•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour de Sidney Crosby rend les Penguins redoutables

Ils discutent sur la glace.

Evgeni Malkin et Sidney Crosby des Penguins de Pittsburgh

Photo : Getty Images / Jamie Sabau

La Presse canadienne

Les messages de Mike Sullivan peuvent parfois être incessants. L'entraîneur-chef des Penguins de Pittsburgh répète à ses joueurs quelques slogans qui reviennent constamment pendant chaque entraînement, chaque période, et parfois même chaque présence sur la patinoire.

Cela peut aller de « jouez de la bonne façon » à « revenez à notre match », en passant par « gardez les choses simples ».

Cette formation riche en vedettes était tellement préoccupée par son talent offensif lors des récentes saisons qu'elle pouvait oublier de jouer de façon responsable aux deux extrémités de la patinoire. Plus maintenant.

Le groupe de joueurs qui a été surclassé stratégiquement et battu dans l'ardeur au jeu par les Islanders de New York au premier tour des séries en 2019 a été remplacé par une équipe qui est retournée parmi l'élite de la LNH grâce à un mélange de combativité, de résistance et de maturité.

Les Penguins ont enregistré une quatrième victoire de suite mardi et se sont approchés à quatre points des Capitals de Washington et du sommet de la Division métropolitaine, à une dizaine de jours de la pause du match des étoiles.

Il s'agit d'une avenue enivrante pour une équipe qui a passé les quatre derniers mois à regarder une vedette après l'autre quitter la patinoire en route vers la liste des blessés. La plus éprouvante a été celle du capitaine Sidney Crosby, qui est tombé au combat le 9 novembre. Il a subi une opération pour soigner une hernie sportive cinq jours plus tard.

À l'époque, les Penguins se trouvaient au milieu du classement dans l'Association de l'Est. Crosby donnait le ton pour s'assurer que sa troupe joue du « hockey de 200 pieds » dont raffole Sullivan.

Sans lui, les Penguins auraient facilement pu perdre leurs moyens. Ils ont plutôt retrouvé l'identité qui a fait la marque des équipes championnes des éditions 2016 et 2017.

Ils tiennent la coupe Stanley sur la glace.

Evgeni Malkin (à gauche) et Sidney Crosby (à droite)

Photo : La Presse canadienne / Bruce Bennett

Leur marge de manoeuvre en attaque ayant pratiquement disparu, les Penguins ont resserré le jeu devant les gardiens Tristan Jarry et Matt Murray. Ils savaient que pour demeurer en vie dans la meilleure division de la LNH, ils n'avaient pas d'autre choix.

Ç'a été un peu l'élément moteur qui explique pourquoi nous avons dû jouer comme nous l'avons fait, plus axés sur la défense, moins téméraires et, au bout du compte, pourquoi nous avons accordé moins d'occasions sur le plan collectif.

Zach Aston-Reese, attaquant des Penguins de Pittsburgh

Une séquence de 18-6-4 a propulsé les Penguins jusqu'au 4e rang du classement général pendant que Crosby manquait 28 matchs. Il s'agit du deuxième dossier dans le circuit Bettman durant cette période, un total inimaginable pour un groupe qui a raté l'équivalent de près de 200 rencontres à cause de diverses blessures.

« Lorsque vous perdez un joueur du calibre de Sid, c'est certain que le jeu change beaucoup. Vous devez simplifier les choses, vous devez attaquer les périodes une à la fois, une présence à la fois, et nous l'avons fait, note Jared McCann. Nous avons montré que nous pouvions le faire. Et maintenant que nous pouvons de nouveau compter sur lui, nous formons une équipe intraitable. »

C'est certainement l'impression qui s'est dégagée du match contre le Wild du Minnesota, une rencontre où le capitaine a inscrit quatre points, dont un but.

Crosby a eu besoin de moins que huit minutes pour amasser son premier point depuis le 29 octobre, récoltant une aide sur le premier de deux buts d'Evgeni Malkin.

Tous les joueurs sont importants ici dans le vestiaire, mais Sid est le capitaine. On connaît son importance, il est notre leader. Il est un grand joueur, un grand coéquipier [...] L'avantage numérique est meilleur. Nous sommes chanceux qu'il soit de retour.

Evgeni Malkin, attaquant des Penguins de Pittsburgh

Les Penguins sont déterminés à ne pas retomber dans leurs mauvaises habitudes, qui ont parfois surgi depuis leur dernier défilé de la Coupe Stanley. Questionné à savoir si l'équipe peut se permettre de prendre des chances inutiles maintenant que Crosby est de retour, McCann s'est mis à rire.

« Nous ne pouvons pas faire ça. Nous savons que nous ne pouvons pas retourner à la manière dont nous avons commencé la saison. Nous étions une équipe différente au début de la campagne. Maintenant, nous avons trouvé notre voie et nous savons ce que nous avons à faire. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports