•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« C’est un peu un rêve » : de l’Académie de l’Impact à Tahiti

Il saute et repousse un ballon de soccer par-dessus des adversaires lors d'un match à Tahiti.

William Vandal

Photo : Courtoisie

Depuis le mois de janvier, les journées de William Vandal ont de quoi faire rêver. Le jeune Lavallois de 19 ans se lève tous les matins quand les chauds rayons du soleil tahitien pénètrent dans sa maison.

Il part ensuite courir. Mieux vaut le faire assez tôt, avant qu’il fasse trop chaud. S’ensuit une séance de musculation dans un parc, en plein air, avec vue sur la mer. 

Depuis le début du mois de janvier, Vandal est le gardien de but partant de l’AS Central Sport, un club de soccer de la ligue de la Polynésie française.

Le jeune Québécois ne reçoit pas de salaire, mais le club paie toutes ses dépenses. L’équipe a payé ses billets d’avion, lui fournit logement et nourriture et met même une voiture à sa disposition. 

C’est le directeur de l’Académie de l’Impact, Philippe Eullaffroy, qui lui a parlé de l'occasion d’aller jouer au beau milieu de l’océan Pacifique pour quatre mois. Eullaffroy aimerait bien développer un partenariat là-bas avec le club montréalais. 

« Au début, je pensais que c’était une blague, confie Vandal en entrevue avec Radio-Canada Sports. J’en ai parlé avec ma famille et j’ai accepté. Je venais de terminer mon cégep et j’avais une session de libre avant d’entrer à l’université à l’automne prochain, alors j’ai sauté sur l’occasion. »

Deux jours après son arrivée, il a disputé un premier match en Coupe de Polynésie, un tournoi important qui permet notamment à une équipe de se qualifier pour la prestigieuse Coupe de France. Rapidement, le jeune Québécois a dû s’adapter. Pas tant au calibre, qu’il compare à celui de la Première Ligue de soccer du Québec, mais bien dans sa façon de communiquer avec ses défenseurs. 

Il dégage le ballon lors d'un match de soccer à Tahiti.

Le gardien de but William Vandal

Photo : Courtoisie

« Je suis un gardien très loquace et je parle beaucoup pour assurer un bon positionnement de l’équipe, explique le Québécois. Après notre premier match, l’entraîneur est venu me parler pour dire que mes coéquipiers avaient du mal avec mon accent et avec certains mots en anglais que j’utilisais. Cela dit, moi aussi je trouve leur accent un peu difficile, mais ça se place. »

Tous les matchs de la ligue de Polynésie sont disputés au stade de Papeete, tout près d’où réside d’ailleurs William Vandal. Les foules varient de quelques centaines jusqu’à plusieurs milliers de spectateurs. L’ambiance est bonne, mais la surface de jeu lui cause quelques soucis. 

« J’étais habitué à jouer sur du synthétique ou encore sur de très belles pelouses. Mais ici, l’herbe est très sèche et la surface très dure, dit-il. J’ai pas mal plus d’ecchymoses sur les jambes qu’à la normale. »

Une belle expérience de vie

William Vandal ne sait pas s’il gagnera un jour sa vie avec le soccer. En fait, il se doute un peu de la réponse. Bien sûr, il aimerait jouer avec l’Impact un jour en MLS, mais il ne cogne pas encore à la porte. 

Le onze montréalais ne lui a pas offert de contrat à la fin de son parcours avec l’Académie. Il n’est pas intéressé outre mesure par la nouvelle ligue canadienne de soccer. Son cheminement sportif se poursuivra dans une université québécoise. 

« J’aimerais étudier en médecine ou en physiothérapie tout en jouant dans une très bonne ligue de soccer, explique-t-il. Les universités québécoises ont gagné trois des quatre derniers championnats canadiens, alors ça prouve que c’est du bon soccer. Je pense que je peux encore progresser au cours des prochaines années. »

Il s'apprête à lancer le ballon.

Le gardien de but de l'AS Central Sport, William Vandal

Photo : Courtoisie

À son retour au Québec, il s’entraînera pour l’été avec l’Académie de l’Impact. D’ici là, il savoure son passage à l’autre bout du monde. 

« Je ne pouvais pas m’offrir une plus belle transition entre le cégep et l’université. J’arrive vraiment à décompresser. Les gens et mes coéquipiers sont super accueillants. C’est un peu un rêve avant le retour à la routine au Québec. »

Le matin de l’entrevue avec Radio-Canada Sports, il se préparait à aller marcher sur la plus grande montagne de l’île. En pleine saison des pluies, il ne pleut quand même qu’une heure par jour environ. 

Il s’entraîne en soirée, ce qui lui permet de passer le plus clair de son temps au soleil. 

« Je vais au marché pour m’acheter des fruits, je vais jouer au basket. Je prends aussi du temps pour parler avec ma famille et ma copine. C’est vraiment une belle aventure. »

Il est vrai qu’il y a pire dans la vie que de jouer au soccer à Tahiti. Surtout pendant l’hiver québécois. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !