•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tokyo est prête pour ses Jeux, voici à quoi ressemblent les sites

L'amphithéâtre de cinq étages contient 68 000 places.

Vue du stade national

Photo : afp via getty images / CHARLY TRIBALLEAU

Agence France-Presse

À six mois de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Tokyo, le Japon met la touche finale dans une quarantaine de sites olympiques répartis en deux zones principales de la capitale.

De nouveaux équipements sportifs ont été construits sur des terrains gagnés sur l'océan dans la zone de la baie de Tokyo, tandis que dans la « zone héritage », plus centrale, des sites des JO de 1964 seront réutilisés. Certains ont été rénovés ou reconstruits pour l'occasion.

Voici quelques-uns des sites les plus marquants.


Le stade national

Inauguré le mois dernier, le principal stade des Jeux de 1964 a été refait de A à Z au même endroit, en plein coeur de la ville. D'une capacité de 68 000 places, il accueillera les cérémonies d'ouverture et de clôture, la plupart des épreuves d'athlétisme et certains matchs de soccer.

Ce chantier financé par l'État avait suscité une vaste polémique en 2015 en raison du coût du projet initial de l'architecte irako-britannique Zaha Hadid. Son prix d'un peu plus de deux milliards de dollars en aurait fait le stade le plus cher du monde.

Une vue de l'extérieur

Le stade national, dont les travaux ont été terminés en décembre 2019.

Photo : afp via getty images / BEHROUZ MEHRI

Le gouvernement a hâtivement sélectionné un autre projet de l'architecte japonais Kengo Kuma, moins cher (environ 1,89 milliard), tout en faisant la part belle à des matériaux de construction traditionnels comme le bois de cèdre du Japon.


Le centre aquatique

Ce site imposant de la baie de Tokyo accueillera les épreuves de natation, de natation artistique et de plongeon.

Sa capacité de 15 000 sièges sera réduite à 5000 après les Jeux pour accueillir d'autres compétitions, et il sera ouvert au grand public.

Les travaux, qui devraient coûter plus de 683 millions de dollars, doivent s'achever d'ici fin février.

Vue extérieure du bâtiment carré

Le centre aquatique

Photo : Getty Images / Clive Rose

Le site a un mur modulable pour convertir son bassin principal de 50 m en deux piscines séparées de 25 m chacune. La profondeur des bassins est également ajustable.


Le centre d'aviron et de canoë

Ce nouveau centre pour l'aviron et le canoë est installé sur une île artificielle verdoyante de la baie de Tokyo. Il consiste en un bassin d'une longueur de 2 km à huit couloirs et protégé par un barrage.

Photo prise durant les mondiaux d'aviron juniors en 2019

Le site des compétitions d'aviron et de canoë-kayak

Photo : afp via getty images / TOSHIFUMI KITAMURA

Sa construction devrait s'achever en mai. Sa capacité de 24 000 places pendant les JO sera réduite à 2000 après l'événement.


L'aréna Ariake

Les épreuves olympiques de volleyball et paralympiques de basketball se tiendront dans ce nouvel édifice de 15 000 places. Les panneaux solaires qui recouvrent son toit incurvé ont dû être orientés de manière à éviter les réflexions de lumière sur les tours d'immeubles voisines.

Des personnes marchent devant le bâtiment.

L'aréna Ariake

Photo : Getty Images / Carl Court

Comme le centre aquatique, le bâtiment comportera des capteurs thermiques et des pompes géothermiques pour réduire ses émissions de CO2. Il continuera par la suite d'accueillir des événements sportifs ainsi que des concerts.


Le centre Budokan

Temple d'arts martiaux au toit incurvé censé ressembler au mont Fuji, ce bâtiment octogonal tout proche du palais impérial a été construit pour les épreuves de judo des JO de 1964. Judokas et karatékas s'affronteront ici.

Les compétitions de judo auront lieu dans cet amphithéâtre.

Le centre Budokan

Photo : afp via getty images / CHARLY TRIBALLEAU

Il est aussi un lieu de concert mythique au Japon. Les Beatles y ont notamment joué en 1966 pour leur première apparition dans le pays. Le centre accueille par ailleurs tous les 15 août l'hommage national aux morts de la Seconde Guerre mondiale.


Le village olympique

Sur une langue de terre rectangulaire qui s’étend sur la mer, le village olympique est composé de 21 immeubles de 14 à 18 étages avec une capacité de 18 000 lits pendant les Jeux olympiques et 8000 pour les Jeux paralympiques. Il est destiné à devenir par la suite un écoquartier résidentiel, en partie alimenté par des piles à combustible.

Photo prise le 24 juillet 2019, précisément un an avant les cérémonies d'ouverture.

Le village olympique, où résideront les membres des médias durant les Jeux.

Photo : Getty Images / Carl Court


Le stade Azuma de Fukushima

Comme lors du mondial de rugby organisé au Japon à l'automne dernier, le nord-est du pays, ravagé en mars 2011 par le séisme, le tsunami et l'accident nucléaire de Fukushima, a été symboliquement associé aux JO de Tokyo, surnommés « les Jeux de la reconstruction » par les autorités.

Les tournois olympiques de baseball et de softball se tiendront ainsi dans le stade de baseball de la ville de Fukushima.

Situé à Fukushima, il accueillera le tournoi olympique de baseball.

Le stade Azuma

Photo : The Associated Press / Jae C. Hong


Et puis Sapporo...

Située à 800 km au nord de Tokyo, la ville de Sapporo a la particularité d'avoir été promue site olympique sans même l'avoir demandé. Elle accueillera notamment l'épreuve phare du marathon, après une décision du Comité international olympique, très inquiet des risques sanitaires d'une éventuelle canicule à Tokyo.

C'est dans ce parc que commencera et finira le marathon olympique.

Le parc Odori, à Sapporo

Photo : Getty Images / Shaun Botterill

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Sports