•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Larry Walker fait son entrée au Temple de la renommée

Il porte l'uniforme des Expos.

Larry Walker

Photo : Getty Images / Otto Greule Jr/Stringer

La Presse canadienne

Larry Walker retrouvera les immortels du baseball. Mardi, l'ancien voltigeur des Expos de Montréal, des Rockies du Colorado et des Cardinals de Saint Louis a vu les portes du Temple de la renommée de Cooperstown s'ouvrir devant lui à sa 10e et dernière année d'admissibilité.

Walker avait publié un tweet en après-midi laissant entendre qu'il raterait l'intronisation par quelques voix. Pas cette fois.

« Bien que je crois que j'arriverai à court aujourd'hui, je tiens quand même à remercier tous ceux qui m'ont donné leur appui. Je vous en suis très reconnaissant, pouvait-on lire dans son message. Ç'a été amusant de lire tout ce que vous en pensiez. Santé! »

Il est devenu le deuxième Canadien à obtenir cette distinction après le lanceur Ferguson Jenkins, élu en 1991.

Quand l'appel est finalement arrivé, j'étais probablement à 90 secondes de dire à tout le monde qu'on allait terminer de regarder tout ça à la télévision. J'avais estimé l'heure à laquelle les gens du Temple allaient appeler, et cette heure était passée. Quand l'appel est finalement entré, j'étais stupéfait. D'entendre Jack O'Connell [du Temple de la renommée] dire que je n'étais pas arrivé à court cette fois-ci a été incroyable.

Larry Walker

Walker devait obtenir la faveur de 75 % des électeurs membres de l'Association des chroniqueurs de baseball d'Amérique (BBWAA) pour être admis à Cooperstown. Son nom a été inscrit sur 304 des 397 bulletins de vote (76,6 %).

La cohorte 2020 est également composée de Derek Jeter, une gloire des Yankees de New York de 1995 à 2014.

L'arrêt-court a reçu 99,7 % des votes, un seul électeur ne l'ayant pas choisi. Seul son ancien coéquipier Mariano Rivera (100 %) en avait obtenu davantage lors de son intronisation en 2019.

Le célèbre no 2 a passé la totalité de sa carrière dans le baseball majeur avec les Yankees. Il a remporté cinq Séries mondiales et a conclu avec 3465 coups sûrs (6e), 11 195 présences au bâton (7e), 1923 points marqués (11e) ainsi que 544 doubles (35e).

Une carrière couronnée de succès

Originaire de Maple Ridge en Colombie-Britannique, Walker a mis fin à sa carrière de 17 saisons en 2005 avec une moyenne au bâton à vie de ,313, 2160 coups sûrs, 383 circuits, 417 doubles, 1311 points produits, 1355 points comptés et 230 buts volés.

Il a remporté le titre de joueur par excellence dans la Ligue nationale en 1997. Il avait alors maintenu une moyenne de ,366 avec 49 circuits, 130 points produits et 143 points comptés.

Pour un gérant comme moi, qui le connaissais depuis le niveau A, Larry Walker était tout un athlète. Il aurait pu jouer n'importe quelle position sur le terrain et remporter un Gant d'or [...] Il avait les cinq outils qu'on recherche dans un joueur de baseball. Plus encore, ces cinq outils étaient en évidence chaque fois qu'il foulait un terrain. Certains joueurs disposent de ces cinq outils, mais ne s'en servent pas chaque match.

Felipe Alou

Ses moyennes de puissance (,720) et de présence/puissance (1,172) avaient été les meilleures du baseball majeur. Il avait mené la Nationale pour les circuits et la moyenne de présence sur les sentiers (,452).

À ce titre de joueur par excellence, il faut ajouter trois championnats des frappeurs, sept Gants d'or, trois Bâtons d'argent, en plus de cinq participations au match des étoiles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Baseball

Sports