•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du soccer pour amputées en Haïti, le sport au service de la dignité

Des joueuses à la poursuite du ballon

Des joueuses à la poursuite du ballon

Photo : Ted Actu

Haïti a depuis 2018 une équipe de soccer féminin formée de joueuses amputées. Elles sont 13. Dix sont des victimes du séisme de 2010. Celle qui l’a mise sur pied, Marie-Sofonie Louis, voit plus loin que le sport et mène un combat pour la dignité.  

En plus d'être l'entraîneuse, Marie-Sofonie Louis est journaliste et ingénieure en informatique. Son objectif est de montrer que ces femmes, déjà éprouvées avec leur handicap, peuvent encore servir leur pays et, surtout, être considérées comme des êtres humains. Trop souvent, quand elles se présentent en entrevue pour un emploi, elles sont rejetées à cause de leur handicap. Elles n'ont qu'un pied ou un seul bras pour la plupart.

« Étant donné que je suis une personne qui se bat pour l’égalité, je me suis dit qu’il y a des amputées à cause du séisme, alors pourquoi pas former une équipe de femmes? J’ai donc lancé un appel en disant : "Là où vous étiez, à l’hôpital ou dans les réunions où vous allez avec des personnes amputées, handicapées comme vous, faites savoir que nous allons constituer une équipe de femmes", raconte-t-elle. Je dois aussi créer l’équilibre entre les femmes. Si j’ai des femmes à Port-au-Prince, je dois aussi avoir des femmes de toutes les provinces. »

Depuis la création de l’équipe en juin 2018, ces footballeuses ont retrouvé une confiance perdue et, en même temps, créé une certaine émulation chez les autres femmes.

Au départ, elles ne savaient pas si elles pouvaient faire quelque chose de grand et si cela allait être difficile. J’ai des joueuses qui ont un niveau intellectuel élevé, mais certaines fois, elles se sentent discriminées. À l’école ou lorsqu’elles font des stages. Donc jouer avec des béquilles et marquer un but ou quand une gardienne qui a une seule main arrête un tir de pénalité, c’est quelque chose d’incroyable pour elles. Elles se sentent fières, tous les journaux parlent d’elles. Elles font quelque chose de difficile. Pour moi, ce sont des championnes!

Marie-Sofonie Louis, entraîneuse
Une joueuse en béquilles tente un tir.

Les joueuses haïtiennes ont disputé deux matchs contre les Dominicaines.

Photo : Ted Actu

L’équipe a remporté les deux matchs qu'elle a disputés dans une récente tournée en République dominicaine. Ses prochains objectifs sont la Copa América et, surtout, la Coupe du monde qui aura lieu à Seattle en mai.

« Dans toutes les catégories, Haïti n’a jamais remporté de compétition internationale, rappelle Marie-Sofonie Louis. Nous voulons être les premières à remporter un titre. [...] Et nous voulons être les championnes du monde! »

Sans aucune aide de l’État, Marie-Sofonie Louis se débrouille comme elle peut et réclame l'aide également de la communauté internationale, car elle pense que par le sport, on peut trouver des solutions politiques.

Une entraîneuse parle à ses joueuses pendant un entraînement

Marie-Sofonie Louis parle à ses joueuses

Photo : Ted Actu

Tout le monde sait qu'il existe un certain antagonisme de la part des Dominicains envers les Haïtiens, avec lesquels ils partagent leur île. Le sport peut être réunificateur, croit Marie-Sofonie Louis. Durant la tournée en République dominicaine, les joueuses et leur entraîneuse ont visité des écoles. Certains élèves dominicains qui ne s’intéressaient pas au sport ont été renversés de voir toutes ces femmes amputées réaliser des prouesses. À la fin de la visite, leur attitude avait radicalement changé.

Je me sens heureuse, je me sens utile à mon pays et je me sens fière d’être là pour toutes les personnes qui ont besoin de moi. [Nous étions] en République dominicaine pour essayer de refaire ce que la politique et la richesse ne peuvent pas faire, […] pour mettre tout le monde ensemble. Nous prêchons pour la réunification de l’île à travers le sport pour les handicapés.

Marie-Sofonie Louis

Le 8 mars prochain, dans le cadre de la Journée internationale des femmes, ce sera au tour de l’équipe de Marie-Sofonie Louis d’accueillir les Dominicaines dans un match à Port-au-Prince.

Une joueuse en béquilles dribble.

Une joueuse dominicaine frappe le ballon.

Photo : Ted Actu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports