•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Une histoire qui ne tient pas debout », selon le patron d'Astana

Ils se suivent dans une montée.

Trois cyclistes de l'équipe Astana

Photo : AFP/Getty Images / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Radio-Canada

Le patron d'Astana, Alexander Vinokourov, dément tout contact entre son coureur Jakob Fuglsang et le médecin italien Michele Ferrari après la publication par un journal danois d'un article sur une histoire de dopage. Le Dr Ferrari dément aussi.

Vinokourov a pris le temps de lire l'article de Politiken au sujet des contacts présumés entre le meneur de son équipe et Michele Ferrari. Des informations provenant d'un « rapport secret » de 24 pages de la Fondation antidopage de l'UCI qu'aurait obtenu le journal danois.

« Cette histoire ne tient pas debout », explique-t-il au quotidien spécialisé L'Équipe.

« Comment imaginer que Michele Ferrari puisse se déplacer inaperçu sur les routes du Tour de Catalogne? Tout le peloton le reconnaîtrait immédiatement, nous habitons tous dans les mêmes hôtels.

Il sourit.

Alexander Vinokourov

Photo : Getty Images / FRANCK FIFE

« De plus, pourquoi aurait-il décidé de rejoindre le Tour de Catalogne alors que ni Jakob (Fuglsang) ni Alexey (Lutsenko) n'y participaient? Toute cette histoire est basée sur d'absurdes rumeurs », prétend Alexander Vinokourov.

« La Fondation antidopage de l'UCI (CADF) ne nous a pas contactés, fait-il remarquer. Nous sommes prêts à collaborer avec l'UCI pour connaître la vérité. »

Rappelons que le directeur sportif a déjà été un client de Michele Ferrari, mais il a toujours dit qu'il n'avait été qu'un entraîneur. L'ancien coureur a été suspendu pour deux ans pour dopage sanguin après avoir été coincé lors du Tour de France de 2007.

Il est revenu à l'avant-scène en 2011 en remportant l'épreuve sur route des Jeux de 2012, avant de devenir le directeur de l'équipe Astana.

Ferrari se tient loin du cyclisme

De son côté, Michele Ferrari a mis en ligne sur son site Internet un communiqué pour démentir les informations du journal Politiken.

« Encore une fois, je dois m'astreindre à démentir les dernières fausses rumeurs me concernant dans les médias », écrit le médecin italien.

Il porte un veston.

Michele Ferrari en 2004

Photo : Getty Images / NICO CASAMASSIMA

« Je n'ai pas été en relation avec les athlètes d'Astana depuis une décennie, et je n'ai pas assisté à une épreuve cycliste depuis plus de 20 ans.

« Je ne suis pas allé à Monaco/Nice depuis au moins 12 ans. Je n'ai jamais roulé en moto de ma vie, encore moins pour suivre un athlète.

« Je ne suis pas allé au Tour de Catalogne en 2019. Je n'ai pas été physiquement présent à une course cycliste depuis 1994.

« Ce rapport de Politiken est basé sur de fausses informations de gens qui ont sans doute intérêt à les diffuser », affirme M. Ferrari. Je ne suis pas basé à Lugano, où je ne suis jamais allé.

« Je n'ai jamais été condamné pour dopage », conclut-il.

Avec les informations de L'Équipe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !