•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurent Duvernay-Tardif au Super Bowl : fierté chez ses parents et amis

Laurent Duvernay-Tardif fait son entrée sur le terrain.

Photo : Associated Press / Jeff Roberson

Jean-François Chabot

Laurent Duvernay-Tardif s'en va au Super Bowl avec les Chiefs de Kansas City. Ses parents et amis s'en réjouissent. Radio-Canada Sports les a rencontrés.

Sa mère Guylaine et son père François ont ouvert les portes de leur boulangerie de Saint-Hilaire, habituellement fermée le lundi, pour faire part de leurs premières impressions sur le succès du célébrissime fiston.

« Ç’a été vraiment stressant tout au long du match. Quand on a réalisé que ça y était, ç’a été l’euphorie », a d’abord raconté Guylaine Duvernay au lendemain de la victoire des Chiefs sur les Titans du Tennessee en finale de l'Américaine.

« On n’arrêtait pas de dire que ce n’est pas fini, tant que ce n’est pas fini… Mais quand il n’y avait presque plus de temps au chrono et que la remontée devenait impossible, on a commencé à s’exciter un peu », a poursuivi François Tardif.

Les heureux parents admettent avoir ressenti la grande joie que vivait leur fils quand ils l’ont vu répondre aux questions d’un journaliste de RDS sur les lignes de côté. Là encore, maman et papa achevaient mutuellement leurs phrases.

« Nous qui le connaissons comme tellement posé, bien qu’il ait fait une entrevue solide compte tenu de l’émotion », a commencé la mère.

On voyait à quel point il était comme un gamin, excité au maximum. On voyait aussi qu’il était très fatigué. Son corps fumait de partout [en raison de la sueur par grand froid, NDLR]. Malgré l’excitation, il a quand même pris soin de remercier tout le monde.

François Tardif, père de Laurent Duvernay-Tardif
Il sourit dans leur boulangerie.

François Tardif et Guylaine Duvernay, parents de Laurent Duvernay-Tardif

Photo : Radio-Canada / Jean-François Vachon

Laurent Duvernay-Tardif a tenté de parler à ses parents sur le terrain par Facetime, mais la pile de son téléphone a lâché au bout de quelques secondes.

« Il nous a rappelés plus tard en rentrant chez lui. Il nous a dit à quel point il se sentait brûlé, mais tellement content. Il était avec sa conjointe Florence et son agent Sasha pour vivre le moment », a indiqué Guylaine.

Même s’ils avaient été invités à rejoindre un groupe d’amis de Laurent dans un bar de la rue Saint-Denis, les parents ont préféré rester à la maison pour suivre le match. Quelques amis proches se sont joints à eux pour vivre ce bon moment.

Papa et maman sont également très conscients de la vague de soutien déferlante qui balaie le Québec à la faveur du numéro 76 des Chiefs.

« On sent cette vague de soutien. Est-il le plus populaire? Je ne sais pas. Nos téléphones étaient très sollicités avec tous les textos qui rentraient, certains provenant de personnes que je connais plus ou moins, certaines même pas du tout », a expliqué le père.

« C’est sûr que demain [mardi], à l’ouverture de la boulangerie, les clients vont en parler, même si nous, on est assez discrets. On voit qu’il n’y a pas de photos de Laurent dans nos boulangeries. Mais au Super Bowl, il y aura une grosse bannière pour encourager Laurent. Tout Saint-Hilaire et Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville seront derrière lui. Tout le monde le connaît. Il a travaillé ici quand il était plus jeune », a rappelé Guylaine Duvernay.

Guylaine et François feront le voyage jusqu’en Floride pour assister au match ultime.

Nous y serons avec ses sœurs. Ce sera sûrement quelque chose d’incroyable. Je ne suis pas capable de visualiser ce que ce sera. Je ne sais pas si beaucoup de Québécois se déplaceront à Miami, mais c’est sûr qu’il y en aura des milliers devant leur poste de télé.

Guylaine Duvernay, mère de Laurent Duvernay-Tardif

« Ils sont rendus au Super Bowl. Pour moi, qu’il gagne ou qu’il perde, si Laurent a atteint son objectif de jouer au [Super Bowl], c’est ce qui compte… », a dit François avant d’être interrompu par sa conjointe.

« Oh, mais Laurent veut gagner », s’est empressée de souligner la maman.

De qui est-elle le plus fière? Du joueur de football ou du médecin? La réponse est tombée nette.

« Je suis fière de l’être humain, de l’engagement qu’il prend auprès des jeunes. Oui, ça passe par le football. C’est certes glorieux d’être au Super Bowl. Pour moi, ce qui compte, c’est ce qu’il est devenu comme personne. Et ce n’est pas fini, il est encore jeune. »

Entre docteurs

Charles-Alexandre Lacroix, ami et confrère médecin de Laurent Duvernay-Tardif, abonde dans le même sens.

Un médecin en entrevue

Charles-Alexandre Lacroix

Photo : Radio-Canada / Jean-François Vachon

Ce colosse de 2 m (6 pi 7 po) est heureux de le voir réussir sa carrière sportive. Mais quand on lui demande si son ami rêve depuis longtemps de participer au Super Bowl, le médecin de l'Hôpital Santa Cabrini, dans l'est de Montréal, nuance ses propos.

Même l’idée d’un jour se rendre dans la NFL était quelque chose de vraiment distant. Alors, pour ce qui est de se rendre au Super Bowl, je pense qu’on n’a jamais eu cette conversation. Son but était simplement d’aller le plus loin possible dans son sport. Maintenant qu’il va jouer au Super Bowl, je ne pense pas qu’il puisse aller plus loin que ça.

Charles-Alexandre Lacroix, ami de Laurent Duvernay-Tardif

De quoi Laurent Duvernay-Tardif est-il le plus fier, de sa réussite comme médecin ou comme athlète? Charles-Alexandre a poussé un long soupir avant de répondre.

« Ouf! Bonne question, a-t-il répondu. Laurent a toujours vécu avec ces deux défis en tête : bien performer au travail et atteindre le plus haut sommet dans son sport. Pour lui, ça n’a jamais été l'un ou l’autre. Et c’est ce qui le démarque. Il aurait lui aussi beaucoup de difficulté à répondre à cette question. »

Les deux amis communiquent régulièrement. Après la victoire des Chiefs, ils ont échangé quelques textos.

Charles-Alexandre Lacroix espère que la province tout entière se rangera derrière son copain.

« Je pense que tous les Québécois devraient s’intéresser aux Chiefs pendant les deux prochaines semaines. Ce n’est pas arrivé souvent de voir quelqu’un d’ici au Super Bowl. Toute la communauté médicale doit être heureuse d’avoir quelqu’un qui la représente aussi bien. »

(Avec les informations d'Antoine Deshaies)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Football

Sports