•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes plus prudentes que les hommes face aux commotions cérébrales

Il est placé pour un coup de pied de coin.

Un ballon de soccer

Photo : Martin Rose |Getty images

La Presse canadienne

La moitié des joueuses de soccer qui ont subi des coups à la tête ont demandé l'intervention d'un médecin, comparativement au tiers de leurs collègues masculins, selon une étude canadienne diffusée mardi dans le Journal of the American Medical Association.

L'étude relève cependant que la différence n'est pas significative entre le nombre de joueuses retirées du terrain dans les tournois internationaux d'envergure par rapport à leurs collègues masculins qui sont dans la même situation.

Le neurochirurgien qui a mené cette étude à l'hôpital St. Michael's de Toronto croit que les footballeuses sont plus ouvertes à l'idée de rapporter les symptômes d'une commotion cérébrale, ce qui signifie qu'elles recevront plus de traitements médicaux.

En moyenne, un match féminin est interrompu pendant environ 70 secondes lors de l'intervention d'un thérapeute, contre environ 50 secondes pour un match masculin.

Les chercheurs ont rappelé qu'au moins 10 minutes sont nécessaires pour soumettre un athlète au protocole initial de dépistage d'une commotion cérébrale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports