•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Eve Dicaire pourrait affronter la championne WBC et WBO ce printemps

Elle sourit et lève son bras gauche dans l'arène.

Marie-Ève Dicaire

Photo : Getty Images / Mathieu Belanger

Jean-François Chabot

Marie-Eve Dicaire pourrait affronter l’Américaine Claressa Shields, à New York, en avril ou en mai, dans un combat d’unification des ceintures de l'IBF, du WBC et de la WBO des super-mi-moyennes.

Les pourparlers vont bon train entre les promoteurs Yvon Michel (GYM) et Dimitriy Salita, représentant de Claressa Shields basé à Brooklyn, dans l'État de New York.

Joint par Radio-Canada Sports, le porte-parole de Salita Promotions, Mark Taffet, a indiqué qu'il y avait encore quelques détails à peaufiner, mais qu'il avait bon espoir de voir les choses aboutir à la satisfaction de tout le monde.

« Claressa veut affronter les meilleures et Marie-Eve est au sommet chez les 154 livres. Nous sommes heureux du professionnalisme de nos échanges avec Yvon Michel, ce qui n'est pas toujours le cas dans le milieu de la boxe  », a indiqué Taffet.

Du côté de GYM, la position officielle abonde dans le même sens.

« Le Groupe Yvon Michel confirme que nous avons des discussions avec le clan Shields au sujet d'un combat avec Marie-Eve Dicaire, mais sans plus, a écrit Yvon Michel. Ce combat n'est pas notre seule option chez GYM et Marie-Eve souhaitait prendre des vacances avant de se remettre intensément au travail. À son retour, GYM souhaitera rencontrer Marie-Eve pour évaluer toutes les possibilités qui s'offrent à nous. »

Dicaire (17-0) est championne de l'IBF. Elle n'a touché que 38 000 $ lors de sa plus récente défense de titre face à la Vénézuélienne Ogleidis Suarez, fin novembre, à Québec, mais pourrait cette fois récolter une bourse 10 fois supérieure.

Claressa Shields (10-0, 2 K.-O.) a mis la main sur les titres vacants du WBC et de la WBO en l’emportant par décision unanime sur la Croate Ivana Habazin (20-4, 7 K.-O.), à Atlantic City, le 10 janvier dernier.

Shields est à ce moment devenue la pugiliste ayant le plus rapidement conquis (hommes et femmes confondus) des titres mondiaux dans trois catégories de poids, soit super-mi-moyennes, moyennes, et super-moyennes.

Le 19 janvier, Shields évoquait, sur son compte Twitter, la possibilité d'affronter la Québécoise. « Je suppose que je devrai donner une raclée à Marie-Eve Dicaire pour mettre la main sur le premier rang », écrivait-elle.

À lire aussi :

Changements au calendrier

Du coup, les plans de préparation de Marie-Eve Dicaire s'en trouveraient chamboulés. Elle s'entraînait déjà depuis la mi-décembre dans la perspective de se battre au mois de mars.

À l'origine, on prévoyait un affrontement contre l'Américaine Raquel Miller (10-4, 4 K.-O.), championne de la WBA intérimaire.

La Québécoise s'accorde en ce moment même une semaine de vacances. Elle entamera ensuite un programme spécifique pour son éventuel duel face à Shields.

Sans cette pause, Dicaire risquait l'épuisement puisque sa préparation se serait étalée sur une période ininterrompue de 16 semaines.

Une boxeuse pose avec ses ceintures de championne.

Claressa Shields après sa victoire face à Ivana Habazin

Photo : The Associated Press / Matt Rourke

Au cours des dernières semaines, bien des échos faisaient aussi état de la possibilité d’un face-à-face entre Shields et Laila Ali (24-0, 21 K.-O.), fille du légendaire Muhammad Ali.

Il semble que la perspective d’unifier les ceintures des super-mi-moyennes a aussi plus d'intérêt aux yeux de Shields.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !