pu s’accrocher à cette activité qui lui changeait les idées.

Le fait de pouvoir avoir un gymnase juste pour nous et de pouvoir jouer au basket avec tous nos amis, ça nous a vraiment aidés pendant cette période où c’était dur pour nous, les jeunes [...] Ça nous a aidés mentalement juste de pouvoir pratiquer notre sport et un peu oublier ce qui se passait à l’extérieur du gymnase.

Alfredo Lopez

Il ajoute, la voix encore teintée d’émotion, qu’il pense à son ami chaque fois qu’il vient marquer des paniers, le samedi soir. Car après tout, c’est grâce à lui qu’il a désormais cette chance.

L’effet boule de neige

Rapidement, le mot se passe et les jeunes sont plus nombreux. De nouveaux participants préfèrent le soccer; on divise donc le gymnase en deux. Des dizaines de jeunes disputent désormais des parties de basketball et de soccer simultanément chaque semaine.

L’arrondissement de Verdun est ravi du succès de cette initiative. Véronique Tremblay, conseillère d'arrondissement, a pris en main d’encadrer officiellement les samedis de sport communautaire pour leur pérennité. L'organisme Action Prévention Verdun assure ainsi le relais depuis plusieurs mois et s'occupe du maintien de l'activité.

Si les jeunes ont quelque chose d’intéressant à faire, ils vont crier présents. Et c’est exactement ce qu’ils ont fait.

Véronique Tremblay, conseillère de l'arrondissement de Verdun
Elle est souriante dans un gymnase.

Véronique Tremblay

Photo : Radio-Canada / Mariève Bégin

On a besoin de jeunes qui pratiquent des sports ensemble [...] pour avoir, finalement, une société et une communauté avec un mieux vivre ensemble , affirme Mme Tremblay.

Plutôt que d’être chacun chez soi sur sa tablette, [...] on est actifs, et on bâtit la société de demain avec des gens de différentes origines, valeurs et croyances qui se côtoient, qui apprennent à se connaître, à se respecter, à s’apprécier dans leur différence, ajoute la conseillère municipale.

Véronique Tremblay travaille de concert avec ses collègues à l’ouverture d’un deuxième, et possiblement d’un troisième gymnase, étant donné la demande croissante et le succès retentissant de ce rendez-vous. Elle souhaite diversifier l’offre d’activités sportives, notamment pour attirer plus de jeunes filles, encore peu nombreuses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Activités sportives

Sports