•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dopage : Laurence Vincent-Lapointe a plaidé sa cause et attend le verdict

Elle tient sa rame sur son ventre dans son embarcation.

La canoéiste Laurence Vincent-Lapointe

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Laurence Vincent-Lapointe s'est expliquée pendant trois heures, lundi, sur son contrôle antidopage positif dans les bureaux de la Fédération internationale de canoë (ICF), à Lausanne, en Suisse.

L’athlète de Trois-Rivières était accompagnée de Casey Wade, chef de la direction de Canoë Kayak Canada, et de son avocat, Adam Klevinas.

L'équipe a cherché à démontrer l'innocence de Laurence Vincent-Lapointe dans l’affaire de dopage à laquelle elle fait face depuis le test de dépistage du 29 juillet.

Selon les règles antidopage de la Fédération internationale de canoë (ICF), la décision devrait être annoncée dans les 30 prochains jours. D'ici deux semaines, a appris Radio-Canada.

Laurence Vincent-Lapointe et son avocat ont d'ores et déjà donné rendez-vous aux médias pour commenter la situation une fois que l’ICF aura rendu sa décision publique.

La canoéiste de Trois-Rivières est temporairement suspendue depuis que des traces de Ligandrol ont été trouvées dans l’échantillon d'urine qu’elle a fourni lors d'un contrôle inopiné.

L’avenir de la multiple championne du monde, espoir de médaille pour le Canada aux Jeux olympiques de 2020 au Japon, dépend de la décision que rendra la Fédération.

L’équipe de Laurence Vincent-Lapointe voulait rassembler toute la preuve avant de choisir une date pour l’audience devant l'ICF.

Après l’annonce de son contrôle positif, l’athlète a tenu une rencontre de presse à Montréal et une autre à Trois-Rivières. Elle avait alors nié s’être dopée.

Ils parlent à la presse.

Laurence Vincent-Lapointe et son avocat Adam Klevinas

Photo : Radio-Canada / Kolya Hubacek-Guilbault

La canoéiste et son équipe ont évoqué la possibilité d’une contamination de ses suppléments alimentaires pour expliquer la présence de Ligandrol.

Depuis la fin du mois d'août, l'athlète n'a accordé aucune entrevue aux médias.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Canoë-kayak

Sports