•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mikaël Kingsbury conserve son titre d'athlète masculin de l'année au Canada

Mikaël Kingsbury

Photo : Getty Images / Matt Roberts

La Presse canadienne

À l’instar de Marcel Hirscher ou de Mikaela Shiffrin, Mikaël Kingsbury impose une telle domination sur son sport qu’on s’attend logiquement à le trouver sur la plus haute marche du podium à chacune de ses épreuves.

Son palmarès des deux dernières saisons en témoigne de façon éloquente. En 11 départs sur le circuit de la Coupe du monde, il a remporté 9 victoires. Et celui qui affiche un ratio de plus d’une victoire toutes les deux épreuves depuis le début de sa carrière internationale (63 victoires en 114 départs) ne donne aucune impression de vouloir ralentir.

Malgré ses succès à répétition, l’athlète de Deux-Montagnes a encore trouvé une façon d’être au meilleur de sa forme lorsque cela comptait le plus pour lui. En février, il a été sacré double champion du monde des bosses (en simple et en parallèle), un objectif qui lui tenait à cœur après sa contre-performance deux ans plus tôt en Espagne.

« Ce dont je suis le plus fier cette année, c’est que je suis allé aux Championnats du monde et j’ai gagné les deux titres », confie le médaillé d’or des Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018.

Mikael Kingsbury.

Mikael Kingsbury

Photo : Getty Images / Matt Roberts

« Je voulais prouver que j’étais capable de gagner les deux courses coup sur coup, surtout sur ma piste préférée à Deer Valley. J’avais une petite motivation de plus, car malgré ma très bonne saison 2017, je n’avais pas offert une performance à la hauteur de mes capacités aux précédents mondiaux. Ça avait mis de l’ombre sur ma saison. »

Après avoir corrigé cette anomalie et obtenu un huitième globe de cristal, Kingsbury conclut l’année en s’assurant pour une deuxième année d’affilée le prix Lionel-Conacher, décerné par La Presse canadienne à l’athlète masculin de l’année au pays.

Kingsbury a récolté 15 des 71 votes (21,1 %) au scrutin mené auprès des commentateurs et des responsables des sections sportives des médias à travers le pays.

Si Bianca Andreescu a été un choix quasi unanime pour le prix Bobbie-Rosenfeld de l’athlète féminine de l’année au Canada, jeudi, les répondants se sont montrés beaucoup plus partagés dans leur choix du côté des hommes puisque 10 athlètes ont reçu des appuis.

Le jeune lanceur Mike Soroka des Braves d’Atlanta, finaliste au titre de recrue de l’année dans la Ligue nationale avec sa fiche de 13-4 et sa moyenne de points mérités de 2,68, a terminé 2e avec 10 votes. Suivent le demi offensif Chuba Hubbard de l’Université Oklahoma State et le sprinteur Andre De Grasse, avec neuf votes chacun.

Le joueur de tennis Denis Shapovalov, les centres Connor McDavid des Oilers d’Edmonton et Ryan O’Reilly des Blues de Saint Louis ainsi que le demi offensif Andrew Harris des Blue Bombers de Winnipeg terminent à égalité avec six votes.

Le joueur de tennis Félix Auger-Aliassime (trois votes) et le garde Jamal Murray (un vote) des Nuggets de Denver figurent également au palmarès.

S’ils sont nombreux au fil des ans à avoir remporté cet honneur deux années d’affilée, Kingsbury est le premier athlète québécois à y parvenir depuis... Maurice Richard en 1957 et 1958. Au palmarès féminin, Eugenie Bouchard a été couronnée athlète féminine de l’année au pays en 2012 et 2013.

« Il continue de dominer son sport comme personne ne l’a fait auparavant », a écrit Sylvain St-Laurent, chef des sports du quotidien Le Droit d’Ottawa, pour expliquer son choix de Kingsbury.

« Je pense qu’on ne se trompe pas en disant qu’il est le meilleur skieur acrobatique du monde et qu’il peut même être considéré comme le meilleur de tous les temps à la lumière de son palmarès », a pour sa part noté Anthony Bruno, animateur à Global News.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ski acrobatique

Sports