•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baseball à Montréal : Stuart Sternberg prône la patience

Stuart Sternberg

Stuart Sternberg

Photo : The Associated Press / Chris O'Meara

Radio-Canada

L’idée d’une garde partagée avec Montréal demeure le scénario le plus probable et possiblement l’unique façon que les Rays restent dans la région de Tampa Bay, a dit mardi le propriétaire majoritaire Stuart Sternberg au Tampa Bay Times.

Présent aux assises d’hiver du baseball majeur, à San Diego, Sternberg considère aussi que les probabilités que les Rays jouent à temps plein dans un nouveau stade sont encore moindres que ce qu’il croyait auparavant.

Bien que l’échéancier pour un partage d’une saison ait été reporté à 2028 à la suite de la décision du maire de St. Petersburg de refuser de rompre le bail du Tropicana Field, Sternberg prône la patience.

Ce que nous souhaitions qui se produise en 2024-2025 arrivera en 2028 […] Rompre le bail est possible, mais ce n’est pas de cette façon que j’aborde le dossier.

Stuart Sternberg, propriétaire majoritaire des Rays de Tampa Bay

Le travail pour déterminer la viabilité du plan selon lequel des stades ouverts seront bâtis dans les deux villes sera dynamique.

C’est parce qu’ils doivent savoir d’ici environ 12 mois si le projet fonctionnera comme prévu. Et, de toute façon, ils veulent connaître l’endroit où l’équipe jouera d’ici 2022 ou 2023.

Si le concept des villes-sœurs échoue, Sternberg soutient qu’il commencera à chercher un nouveau domicile pour les Rays, ou de manière plus probable, il vendra l’équipe à quelqu’un qui la déménagera dans un autre marché.

Chose certaine, il ne considère pas Montréal pour une équipe à temps plein parce qu’il ne croit pas à cette solution. Mais il laisse la porte entrouverte pour que le groupe de Stephen Bronfman le convainque en trouvant des appuis du milieu des affaires de loin supérieurs à ceux qu'il a anticipés.

Optimisme modéré

Stuart Sternberg croit que l’idée de la garde partagée donne une chance aux Rays de connaître un succès relatif avec une moyenne de 25 000 spectateurs par match dans chacun des deux marchés. Selon lui, les chiffres du groupe montréalais sont prometteurs.

Je suis davantage préoccupé par la viabilité à Tampa Bay que je le suis avec celle de Montréal. Je pourrais avoir tort, mais nous avons essayé à Tampa Bay et les indications que je reçois de Montréal sont certainement plus élevées.

Stuart Sternberg, propriétaire majoritaire des Rays de Tampa Bay

Il a également fait remarquer que le groupe de Bronfman était plus avancé en ce qui concerne le site de son futur stade.

Il précise également que le financement de la construction des deux stades à environ 500 ou 600 millions de dollars est au cœur du travail à venir dans la prochaine année.

Quoi qu’il en soit, il se dit de plus en plus enthousiaste envers ce plan de garde partagée. D’autres équipes sportives, croit-il, feront la même chose à l'avenir.

Sternberg reconnaît toutefois que l’Association des joueurs devra être convaincue avant de donner son aval à ce projet.

Quant à savoir où se dérouleraient les matchs des séries, c’est un « problème agréable », dit-il.

Un plan « équitable » serait de jouer chaque série dans une ville différente. Les Rays pourraient, par exemple, jouer un premier tour à Montréal et disputer le suivant à Tampa Bay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Baseball

Sports