•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

La solution optimale qui s’offre au CH : renvoyer tous les jeunes à Laval

Il regarde la palette de son bâton.

Jesperi Kotkaniemi

Photo : Reuters / USA Today Sports

BILLET - C’est quand ils se retrouvent dans une position désavantageuse que l’on reconnaît les plus grands tacticiens. Il sera donc fort intéressant de voir ce que la direction du CH fera au cours des prochaines semaines pour tirer profit de la catastrophique saison que l’organisation connaît.

Froidement, la situation du Canadien se présente comme suit :

Il a remporté seulement 20 de ses 48 premiers matchs de la saison. Il reste 34 rencontres à disputer et l’équipe devrait maintenir un taux de succès de ,750 pour espérer participer aux séries.

La saison est donc terminée. Les entraîneurs le savent. Les joueurs le savent. Les gradins du Centre Bell commencent à se vider et les spectateurs qui restent jusqu’à la fin des matchs ne se gênent pas pour manifester leur mécontentement.

Au cours des deux prochains mois et demi, le Tricolore disputera donc 34 matchs sans signification en pataugeant dans le négatif. Les défaites s’accumuleront, certains vétérans écouleront le temps en s’attendant à être échangés à la date limite des échanges. Les autres se feront une carapace et joueront comme des robots jusqu’en avril. Les manchettes des médias seront défavorables. Certains réclameront la tête du DG. D’autres demanderont que l’entraîneur soit congédié. Les plus incisifs voudront que la haute direction au grand complet soit liquidée.

La galère.

Il y a toutefois moyen de réagir à cette situation de manière cohérente, constructive, et même d’en tirer du positif au bout du compte.

***

Depuis trois ans, l’organisation s’est résolument engagée dans un processus d’emmagasinage de choix de repêchage et de développement de ses jeunes talents. Marc Bergevin le répète d’ailleurs dans tous ses points de presse : il tient à ses jeunes espoirs comme à la prunelle de ses yeux.

Si c’est vraiment le cas, le premier geste que doit poser le DG du CH consiste à extraire les plus jeunes joueurs de l’équipe de cette situation malsaine en les cédant au club-école de Laval.

Jesperi Kotkaniemi (19 ans), Nick Suzuki (20 ans), Ryan Poehling (20 ans), Victor Mete (21 ans) et Cale Fleury (21 ans) en sont à une étape cruciale de leur développement. Ils n’apprendront rien de positif en tenant des rôles secondaires sous les huées du public au sein d’une équipe vivotant dans les bas-fonds de la LNH.

Il sourient et célèbrent un but.

Nick Suzuki entouré de Nick Cousins, Ryan Poehling et Paul Byron.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Peut-être vous souvenez-vous d’une chronique publiée un peu plus tôt cette saison et qui expliquait à quel point il est important, dans toutes les phases de leur développement, de soumettre les athlètes à une « compétition significative »? Ce texte comparait les cheminements de Suzuki et de Kotkaniemi au cours de la dernière année. Il illustrait à quel point Suzuki avait bénéficié de sa dernière saison dans les rangs juniors, durant laquelle il campait un rôle de leader et assumait d’importantes responsabilités.

« Aux échelons supérieurs de notre modèle de développement de l’athlète, il y a deux stades de développement. Avant de devenir un Olympien ou un véritable professionnel de calibre mondial, l’athlète doit d’abord "apprendre à gagner". Ensuite, il doit "s’entraîner à gagner" », expliquait André Lachance, un Canadien dont l’expertise en matière de développement est reconnue internationalement.

La question qui se pose est donc la suivante : qu’est-ce que les cinq jeunes apprendront à gagner s’ils restent avec le Canadien jusqu’en avril?

***

Si Marc Bergevin réaménageait son échiquier, la piètre saison que connaît le Bleu-blanc-rouge pourrait s’avérer un tournant positif dans l’histoire récente de l’organisation.

Le club-école du CH ne s’est qualifié pour les séries éliminatoires de la Ligue américaine qu’une seule fois en huit ans. Et la seule année où l’équipe a pris part aux séries, en 2017, elle a été évincée au premier tour. Depuis le début des années 2010 (nous sommes en 2020!), on tente donc de former la relève du Tricolore dans un contexte perdant. On est très loin du « apprendre à gagner »!

Or, cette saison, le Rocket de Laval se situe à seulement un point d’une participation aux séries. Céder les cinq jeunes à Laval injecterait une bonne dose de talent à l’équipe de Joël Bouchard.

À Laval, Kotkaniemi, Suzuki, Poehling, Mete et Fleury bénéficieraient d’un temps d’utilisation et de responsabilités accrus, et ils seraient en plus placés dans un véritable contexte de compétition significative.

En fin de compte, cette manœuvre (si elle ne survenait pas à la dernière minute) permettrait fort probablement au club-école de participer aux séries. Et ainsi, en plus, un nombre encore plus grand d’espoirs du Tricolore, comme Jake Evans, Luka Vejdemo ou Josh Brook, pourrait aussi vivre une expérience de développement significative.

Il donne des directives à ses joueurs à l'entraînement.

Joël Bouchard

Photo : Canadien de Montréal

***

Par exemple, plaçons-nous un peu dans les patins de Jesperi Kotkaniemi, que le CH espère voir devenir, un jour, le premier centre de l’équipe.

« KK » jouait avec des hommes dans les rangs professionnels finlandais à l’âge de 17 ans. Il jouait dans la LNH à 18 ans, ce qui forçait Claude Julien à l’utiliser avec prudence et à choisir ses confrontations. Et encore cette année, à 19 ans, il campe un rôle de troisième ou de quatrième centre, selon les circonstances.

À ses trois dernières saisons, Kotkaniemi a en quelque sorte été assis sur la banquette arrière. On veut qu’il devienne un meneur, mais ça fait longtemps qu’il n’a pas campé de rôle-clé au sein de ses équipes. Et il n’a encore aucune idée de ce que ça représente de disputer une féroce série éliminatoire quatre de sept dans le hockey professionnel nord-américain.

Voici donc une occasion unique de lui permettre, ainsi qu’aux autres jeunes, de faire ces importants apprentissages!

***

Ce déplacement de personnel permettrait par ailleurs à Joël Bouchard, enfin, d’exécuter le mandat qu’il s’attendait à remplir lors de son embauche : développer les meilleurs espoirs du Canadien.

La formation est à ce point dégarnie que la plupart des meilleurs espoirs de l’organisation ne passent pas par Laval et commettent leurs erreurs dans la LNH. Parmi les cinq jeunes du CH mentionnés plus haut, seul Cale Fleury a passé une saison complète sous la supervision de Bouchard. Et Fleury s’avère l’une des très belles surprises de la saison.

Comment le Canadien remplacerait-il les jeunes qui seraient dirigés vers Laval, vous demandez-vous?

La formation du Rocket regorge de vétérans qui ont joué dans la LNH! Bien entendu, il faudrait s’assurer de garder des vétérans à Laval pour soutenir les jeunes. Mais des joueurs comme Karl Alzner, Matthew Peca ou Dale Weise seraient certainement ravis de terminer la saison dans la LNH et d’obtenir la chance de démontrer qu’ils peuvent encore tenir leur bout dans cet environnement.

Il patine.

Karl Alzner à son premier entraînement avec le Rocket

Photo : Radio-Canada

De toute manière, le rendement de ces joueurs importerait peu puisque la saison est terminée et qu’une chute au classement ne ferait qu’accroître les chances du CH d’obtenir un meilleur rang de sélection au repêchage.

***

Bref, si on renvoyait rapidement les cinq jeunes à Laval, tout le monde en ressortirait gagnant : le Canadien, le Rocket, les partisans, les espoirs de l’organisation et les vétérans du Rocket qui seraient rappelés par le grand club.

Il est extrêmement rare qu’une situation aussi négative que celle que traverse le Tricolore s’avère en même temps une aussi belle occasion de progrès et d’exécution cohérente d’un plan de développement.

Développer la relève et réinstaurer une culture gagnante au sein d’une organisation, ça n’a pas de prix. Et une culture gagnante, ça ne surgit pas par hasard au sommet d’une pyramide sportive. Il faut que ça provienne de la base et que ça monte vers le haut.

L’occasion est là. Elle ne demande qu’à être saisie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports