•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Coups de cœur, coups de pied et autres souvenirs de 2019

Elle serre entre ses bras le trophée de la Coupe Rogers devant un agent de la GRC.

Bianca Andreescu

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

BILLET - Le mois de décembre est propice aux revues de l’année. Voici la mienne. Elle n’est pas exhaustive. Elle est essentiellement constituée de coups de cœur dont j’aimerais me souvenir et de quelques coups de pied à des gens qu’on préférerait oublier.

De Bianca Andreescu à Don Cherry, en passant par les Raptors et Mike Babcock, on n’a jamais autant parlé de Toronto qu’en 2019.

Comme quoi les années se suivent…

L’année de Bianca

Bianca Andreescu n’était pas parmi les 100 meilleures joueuses au classement mondial au début de 2019.

Elle a fini l’année au 5e rang, après avoir été la première Canadienne à gagner un tournoi du grand chelem, les Internationaux des États-Unis.

Même avant cette victoire historique, le pays en était tombé amoureux quelques semaines plus tôt après sa victoire à la Coupe Rogers dans la Ville Reine.

Bianca a presque réussi à nous faire oublier que Félix Auger-Aliassime a lui aussi atteint des sommets pour un joueur de tennis de chez nous. À 19 ans, il est au 21e échelon du classement mondial. Il est le plus jeune joueur parmi les 75 premiers.

On aime le basketball

Les amateurs canadiens de sport ont envoyé beaucoup d’amour vers Toronto cette année. Avant l’émergence de Bianca Andreescu, les Raptors s'étaient attiré de la sympathie d’un bout à l’autre du pays en gagnant le championnat de la NBA grâce à un joueur de location, Kawhi Leonard.

Il n’aura été là qu’une saison, mais quelle saison!

La folie du basket aura réussi à atteindre les francophones. Les joueurs des Raptors pouvaient donner des entrevues en français pratiquement tous les soirs grâce à Pascal Siakam, Serge Ibaka et Chris Boucher.

Les Raptors ont presque fait oublier que la coupe Stanley est encore allée passer l’année aux États-Unis…

Les joueurs des Raptors célèbrent leur victoire en finale de la NBA.

Les joueurs des Raptors célèbrent leur victoire en finale de la NBA.

Photo : Getty Images / Lachlan Cunningham

Go les filles!

Quand arrivent les Jeux olympiques, les projecteurs se retrouvent sur les Canadiennes, qui se démarquent de plus en plus dans une diversité de sports. Et entre les Jeux, elles continuent d’impressionner.

Un des coups de coeur de Pyeonchang, Kim Boutin ne l'a pas eu facile à son retour des Jeux, mais elle est en train de connaître la meilleure saison de sa carrière,

Invaincue dans ses courses de 500 mètres en Coupe du Monde, elle est montée sur le podium à chacune de ses épreuves jusqu'à présent.

La patineuse québécoise a décroché sept victoires individuelles depuis le début de la saison. Elle s'est hissée à six occasions sur la plus haute marche du podium et une fois sur la deuxième.

Sur l'anneau de 400 mètres, Ivanie Blondin domine les départs groupés, mais elle a aussi récolté des médailles d'or au 1500 et au 5000 mètres.

Bref, les Canadiennes sont vites sur leur patins !

En natation, le Canada a gagné huit médailles aux mondiaux, toutes par des femmes.

Kylie Masse, au 100 m dos, est devenue la première nageuse canadienne à défendre son titre.

Les Canadiennes ont aussi gagné des médailles dans trois épreuves de relais, ce qui démontre bien la profondeur de leur équipe à moins d’un an des Jeux de Tokyo.

Kylie Masse

Kylie Masse

Photo : Getty Images / Oli Scarff

Au golf, Brooke Henderson a remporté son neuvième tournoi professionnel cette année, un sommet au Canada (femmes ou hommes). Et elle n’a que 22 ans.

Au soccer, Christine Sinclair n’est plus qu’à un but de devenir la meilleure marqueuse de l’histoire du soccer international.

À la boxe, Marie-Eve Dicaire est devenue championne du monde en 2018 et a défendu son titre avec succès à trois occasions en 2019.

Bref, on lève notre verre aux athlètes canadiennes!

Pis, les gars?

Les athlètes masculins ont été un peu plus discrets que les femmes, mais il y en a des « pas pires ».

Mikaël Kingsbury a encore tout gagné en ski acrobatique. Ça fait huit saisons qu’il est au sommet.

La convalescence de Maxence Parrot

Il y a un an, Maxence Parrot a reçu un diagnostic de cancer. Il l’a traité comme toutes les épreuves qui se présentent à lui. Quelques mois plus tard, il remontait sur sa planche et sur la première marche d’un podium aux X Games européens.

Quand il va souhaiter la santé à ses parents et amis au jour de l’An, cela aura une tout autre signification cette année.

Maxence Parrot effectue un saut en surf des neiges.

Maxence Parrot

Photo : Getty Images / Clive Mason

Chapeau à Shapo!

On a déjà mentionné Félix Auger-Aliassime, mais il faut souligner qu’il a été devancé par son aîné Denis Shapovalov au titre de joueur canadien de l’année.

Après un passage à vide au printemps, « Shapo » a explosé à la fin de l’été et a atteint un sommet avec sa 15e place au classement mondial grâce à sa première victoire sur le circuit de l’ATP, à Stockholm.

Ce n’est qu’un au revoir…

Chef de fil du ski de fond canadien, Alex Harvey a pris sa retraite en 2019.

Il l’a fait avec panache, avec deux médailles d’argent aux finales de la Coupe du monde à Québec.

Alex Harvey les deux bras dans les airs avec ses skis lors de sa victoire le 24 mars

Le 24 mars 2019, Alex Harvey a mis la touche finale à sa grande carrière en montant sur le podium de sa dernière course.

Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot


Les sagas des équipes de Montréal

Si l'on vous avait dit que la seule équipe professionnelle montréalaise à participer aux éliminatoires en 2019 serait les Alouettes, vous ne nous auriez pas crus. Moi, je n’aurais jamais prédit ça.

Est-ce que les Moineaux ont vraiment pris leur envol ou n’était-ce un qu’un miroir aux alouettes?

Ils n’ont toujours pas de propriétaires ni de directeur général. Heureusement, ils semblent avoir trouvé un entraîneur-chef en Khari Jones et un quart en Vernon Adams fils.

Mais attendons…

Sebastian Aho, vraiment?

Quand l’histoire de l’année du côté du Canadien de Montréal, c’est la non-embauche d’un joueur autonome avec compensation, Sebastian Aho en l'occurrence, c’est signe que ç'a été plutôt ordinaire comme saison et intersaison.

Même si plusieurs joueurs ont atteint des sommets personnels, l’équipe a manqué les séries pour une deuxième année d’affilée et la troisième fois en quatre ans. Mais, comme ils disaient à Québec, le meilleur est à venir.

Sebastian Aho

Sebastian Aho

Photo : USA Today Sports

Bienvenue Titi!

L’Impact, lui, a raté les matchs éliminatoires pour une troisième année d’affilée. Mais comme les Alouettes, l’équipe s’est peut-être trouvé un entraîneur en Thierry Henry.

Il sera certainement un meilleur entraîneur si Ignacio Piatti reste à Montréal et n’est pas blessé trop souvent

Thierry Henry

Thierry Henry

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Les ExRays

On a encore parlé du retour du baseball à Montréal en 2019. Un projet d’équipe à temps partagé avec les Rays de Tampa Bay a vu le jour.

Il n’y a pas que les matchs qui sont partagés, les avis aussi.

L’année du Toro

S’il n’y a toujours pas d’équipe de baseball majeur au Québec, il y a un Québécois de plus dans les ligues majeures.

Le Longueuillois Abraham Toro a atteint la Série mondiale avec les Astros de Houston et a participé activement à la réalisation d’un match sans point ni coup sûr de Justin Verlander.


Les coups de pied?

J’aurais pu vous parler de Don Cherry, de Mike Babcock, de Bill Peters ou autres vestiges d’un passé qu’on pensait révolu.

J’aurais pu évoquer des histoires de dopage en Russie ou en Mauricie.

Il faudrait bien échanger sur le racisme qui hante toujours le hockey, le soccer et bien d’autres sports.

Mais, c’est le temps des Fêtes et je ne veux vous souhaiter que le meilleur pour la prochaine année.

Le sport, c’est la santé, je vous souhaite donc sports et santé à profusion en 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autres sports

Sports