•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Water-polo : les Canadiennes concluent la Coupe Canada sur une fausse note

La Québécoise tente de se démarquer lors de la Coupe Canada à Montréal.

Krystina Alogbo

Photo : Water-Polo Canada / Diane Bekhazi

Alexandre Couture

Devant une foule partisane réunie à la piscine du Parc olympique, les Canadiennes n'ont jamais été dans le coup contre les Russes (3-1). La troupe de David Paradelo (2-2) s'est avouée vaincue 16-8 samedi soir, dans le dernier match du tournoi, à Montréal.

La formation russe, réputée pour sa vitesse et son jeu physique, a montré l'étendue de son talent dès les premières minutes de la rencontre. Profitant de chaque erreur des joueuses canadiennes, les Russes se sont rapidement forgé une avance de 3-0.

« On est sorties vraiment à plat, a expliqué Paradelo après s'être entretenu longuement avec ses joueuses dans le vestiaire. On était hésitantes dans toutes nos actions. Et contre une équipe comme la Russie, ça ne pardonne pas. Dès qu'on manquait une occasion, on nous le faisait payer sur la contre-attaque. »

Après avoir vu l'Albertaine Kyra Christmas inscrire les siennes au tableau, les Russes ont explosé avec six buts au deuxième quart. À la mi-temps, la formation russe, médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Rio, menait 9-2.

La Québécoise Axelle Crevier a donné une rare occasion aux partisans montréalais de festoyer en marquant le premier de ses deux buts au troisième quart, mais l'avance confortable de la Russie n'a jamais pu être comblée par la suite.

Les Russes ont profité du manque de cohésion des représentantes de l'unifolié pour mettre le match hors de portée au dernier quart. Elvina Karimova (3) et Anastasia Simanovich (3) ont notamment trompé la vigilance de la gardienne Claire Wright à six reprises.

« On s'est fait surprendre dès le début, on dirait qu'on n'avait pas le feu en nous, confie Crevier, plus jeune joueuse de l'équipe à 22 ans. C'était peut-être aussi la fatigue après une longue semaine, mais je pense surtout que c'est l'aspect mental qui a fait la différence. »

Une explication que sa coéquipière Joëlle Békhazi corrobore.

« On était prêtes physiquement, on avait tous les outils pour gagner, mais elles nous ont battues mentalement », ajoute la vétérane de 32 ans.

Un nouveau système de jeu efficace, mais à peaufiner

Après des gains en début de semaine contre les Pays-Bas et la Chine, le Canada s'est incliné devant les États-Unis, invaincus sur la scène internationale depuis quatre ans. Les Canadiennes ont cependant offert une bonne opposition dans une défaite 6-10 devant les éventuelles championnes du tournoi.

« On a vu que quand on exécute notre système, ça fonctionne super bien, avance Békhazi. C'est sur qu'on est encore jeune et ce n'est pas tout à fait à point. Le niveau est tellement relevé que quand on fait la moindre erreur, les autres équipes en profitent... comme aujourd'hui. »

« Depuis notre qualification aux Jeux panaméricains, on n'avait pas joué de matchs internationaux officiels, précise Crevier. Dans ce contexte-là, il y a beaucoup de positif à tirer de notre semaine. Le système commence à rentrer tranquillement. On est pas encore prêtes pour les Olympiques, mais il y a une bonne base sur laquelle s'appuyer. »

L'entraîneur David Paradelo donne des instructions à ses joueuses.

La Coupe Canada sert notamment de préparation olympique pour l'équipe nationale féminine.

Photo : Water-Polo Canada / Diane Bekhazi

Le nouveau système de jeu, évoqué par les deux joueuses, coïncide avec l'arrivée de Paradelo. Le Montréalais a pris les rênes de l'équipe féminine senior après plusieurs années dans le giron de Water-Polo Canada. Selon Békhazi, son impact a été immédiat.

« Avant, on jouait un style emprunté, maintenant on a un style canadien. Avec David [Paradelo], on a presque réussi à trouver notre identité, on est pas encore là, mais proche. Il connaît nos forces et faiblesses, tout ça fait vraiment une grosse différence pour nous. Il y a des hauts et des bas, mais ça fait partie du processus. »

Les joueuses du Canada n'auront pas le temps de s'apitoyer sur leur sort trop longtemps. L'équipe canadienne reprendra le collier dès lundi à la Holiday Cup, au New Jersey. Quatre des cinq formations qui étaient à Montréal (Pays-Bas, Russie, États-Unis, Canada) seront présentes. L'Italie remplacera la Chine.

« Ça va nous faire du bien de partir toutes ensemble en tournoi, explique Békhazi. Manger ensemble, s'entraîner ensemble, ça va nous aider à nous mettre toutes sur la même page. »

Les Canadiennes retourneront par la suite dans leur équipe respective, avant de rejoindre le groupe en mars pour le dernier segment de la préparation olympique. Rappelons que la formation canadienne participera aux Jeux olympiques pour la première fois depuis ceux de 2004.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Water-polo

Sports