•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Lance Stroll doit vite se remettre au travail

Il regarde sa monoplace pendant que les mécaniciens travaillent.

Lance Stroll dans le garage de Racing Point

Photo : Getty Images / Charles Coates

Philippe Crépeau

BILLET - Lance Stroll aura l’occasion d'oublier ses déboires de fin de saison mercredi quand il retournera en piste à Abou Dhabi pour des essais destinés à la saison 2020.

Sans changement réglementaire notoire, Racing Point aura à cœur de faire évoluer la RP19 pour la faire progresser.

L'hiver sera studieux à l’usine de l’équipe canado-britannique à Silverstone. Et Stroll devra multiplier les heures dans le simulateur.

Il doit s’investir dans le développement de base de la RP20 et aider l’équipe et ses ingénieurs à travailler dans la bonne direction.

Il se penche sur sa voiture pendant que les mécaniciens s'affairent.

Lance Stroll au garage de Racing Point

Photo : Twitter

Autrement dit, il doit faire partie de la solution, et non du problème.

« Tout est en place pour l’an prochain, pour bien faire. Il s’agit d’y mettre du temps, luxe que nous n’avons pas eu l’an dernier », a-t-il précisé.

C'est vrai que la voiture n’était pas au niveau espéré au début de la saison, et que ses particularités, pour ne pas écrire ses faiblesses, ont plus d'une fois handicapé les pilotes.

Les chiffres font mal. Le Québécois n’a marqué des points le dimanche que 6 fois en 21 courses et n'en a inscrit aucun dans les quatre dernières courses.

Il doit prendre une partie du blâme dans le recul de Racing Point au 7e rang du classement des constructeurs. Et il a terminé la saison de la pire des façons, en sortant Pierre Gasly (Toro Rosso) au premier tour et en endommageant sa voiture.

Des étincelles jaillissent sur l'asphalte.

Lance Stroll touche la roue arrière gauche de la Toro Rosso de Pierre Gasly, qui casse son aileron avant en heurtant la voiture de Sergio Pérez.

Photo : RDS/TSN

Sa réputation, fragile, en a pris un coup. Déjà qu’on disait de lui qu’il était un « pilote du dimanche », incapable de rouler vite le samedi en qualifications, voilà qu’il a gâché à Abou Dhabi la course d’un concurrent.

Gasly ne s’est pas gêné pour critiquer l’attitude en piste du Québécois.

« Avec lui derrière, il y a 50 % de chance que ça se passe mal, a-t-il lancé après la course. C’est toujours la même chose avec lui. »

Les propos émis sur le coup de la frustration manquent de nuances, car Stroll a prouvé qu’il savait se faufiler entre les voitures dans le premier tour, mais il devra vivre avec les mots de Gasly tout l'hiver. Cette tache à son dossier aura du mal à partir.

« Sergio a connu une bonne deuxième moitié de saison, pas moi », a eu l’humilité de dire Stroll à La Presse canadienne.

En qualifications, le pilote doit aller chercher le maximum de la voiture. Et à ce chapitre, on s’attendait à beaucoup mieux de sa part. Il n’est sorti de Q1 que 7 fois en 21 tentatives. Le Mexicain l’a devancé 18 fois sur 21.

Rattraper Sergio Pérez

Il sait que son coéquipier a été meilleur que lui en 2019, en qualifications et en course.

Si l'expérience du Mexicain a joué, et ses sept années de service dans l'équipe aussi, il n'empêche que l'écart aurait dû se rétrécir en deuxième moitié de saison.

Au contraire, le fossé s'est creusé. Pérez a marqué des points dans les six dernières courses.

La régularité du Mexicain a évité à Racing Point de glisser plus bas encore. Alfa Romeo-Sauber, 8e au classement des constructeurs, s'est approchée à 16 points de Racing Point au soir du dernier Grand Prix.

Lance Stroll, habituellement peu loquace à propos de ses coéquipiers, a admis qu’il avait été « très chanceux » de pouvoir compter sur Pérez cette saison.

Il sait qu’il doit faire beaucoup mieux en 2020 pour espérer entrer régulièrement parmi les 10 premiers. Pour cela, il devra tirer le maximum de la voiture, ce qu’il n’a pas fait en 2019. Les données télémétriques sont des indices impitoyables pour cela.

« À ma deuxième saison chez Racing Point, je saurai quoi faire », a-t-il précisé à La Presse canadienne.

Lance Stroll aura en 2020 pas mal plus de pression. Si la RP20 est plus performante, il devra faire jeu égal avec son coéquipier. Pour cela, il a des devoirs à faire cet hiver.

Et si Lawrence Stroll exigeait plus de son fils avant de lui garantir un volant en 2021, ça ne pourrait être que bénéfique pour Lance et pour l’équipe.

Son fils, Lance Stroll, est en arrière-plan.

Lawrence Stroll à son arrivée au circuit

Photo : Getty Images / Charles Coates

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Course automobile

Sports