•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

David Lemieux à l'arraché contre Max Bursak

Ils s'échangent des coups.

David Lemieux (à droite) a trimé dur contre l'Ukrainien Maksym Bursak, samedi soir, au Centre Bell.

Photo : Vincent Ethier/Eye of the Tiger Management

Jean-François Chabot

Le Montréalais David Lemieux (41-4, 34 K.-O.) a réussi sa rentrée chez les super-mi-moyens (168 lb), mais il a dû trimer dur pour arracher une décision partagée face à l'Ukrainien Max Bursak (35-6-2, 16 K.-O.), samedi soir, au Centre Bell.

Deux des trois juges ont donné Lemieux gagnant 94-93, le troisième donnant l'avantage à Bursak par le même pointage.

Même les plus chauds partisans de Lemieux ont semblé surpris de voir leur favori s'en tirer avec les honneurs au terme d'une soirée où il a souvent paru dépassé par la force et la hargne de son adversaire.

La soirée avait mal commencé pour Lemieux, qui s'est retrouvé au plancher dès le premier round à la suite d'une attaque rapide de Bursak. Il restait plus d'une minute à écouler à cette première reprise et Lemieux s'est accroché de peine et de misère jusqu'au son de la cloche.

Visiblement sonné, Lemieux a su mettre ce mauvais départ derrière lui pour gagner le round suivant. Les deux belligérants se sont en fait échangé les trois reprises suivantes.

Au 5e, Lemieux s'est de nouveau laissé surprendre et a visité le plancher pour la deuxième fois. Heureusement, il a su mieux gérer la situation. Il s'est vite repris au 6e en rendant la politesse à Bursak qui a eu droit lui aussi à un compte de l'arbitre. Il conservait toutefois une mince avance à mi-chemin dans le duel.

Bursak a ensuite paru creuser l'écart face à un Lemieux visiblement éprouvé et en perte de vitesse et d'énergie. Ce n'est peut-être que le désespoir qui a permis à Lemieux de sauver les deux derniers rounds et avec eux la décision partagée, pour ne pas dire mitigée des juges.

Un peu rouillé

Au cours de la mêlée de presse qui a suivi, Lemieux, flanqué du promoteur Camille Estephan d'Eye of the Tiger Management, a reconnu que ses 15 longs mois d'inactivité avaient visiblement nui à sa performance.

Ça m'a pris quelques rounds avant de me sentir vraiment dans le coup. Il y avait pas mal de rouille. Il m'a surpris avec un très bon coup au premier round, mais je pense que je me suis bien remis de ça, a d'abord dit Lemieux, la déception plein le regard.

Je m'attendais à affronter un fonceur. C'est aussi un bon encaisseur. Au début, je le cognais, mais pas assez solidement. Je me sentais plus à l'aise au fur et à mesure que le combat avançait. Je me suis souvenu que j'étais encore un boxeur, a lâché Lemieux.

L'ancien champion des poids moyens (160 lb) de l'IBF a admis qu'il n'était pas satisfait de son combat. En retournant dans son coin à la fin de l'affrontement, on a pu voir qu'il doutait.

Je ne suis aucunement satisfait. Ça ne ressemble en rien à ce que j'espérais pour planifier la suite des choses. C'est sûr qu'on a des petites choses à travailler. J'ai vraiment sous-estimé la longue période d'inactivité depuis mon dernier combat.

Chose certaine, un énorme doute s'est installé dans l'esprit de Lemieux et de son clan. Au point où il n'est pas exclu que ce dernier redescende chez les 160 lb.

Camille Estephan a laissé entendre que cette décision se ferait en équipe, à tête reposée, pour bien mesurer le pour et le contre.

Il est clair que ses premiers pas chez les 168 lb ont été plus ardus que prévu.

Makhmudov, champion de la NABF

Le Montréalais d'adoption Arslanbek Makhmudov (10-0, 10 K.-O.) n'a fait qu'une bouchée de l'ancien champion du monde du World Boxing Council (WBC) Samuel Peter (38-9, 31 K.-O.) en le stoppant après 2:23 au premier round.

Du coup, Makhmudov a récolté le titre NABF des poids lourds et se retrouve désormais aux côtés de l'élite mondiale avec un classement au sein du top 15 de l'IBF.

Deux boxeurs et un arbitre.

Samuel Peter (à droite) a rapidement été mis en mauvaise posture par Arslanbek Makhmudov et l'arbitre s'apprête à intervenir.

Photo : Vincent Ethier/Eye of the Tiger Management

Le géant russe a lancé de véritables enclumes à la tête d'un rival qui avait déjà envoyé Wladimir Klitschko au tapis à trois reprises lors de leur affrontement en 2010.

Après une première visite au plancher, Peter s'est relevé péniblement pour le compte de huit. De retour au centre du ring, il a tenté de battre en retraite, mais Makhmudov a eu vite fait de l'enfermer dans le coin bleu pour achever la besogne.

Arslanbek Makhmudov a sûrement fait écarquiller les yeux des dirigeants des grands diffuseurs qui vont bientôt s'intéresser à lui. À 30 ans, le colosse n'a pas fini de nous étonner par sa puissance et sa domination totale.

Invité par Camille Estephan, le poids lourd américain Don Haynesworth (16-3-1, 14 K.-O.) a assisté au combat au Centre Bell. Au moment où Makhmudov est redescendu du ring, il l'a invité à lui faire face à l'occasion d'un combat à venir.

Parions que le chemin est déjà tout tracé.

Première ceinture pour Kim Clavel...

À son 11e combat chez les professionnelles, la Joliettaine Kim « KK » Clavel (11-0, 2 K.O.) a décroché le titre vacant NABF féminin des poids mi-mouches en battant la Mexicaine Esmeralda Gaona Sagahon (7-4) par décision unanime.

Elle tient sa ceinture de championne dans le ring.

Kim Clavel

Photo : Vincent Ethier/Eye of the Tiger Management

Les trois juges ont donné Clavel gagnante (100-90, 100-90, 100-90) au terme des 10 rounds de deux minutes. Vive comme l'éclair, la boxeuse entraînée par Danielle Bouchard a su maintenir une forte cadence tout au long du combat. Sa rivale, toute en contre-attaque, a connu de rares bons moments.

C'est une jeune femme heureuse et très émotive qui s'est présentée devant les journalistes immédiatement après sa victoire.

« J'ai enfin un chum, a-t-elle lancé en caressant l'écusson doré de sa ceinture toute neuve. Ça représente beaucoup de travail. Ça fait 14 ans que je m'entraîne fort. J'ai pris toutes mes décisions pour mon sport. J'ai quitté mon emploi (infirmière). Je m'entraîne à temps plein. Je n'ai plus de revenu de travail. Heureusement, j'ai des commanditaires qui me soutiennent et une belle équipe autour de moi », a dit Clavel, la gorge nouée.

« Nous avons gagné en équipe ce soir. Nous avons atteint ce premier objectif. Toute ma famille était ici ce soir, incluant mon père, qui a 69 ans, qui est venu me voir pour la première fois! »

Clavel a dit que ce titre était le premier, mais pas le dernier. Là voilà classée parmi les 15 meilleures du monde dans sa catégorie. Le but ultime d'un titre mondial est à présent à sa portée.

... et pour Lexson Mathieu!

Livrant un huitième combat depuis le début de l'année, le Québécois Lexson Mathieu (8-0, 7 K.-O.) a conclu 2019 en beauté avec une victoire convaincante contre le Mexicain Rolando Paredes (16-9-2, 11 K.-O.),

Lexson l'a emporté par arrêt de l'arbitre (TKO) à 1:11 du 8e et dernier round. Il venait d'envoyer son rival au plancher pour la seconde fois quand l'arbitre a jugé que Paredes avait eu son compte.

Du coup, il a mis la main sur la ceinture NABA Junior des super-moyens. Même s'il a outrageusement dominé les échanges, Mathieu a rendu hommage à son adversaire pour sa résistance.

« J'ai très vite su qu'il ne tomberait pas rapidement. J'ai eu une petite baisse de régime aux quatrième et cinquième, mais j'ai conservé mon énergie. Je savais que je l'aurais à la fin. Ce n'est pas la douleur des coups qui fait mal, c'est l'accumulation », a confié Mathieu au terme de cette rude bataille.

Autres résultats :

  • Poids lourds, WBC international Silver

Simon Kean, Trois-Rivières QC (18-1, 17 K.-O.) bat Siarhei Liakhovich, (USA) (27-8, 17 K.-O.), arrêt de l'arbitre à 2:04 du 10e round

  • Poids super-mi-moyens

Saddridin Akhmedov, Montréal QC (12-0, 10 K.-O.) bat Jose Antonio Villalobos (ARG) (12-6-2, 7 K.-O.), K.-O. à 1:27 du 7e round

  • Poids super-légers

Mathieu Germain, Montréal QC (18-1-1, 8 K.-O.) bat Gilberto Meza (MEX) (11-9-1, 7 K.-O.) - Décision unanime (79-73, 80-72, 80-72)

  • Poids plumes

Martine Vallières, Montréal QC (1-0) bat Teresa Dvorakova (CZE) (0-3) - Décision majoritaire 38-38, 39-37, 39-37

  • Poids super-plumes

Avery Martin-Duval, Montréal QC (4-0, 3 K.-O.) bat Raul Corona (MEX) (2-3), K.-O. à 1:24 du 2e round

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Boxe

Sports