•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cole Caufield a l'habitude d'avoir les projecteurs braqués sur lui

Cole Caufield répond aux questions des journalistes pendant une mêlée de presse du repêchage amateur de la LNH, à Vancouver.

Cole Caufield a été repêché au 15e rang du 1er tour de repêchage par le Canadien de Montréal.

Photo : Getty Images / Rich Lam

La Presse canadienne

Cole Caufield est habitué à recevoir beaucoup d'attention. Depuis qu'il a été sélectionné au 15e rang par le Canadien de Montréal lors du dernier repêchage de la LNH, le petit ailier a reçu plusieurs visites de nombreux journalistes, ses notifications ont explosé sur les médias sociaux et son nom est souvent parmi les plus recherchés des sites spécialisés en hockey.

Les gens veulent en savoir plus sur lui et il sait que c'est la vie normale d'un joueur qui fait partie d'une des six équipes originales de la LNH.

« Je ne suis pas encore à Montréal alors je ne me soucie pas trop de ça, a affirmé Caufield. C'est spécial de faire partie de cette organisation, qui possède une histoire si riche. C'est bien de savoir qu'on parle de moi, mais je joue encore à l'université alors je me concentre là-dessus. »

Pour le moment, lui et les États-Unis ont toutefois les yeux rivés sur la médaille d'or au Championnat mondial de hockey junior.

Caufield n'avait pas réussi à trouver le fond du filet lors des trois premiers matchs de son équipe dans le tournoi, mais il a touché la cible en prolongation contre la République tchèque, permettant aux États-Unis de s'assurer du deuxième rang du Groupe B.

Caufield et les Américains feront face à un test difficile en quarts de finale, jeudi, quand ils affronteront la Finlande dans ce qui sera un match revanche de la finale du dernier tournoi, à Vancouver. Les États-Unis s'étaient inclinés à la suite d'un but tardif de Kaapo Kakko.

Originaire du Wisconsin, Caufield en a surpris plus d'un avec sa disette sans but en début de tournoi. Il a marqué 126 buts en deux saisons au sein du programme de développement des États-Unis, ce qui constitue un record, il a égalé le record d'Alex Ovechkin grâce à 14 buts au Championnat mondial des moins de 18 ans et il a enfilé l'aiguille 12 fois en 18 matchs à sa première année avec les Badgers de l'Université du Wisconsin.

« Tout le monde aime marquer des buts, a exprimé Caufield. Je pense simplement que j'adore ça plus que les autres. »

Son talent avec la rondelle étant bien documenté, ses coéquipiers soulignent qu'il est sous-estimé concernant sa capacité à trouver des espaces libres en zone adverse.

« Je ne crois pas que les gens réalisent que tu dois te placer dans cette position pour marquer, a expliqué le joueur de centre américain Shane Pinto. Il est très intelligent dans sa façon de jouer. Il est simplement rusé. »

« C'est un jeune qui est affamé, a ajouté l'ailier Oliver Wahlstrom. Tant sur la glace qu'à l'extérieur, c'est quelqu'un de très déterminé. »

Et chaque but ne doit pas nécessairement se retrouver dans les faits saillants des bulletins sportifs de fin de soirée.

« Ils comptent tous, a dit Caufield, sourire en coin. Ça n'a pas d'importance la façon dont ils sont marqués. Toute ma vie, j'ai été plus petit que les autres alors je crois que ça m'a aidé à trouver les endroits plus tranquilles. Je me place aux endroits où je peux battre le gardien, pas seulement envoyer la rondelle dans les coins. »

Caufield a déclaré que plus jeune, il observait l'ailier Martin St-Louis, qui a connu du succès dans la LNH même quand les équipes utilisaient beaucoup plus de colosses, comme preuve que les petits joueurs pouvaient exceller dans la ligue.

« Quand j'étais plus jeune, je portais le numéro 26 à cause de lui, a fait savoir Caufield, qui fêtera son 19e anniversaire de naissance jeudi. C'était très plaisant de voir un joueur de la sorte avoir du succès dans la LNH. Maintenant que la ligue a changé, il y a de plus en plus de petits joueurs qui accomplissent de grandes choses. Je ne crois pas que j'aurai des problèmes avec mon gabarit. »

Quel est donc le souvenir favori de Caufield au Championnat mondial de hockey junior?

« Le but vainqueur en prolongation de John Carlson (en finale du tournoi de 2010), a-t-il mentionné sans hésitation. C'est ce genre de buts que des jeunes de mon âge rêvent de marquer un jour. »

Avec un peu de chance, un moment semblable pourrait survenir sous peu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !