•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre continents : un baromètre pour l’équipe canadienne de courte piste

Il négocie un virage.

Le patineur de vitesse sur courte piste canadien Steven Dubois

Photo : Patinage de vitesse Canada/Dave Holland

Simon Cremer

Quand Steven Dubois a demandé à son entraîneur quand il allait pouvoir se reposer, Sébastien Cros a eu une réponse inusitée.

« Je lui ai dit que samedi et dimanche, les courses seront plus faciles que les entraînements. »

Ces courses « faciles », elles seront présentées aux Championnats des quatre continents, une toute nouvelle compétition, disputée ce week-end à Montréal.

Les seuls pays présents sont le Canada, les États-Unis, la Corée du Sud, la Chine, le Japon, Singapour et la Colombie. Les férus de géographie auront remarqué que ça ne fait pas quatre continents. « Le Colombien, je pense qu’il s’entraîne au Canada », a même précisé Dubois.

Il est sans doute trop tard pour refaire les affiches.

Au travail sans son principal outil

Qu’à cela ne tienne, cette compétition plongera les patineurs dans l’inconnu.

« C’est un peu dans un moment spécial de l’année, a expliqué Steven Dubois. On revient des Fêtes, on doit reconstruire notre forme physique pour être au sommet à la fin de l’année. »

« L’objectif, c’est vraiment la fin de la saison, a précisé Kim Boutin, qui sera absente en raison d’une blessure. Même les Coupes du monde nous servent d’entraînement pour les Championnats du monde. Nous, en ce moment, on entre dans une phase d’entraînement intensif. C’est comme ça qu’on voyait la compétition.

« S’il n’y avait pas eu cette compétition, on aurait fait des courses simulées. On veut ce genre de scénario. »

Les patineurs n’ont pas goûté à la compétition, la vraie, depuis le début de décembre. Pour Sébastien Cros, il s’agit là d’une bonne occasion de mettre ses patineurs à l’épreuve.

« Ça va nous permettre de retrouver les repères de compétition, de travailler sur les exécutions techniques et tactiques. Au-delà du résultat, c’est ça que je veux voir.

« C’est une période difficile, mais il faut passer par là. C’est un bon apprentissage, savoir gérer un moment difficile physiquement, mentalement. »

Aller dans une compétition où tu n’as pas les mêmes outils, la même forme physique que d’habitude, comment faire pour t’en sortir?

Sébastien Cros, entraîneur de l'équipe nationale masculine de patin de vitesse courte piste

Hamelin de retour en compétition

Pour les Steven Dubois, Alyson Charles et Courtney Sarault, chaque compétition est une occasion de peaufiner ses stratégies et sa technique en situation de course. Mais les Championnats des quatre continents marqueront aussi le retour à la compétition de Charles Hamelin.

« Dès les premières courses, ça va être relevé, il va y avoir deux, trois, voire quatre ou cinq patineurs dans chaque demi-finale qui peuvent aspirer à une médaille », a avancé Charles Hamelin, qui participera à une première compétition en deux mois.

Hamelin avait fait l’impasse sur les Coupes du monde en Asie. Il a déjà acquis beaucoup d’expérience tactique en course. À 35 ans, la priorité pour lui est davantage le maintien de la forme physique, ce qui passe par le repos.

« À l’âge que j’ai, j’en ai fait pas mal des compétitions. L’expérience de course, je l’ai pas mal assimilée, c’était plus important de m’entraîner.

« Même si je n’ai pas fait l’Asie, j’ai patiné comme un cheval pendant ces deux semaines-là. Au retour des Fêtes jusqu’à maintenant, on a eu deux semaines d’entraînement rigoureux, au niveau physique et mental. On ne sera pas à notre forme optimale pour la compétition, mais ça sera un défi à notre portée. »

La réponse samedi et dimanche à l’aréna Maurice-Richard.

Charles Hamelin

Charles Hamelin

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

(Avec les informations de Michel Chabot)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !