•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Escrime : entre joie et déception pour Gabriella Page

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Gabriella Page en duel contre Malina Vongsavady lors du Grand prix de sabre de Montréal

Gabriella Page

Photo : Fédération canadienne d'escrime / Devin Manky

Radio-Canada

La joie de la Québécoise Gabriella Page de se battre devant les siens a été assombrie par une défaite en phase des 64 au Grand Prix de sabre de Montréal.

La Blainvilloise affrontait dimanche la Française Malina Vongsavady. Elle a amorcé son duel avec force et menait 7 touches contre 1, mais son adversaire n’a pas lâché prise et l’a finalement emporté 15-11.

Ce n’était pas la première rencontre entre les deux sabreuses et Page sentait que ce ne serait pas facile.

« J’étais vraiment stressée parce que je l’ai rencontrée, il y a un mois, à la dernière Coupe du monde à Salt Lake City. J’avais gagné, donc je me suis dit qu’elle va se battre vraiment. On est toutes vraiment orgueilleuses, elle va vouloir se prouver [...] Au début, ça allait super bien, je n’avais rien à me reprocher. Mais après une ou deux touches qu’elle a vraiment bien mises, ça m’a bouleversé, ça a joué dans ma tête. »

Vongsavady se lance vers l'avant.

Gabriella Page en duel contre Malina Vongsavady

Photo : Fédération canadienne d'escrime / Devin Manky

Une compétition à la maison

Fait rare, la Québécoise pouvait compter sur les encouragements de son entourage. La plupart des compétitions d'escrime ont lieu à l’étranger. Montréal est la première ville canadienne à recevoir un Grand Prix de sabre et Page avoue avoir retiré beaucoup d’énergie positive de la présence de ses proches tout au long de la fin de semaine. Pour certains, c’était même la première occasion de la voir à l’œuvre dans une compétition de cette envergure.

« Mes parents ne font jamais de voyages avec moi, mes amis, mes préparateurs physiques aussi, toute mon équipe, ils ne m’ont jamais vu performer dans ces conditions. Quand ils viennent voir une compétition comme ça, ça leur ouvre les yeux sur l’intensité, sur comment c’est important et aussi de voir tout le travail que je fais, ça m’apporte où. »

Elle tient son sabre dans sa main droite.

Gabriella Page

Photo : Fédération canadienne d'escrime / Devin Manky

Malgré cette fin abrupte, Gabriella Page est toujours en bonne position pour se qualifier pour les prochains Jeux olympiques en visant la place réservée à la meilleure sabreuse nord-américaine.

D’ailleurs, si la tendance se maintient, le Canada pourrait qualifier sa plus importante délégation d’escrimeurs en 28 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !