•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dopage : l'Égypte exclue des épreuves d'haltérophilie aux Jeux de Tokyo

Il crie en laissant tomber la barre.

Mohamed Mahmoud célèbre sa médaille de bronze aux Jeux olympiques de Rio

Photo : afp via getty images / GOH CHAI HIN

Agence France-Presse

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé mercredi la suspension pour deux ans de la Fédération égyptienne d'haltérophilie pour des cas de dopage.

Cette décision privera les haltérophiles égyptiens des Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

La Fédération égyptienne avait été suspendue pour deux ans, en septembre, ce qui l'avait déjà privée des Championnats du monde à Pattaya, en Thaïlande.

Cette suspension était la conséquence d'une série de sept contrôles antidopage positifs chez de jeunes haltérophiles égyptiens en 2016.

Toute fédération comptant au moins trois contrôles positifs sur une période d'un an encourt une suspension de deux ans.

C'est un dur coup pour une nation pour laquelle l'haltérophilie a rapporté 11 médailles, dont 5 en or, sur un total de 31 médailles à ses 22 participations aux Jeux olympiques.

L'Égypte avait obtenu deux médailles de bronze aux Jeux de Rio en 2016, grâce à Mohamed Mahmoud (-77 kg), également champion du monde, et à Sarah Ahmed chez les dames (-69 kg).

Tous deux figuraient encore parmi les favoris en vue des prochains JO d'été.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Haltérophilie

Sports