•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une médaille d'argent pour la paraplanchiste Sandrine Hamel

Elle descend une pente.

La paraplanchiste canadienne Sandrine Hamel

Photo : Dave Holland/Paralympique.ca

Radio-Canada

Trois Coupes du monde, trois podiums. Le début de saison de la jeune paraplanchiste Sandrine Hamel a démontré que ses succès de l’an dernier n’étaient pas un feu de paille. 

Après avoir récolté deux médailles d’argent en slalom incliné LL2 à Landgraaf, aux Pays-Bas, Hamel en a ajouté une troisième, mardi, en finissant 2e du snowboard cross de la Coupe du monde de parasurf des neiges de Pyha, en Finlande.

« Je suis assez fatiguée, ç’a été une longue journée de travail, mais je suis super contente, a indiqué la médaillée d’argent. Ça n’a pas été facile, mais je suis fière du résultat! »

Pour une troisième fois en trois courses cette saison, Hamel a vu la Néerlandaise Lisa Bunschoten remporter les grands honneurs. L’Espagnole Astrida Fina Paredes a complété le podium.

Plus expérimentée

Vice-championne aux mondiaux l’hiver dernier, également à Pyha, la Montréalaise de 22 ans est heureuse de ses succès. Elle avait connu des débuts fort encourageants en 2018-2019. 

« L’année passée, j’ai eu la chance de faire mes premiers podiums sur le circuit de la Coupe du monde. Pour moi cette année, ça va être de travailler de petites choses. »

Inconnue de ses rivales il y a un an, Hamel fait désormais partie de l’élite de son sport et on la surveille plus attentivement.

« Je dirais que ç’a changé avec mes premiers podiums l’an dernier. C’est sûr que je suis dans les plus jeunes de ma catégorie. Ça devient un peu plus compétitif. Je m’améliore rapidement et je dois un peu jouer du coude, comme on dit. Mais je m’entends super bien avec les filles du circuit. On a vraiment une belle gang. »

Vocation tardive

Sandrine Hamel est née avec une double scoliose majeure. Une complication durant une chirurgie corrective a ensuite mené à la parésie de sa jambe droite.

Elle est montée sur une planche pour la première fois à l’âge de 8 ans, mais ce n’est qu’en 2016 qu’elle s’est convertie au parasurf des neiges.

« Moi, c’est une publicité, une pure coïncidence. Il y avait une nageuse avec un handicap vraiment similaire au mien, alors ç’a attiré mon attention. Après, je suis allée sur le site du Comité paralympique international et j’ai vu le snowboard. »

Après quelques camps d’entraînement, elle a été recrutée pour s’entraîner avec l’équipe canadienne en 2016. 

Tout s’est bousculé pour elle depuis ce temps. Elle a même participé aux Jeux paralympiques de Pyeongchang en 2018, où elle a fini 5es places au snowboard cross et au slalom.

Avec les informations d'Alexandra Piché

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Jeux paralympiques

Sports