•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement français s'attaque au scandale dans le patinage artistique

Didier Gailhaguet

Didier Gailhaguet

Photo : AFP / FRANCK FIFE

Agence France-Presse

Cinq jours après les accusations de violences sexuelles dans le patinage artistique, la ministre française des Sports, Roxana Maracineanu, a convoqué lundi le président de la fédération, Didier Gailhaguet.

Et il a été convoqué seul, sans son avocat, précise l'Agence France-Presse.

La ministre des Sports a demandé à M. Gailhaguet qu'il remette sa démission.

« Le nombre de faits et leur étalement dans le temps illustrent qu'un dysfonctionnement général existe au sein de la fédération, a-t-elle expliqué à la sortie de la rencontre.

« Au regard des révélations et des témoignages que j'ai pu recueillir, le président de la Fédération française des sports de glace (FFSG) Didier Gailhaguet ne peut se dédouaner de sa responsabilité morale et personnelle, je lui ai donc demandé d'assumer toutes ses responsabilités et de démissionner », a-t-elle confirmé.

La ministre des Sports a également indiqué qu'elle allait « saisir le procureur de la République [...] afin qu'une enquête pénale puisse être diligentée sur les faits qui le justifient ».

« Nous ne nous attendions pas à ce que tout ce que nous lisions ou entendions soit si grave. Tout le monde est choqué, et moi la première », a-t-elle admis.

Il est à noter que le ministère des Sports ne peut pas limoger le dirigeant français de 66 ans, mais la ministre a rappelé que les fédérations recevaient de l'argent public. Elle a aussi évoqué le retrait du soutien de l'État, une mesure rarissime qui mettrait au ban la FFSG.

Marie-George Buffet, qui était la ministre des Sports avant l'arrivée de Roxana Maracineanu, avait appelé le président de la fédération nationale à la démission. Sur Internet, une pétition qui réclame son départ a été signée par plus de 3000 personnes.

Un habitué

Ce n'est pas la première fois que Didier Gailhaguet est dans le collimateur.

Éclaboussé par une affaire d'influence sur une juge aux Jeux olympiques de 2002 (pour évincer les Canadiens Jamie Sale et David Pelletier du 1er rang), il avait été interdit de toute fonction dans le patinage international pendant trois ans et de Jeux olympiques, en 2006, à Turin.

M. Gailhaguet avait également dû démissionner en 2004 de la présidence de la Fédération française après un rapport de la Cour des comptes dénonçant des dérives de gestion, mais il avait retrouvé son poste en 2007.

La ministre des Sports veut connaître le rôle que la FFSG a pu avoir dans le maintien, dans les années 2000, de l'entraîneur Gilles Beyer, accusé 30 ans après les faits de viol par la championne Sarah Abitbol, mais déjà soupçonné d'attitudes peu appropriées à l'époque.

Dans le livre d'Abitbol, ses accusations portent sur les années 1990 à 1992, une période prescrite.

Sarah Abitbol en couverture du Nouvel Observateur

Sarah Abitbol en couverture du Nouvel Observateur

Photo : Le Nouvel Observateur

Gilles Beyer, champion de France en 1978, était au début des années 1990 un entraîneur de haut niveau. Il a succédé en 1998 à Didier Gailhaguet au poste de directeur des équipes de France quand ce dernier est devenu président de la FFSG.

Au début des années 2000, Beyer est visé par la plainte d'une autre patineuse, classée sans suite, puis au centre d'une enquête administrative, menée par des inspecteurs généraux de la jeunesse et des sports, après un signalement de parents.

Cette enquête avait conduit à l'époque le ministère des Sports à mettre fin à ses fonctions de cadre technique à la FFSG.

Pourtant, Gilles Beyer a gardé à la fédération un poste au bureau exécutif jusqu'en 2018.

La ministre des Sports attend que Didier Gailhaguet lui explique comment Gilles Beyer « a pu se retrouver dans l'écosystème » quand il est « tout à fait improbable que la fédération n'ait pas eu connaissance des mesures prises à son encontre ».

Dans une déclaration à l'AFP vendredi, Gilles Beyer, 62 ans, a concédé des « relations intimes et inappropriées » avec Sarah Abitbol, en lui présentant des excuses qu'elle a immédiatement refusées.

L'ancien patineur français Gwendal Peizerat, champion olympique de danse en 2002, a fait une sortie remarquée à l'antenne de la radio RTL.

« On était tous au courant du côté déviant de Gilles Beyer, a-t-il affirmé. Didier Gailhaguet a une morale très laxe. »

Gwendal Peizerat donne un discours à une tribune.

Gwendal Peizerat

Photo : Getty Images

M. Peizerat accuse le président de la FFSG de « pratiques mafieuses ».

« Le milieu vit dans la peur. Mais tous les clubs ne sont pas contaminés », tient-il à dire.

Il est important de noter que Gwendal Peizerat a été candidat à la présidence de la FFSG en 2014.

Dans le journal L'Équipe, Gilles Beyer a aussi été accusé par une autre ancienne patineuse, Hélène Godard, d'avoir eu des rapports sexuels avec elle, alors qu'elle avait 13 et 14 ans, à la fin des années 1970.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !