•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier bulletin positif pour Kovalchuk avec le Canadien

Il répond aux questions des journalistes après un entraînement.

Ilya Kovalchuk

Photo : Radio-Canada / Jean-François Vachon

Michel Chabot

Ilya Kovalchuk se plaît dans son nouvel environnement et sa présence est grandement appréciée. Après cinq matchs avec le Canadien, le célèbre attaquant russe laisse une bonne impression.

Auteur de quatre points, dont un but, celui de la victoire qui rompait une série de huit défaites, samedi, l’athlète de 36 ans offre du meilleur hockey qu’avec les Kings de Los Angeles en début de saison.

Sa forme physique n’est peut-être pas encore à son zénith, mais Kovalchuk sent une amélioration.

Je me sens beaucoup mieux depuis les deux derniers matchs. Quand je suis arrivé, le premier match était riche en émotions, mais après, nous avons eu deux autres rencontres en trois jours. La troisième était la plus ardue. Mais là, c’est bon.

Ilya Kovalchuk, attaquant du Canadien

L’atmosphère dans le vestiaire est plus légère depuis les deux victoires contre Ottawa et Calgary, si bien que le nouveau venu se sent à l’aise.

« Nous avons commencé à gagner et c’est agréable, ajoute-t-il. Les gars s’amusent aux entraînements, ils travaillent fort et se préparent pour les trois derniers matchs importants avant la pause du match des étoiles. »

L‘homme suscite l’admiration pour son éloquent palmarès, mais aussi pour son attitude irréprochable.

« C’est un gars qui génère de l’enthousiasme, estime Nate Thompson. Il aime le hockey, il est passionné sur la glace et c’est contagieux. »

« Il travaille vraiment fort, il a une bonne attitude, renchérit Phillip Danault. Il est un tireur incroyable, ça, on le sait, mais il est bon passeur aussi. J’aime ça, nous nous trouvons sur la glace et je vois la chimie s’installer. »

L’entraîneur-chef a également eu de bons mots pour Kovalchuk quant à son implication dans la cause de l’équipe.

C’est un gars qui s’adapte bien à notre système de jeu et il le respecte aussi. Comme coéquipier, on a remarqué sur le banc hier, quand Poehling a marqué, je pense que c’était le joueur le plus enthousiaste sur le banc. Il est content pour tout le monde. Des joueurs comme ça montrent un bel exemple aux autres.

Claude Julien, entraîneur-chef du Canadien de Montréal

Ilya Kovalchuk est l’un des 15 joueurs de 36 ans ou plus qui ont joué dans la Ligue nationale (LNH) depuis le début de la saison, tout comme Joe Thornton et Jason Spezza.

La LNH rajeunit de plus en plus, mais la contribution des vétérans est précieuse aux yeux de bien des dirigeants.

« Le calme de ces gars-là aide les jeunes joueurs, soutient Julien. Il n’y a pas beaucoup d’équipes qui vont avoir du succès seulement avec des jeunes. Ça va toujours prendre des vétérans. »

« Les vétérans sont importants pour les jeunes qui doivent apprendre, comme nous l’avons fait, témoigne Kovalchuk. Comme avec Scott Mellanby et d’autres coéquipiers à l’époque, leur leadership inspirait la confiance et donnait l’exemple sur la glace et à l’extérieur. »

Timide à domicile

Neuf victoires et 22 points, c’est la maigre récolte du Canadien en 24 matchs à Montréal jusqu’ici. Le Tricolore semble en voie de connaître sa pire saison en huit ans sur sa propre patinoire. Il n’avait amassé que 42 points en 41 rencontres.

Lundi, il a mis fin à une séquence de cinq revers en infligeant une défaite de 2-0 aux Flames de Calgary. Il s’agissait de son premier gain à Montréal depuis le 11 décembre.

« Il y a des matchs où nous avons assez bien joué pour gagner et on a donné plus de buts qu’on en a marqués, dit Claude Julien. Ça ne veut pas dire que l’effort n’était pas toujours là. Mais c’est sûr que les gars se sentent plus à l’aise sur la route, il y a moins de pression, je crois. Mais d’ici la fin de la saison, il faut imposer le respect dans notre domicile. »

« Il faut que nous soyons difficiles à affronter à la maison, que nous jouions avec énergie tout le temps et avec passion, croit Danault. C’est ce qu’on a fait dans le dernier match, nous avons été solides et je ne vois pas pourquoi nous ne le ferions pas à chaque match. Ça devrait être notre identité. »

Venir jouer dans cet édifice quand tu es l’équipe visiteuse, et j’ai été de cet autre côté, c’est facile de s’y préparer. Ce n’est pas une excuse. Je pense que nous devons faire un meilleur travail pour jouer un style similaire à celui préconisé sur la route, c’est-à-dire ne pas se soucier d’épater la galerie, mais simplement d’abattre le boulot.

Nate Thompson

Jouer devant ses partisans est une arme à double tranchant que le Canadien aurait avantage à manier avec plus de doigté. Il disputera 8 de ses 11 prochains matchs au Centre Bell.

« Tu te fies sur tes partisans pour te donner de l’énergie, reconnaît Claude Julien. En même temps, tu dois travailler pour la mériter cette énergie-là en faisant des choses qui vont mettre la foule dans le match. Ce n’est pas toujours qu’on joue de mauvais matchs, mais on a de la difficulté à marquer par moment et ça finit par te rattraper. »

Le retour d'Armia

Joel Armia s'est entraîné avec ses coéquipiers pour la première fois de l'année.

Blessé à une main le 23 décembre dans une victoire de 6-2 à Winnipeg, le Finlandais de 26 ans n'avait patiné que quelques fois en solitaire la semaine dernière.

Pour l'occasion, Armia alternait avec Nick Cousins au sein du troisième trio avec Jesperi Kotkaniemi et Ryan Poehling.

Claude Julien s'attend à le revoir en uniforme avant la pause du match des étoiles, mais probablement pas mercredi lors de la visite des Blackhawks de Chicago. Il pourrait effectuer un retour à Philadelphie jeudi.

Armia se dit plus en forme que jamais après avoir passé les trois dernières semaines à trimer dur dans le gymnase.

« Mon objectif durant mon absence était de revenir plus fort et en meilleure condition physique. Je me sens bien », a-t-il simplement confié, avec le style laconique qu'on lui connaît.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports