•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ce n’est pas acceptable » - Claude Julien

Il a l'air renfrogné derrière le banc.

Claude Julien

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Antoine Deshaies

Un amateur de hockey qui n’aurait pas jeté le moindre coup d’oeil récemment au calendrier de la LNH n’aurait certainement pas deviné que ce sont les Blackhawks de Chicago et non le Canadien de Montréal qui avaient joué la veille.

L’occasion était pourtant très belle mercredi pour le Tricolore de remporter un troisième match de suite. Un fait d’armes réalisé pour la dernière fois au début du mois de décembre. Cette défaite de 4-1 vient plutôt ternir encore plus la fiche du CH sur sa patinoire.

Le Canadien n’a remporté que 9 de ses 25 matchs au Centre Bell cette saison. Les Glorieux sont loin d’être maîtres chez eux comme l’a si éloquemment dit Jean Lesage. À ses 16 derniers matchs à domicile, ils n’ont triomphé qu’à trois reprises.

Contre les Hawks, les locaux ont été carrément déclassés.

« On ne méritait pas du tout ce match, a tonné Claude Julien dans un très bref point de presse d’à peine trois minutes auquel il a lui-même mis fin. On a perdu nos bagarres, on n’a pas pris les bonnes décisions. Je pense que c’est notre pire performance des 10 derniers matchs. Je suis extrêmement déçu. Ce n’est pas acceptable. »

« On n’a pas respecté le plan de match, a pour sa part brièvement analysé Phillip Danault. À force de jouer du hockey de rattrapage, ça finit par te rattraper. »

Il y a de ces soirées où rien ne semble fonctionner. Des soirées où la rondelle ne semble pas rouler pour votre équipe. Il arrive parfois même que votre gardien semble se battre avec la rondelle sur certains lancers.

Mercredi soir, on a vu de tout ça. Charlie Lindgren, envoyé dans la mêlée par Claude Julien pour reposer Carey Price, a perdu des rondelles, son bâton et même son bouclier. Le gardien s'est d'ailleurs blessé sur la séquence, mais a été en mesure de poursuivre la rencontre.

Il est à genou sur la glace.

Charlie Lindgren

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

D’ailleurs, c’est une confusion entre le gardien et Tomas Tatar derrière le filet qui a mené au premier but du match marqué par Zack Smith au premier engagement.

En période médiane, Lindgren a accordé un troisième but aux visiteurs, à Alex DeBrincat, alors qu’il tenait son bâton à main nue! Quand tout va mal!

Le règlement prévoit que les arbitres doivent arrêter le jeu quand le gardien perd son masque, mais rien n’est prévu quand il s’agit du bouclier ou de la mitaine. Claude Julien a d’ailleurs souligné la dangerosité du règlement dans sa forme actuelle.

« Il faudrait peut-être le revoir, a-t-il dit. C’est une pièce d’équipement aussi importante que le masque à mon avis. Recevoir un tir sur réception sans protection, c’est extrêmement dangereux. »

Les arbitres ont expliqué à Charlie Lindgren que le Canadien aurait dû reprendre la possession du disque pour provoquer un arrêt du jeu.

« C’était très étrange comme situation, a commenté Lindgren dans le vestiaire. C’est frustrant de perdre un match aussi bizarre. Cela dit, je prends la responsabilité du premier but. J’aurais dû mieux communiquer avec mon coéquipier. »

Domi encore indiscipliné 

Claude Julien bouillait lorsqu’il s’est présenté au podium pour son point de presse. Il savait sans doute qu’une question au sujet de Max Domi allait être posée, une fois dans chaque langue de surcroît.

Le fougueux attaquant a encore une fois fait preuve d’indiscipline. À mi-chemin en deuxième, il a été puni pour rudesse. Il était pourtant très loin de la rondelle.

Durant son séjour au banc des pénalités, les Hawks ont marqué le troisième but qui a semblé scier les jambes de ses coéquipiers. Son purgatoire s’est poursuivi au banc des joueurs.

Claude Julien ne l’a plus utilisé de la période. Et Julien n’avait pas tellement envie de justifier sa décision devant les membres des médias.

« J’ai fait ce que j’avais à faire, a sèchement répondu l’entraîneur. Il y a des conséquences à ces gestes, surtout que ce n’est pas la première fois que ça arrive. »

Domi n’a pas eu le choix de faire son mea culpa.

« Je ne voulais pas commettre une infraction, mais en regardant la reprise, c’en était bien une, a expliqué Domi. C’est dommage qu’ils aient ensuite marqué. Tu ne peux pas faire ça, surtout dans la situation dans laquelle on se trouve. Je ne peux pas me permettre de faire ça. »

Après ce beau gâchis, le Canadien s’est envolé vers la Ville de l’Amour fraternel où il affrontera les Flyers jeudi soir. Mercredi, à St. Louis, les Flyers ont gagné en prolongation contre les champions en titre de la Coupe Stanley.

Ça fait deux points de plus pour les Flyers qui en comptent maintenant 56. Installés au dernier rang donnant accès aux séries dans l’Est, ils ont maintenant neuf points d’avance sur le CH avec un match de plus à disputer.

Le léger vent d’optimisme qui soufflait depuis deux rencontres s’est brutalement estompé à Montréal.

Et la suite ne s’annonce pas très rose.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports