•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme au hockey : Wayne Simmonds espère que l’affaire Peters fera école

Il tient son bâton à l'horizontale.

Wayne Simmonds dans l'uniforme des Devils du New Jersey

Photo : Reuters / USA TODAY USPW

Alexandre Gascon

L’histoire de Bill Peters en soi n’est qu’une autre goutte d’eau dans la question raciale, estime Wayne Simmonds. Il souhaite simplement que ce soit celle qui fasse déborder le vase.

L’attaquant des Devils du New Jersey, de passage au Centre Bell jeudi, n’a pas mâché ses mots.

« Je te garantis que tous les joueurs de hockey noirs ont déjà été la cible d'une insulte raciale, que ce soit quand ils étaient plus jeunes ou plus tard dans leur carrière. C'est un sujet que les gens n'aiment pas aborder parce que ça les rend mal à l'aise. J'espère que cet incident permettra de mettre la lumière sur ce problème et qu’il aura un impact positif dans le monde du hockey », a dit Simmonds.

Akim Aliu a braqué les projecteurs sur le racisme au hockey en accusant l’un de ses anciens entraîneurs, Bill Peters, actuellement pilote des Flames de Calgary, de l’avoir profondément insulté lorsqu’il jouait dans la Ligue américaine.

Si la LNH a déjà eu à composer avec d’autres actes racistes, comme lorsque des partisans ont lancé une banane sur la patinoire pendant que Simmonds, alors avec les Flyers de Philadelphie, s’élançait en tirs de barrage, rarement avait-on vu un membre influent de la ligue être accusé publiquement.

Cet événement pourrait-il servir d’élément déclencheur à un changement de culture?

« Je l'espère. Vous ne voulez jamais entendre des choses comme ça, c'est très décourageant. Pour les personnes de descendance africaine ou les personnes de couleur, quand quelque chose comme ça se produit avec une personne qui contrôle votre destin, c'est quelque chose qui doit être examiné attentivement », a ajouté l’attaquant originaire de Scarborough, en Ontario.

L’univers du hockey a souvent été taxé d’une certaine forme de conservatisme. Il l’est encore d’ailleurs. Don Cherry a longtemps incarné ce côté, disons, plus traditionnel. Bien qu’il ne s’en soit jamais pris aux Noirs, Cherry a déjà émis des commentaires jugés discriminatoires sur les francophones, les Européens et les femmes.

Au Québec, Jonathan-Ismaël Diaby, un joueur de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), et sa famille ont été intimidés par des partisans en raison de la couleur de leur peau lors d’un match à Saint-Jérôme en mars 2019.

Les exemples d’intolérance sont nombreux et Simmonds assure que plusieurs joueurs craignent encore d’en parler publiquement.

« Il y a toujours quelque chose qui peut se produire, quelqu'un qui dit quelque chose en marmonnant, vous l'entendez. Vous connaissez l'intention de la personne selon le ton qu'il emploie, s'il veut être mesquin. Ça se produit, vous ne pouvez pas y échapper. Cette fois, Akim ne pouvait plus garder ça en dedans », a-t-il conclu.

« Le hockey, c’est pour tout le monde » - P.K. Subban

P.K. Subban n’aime pas revenir sur ses mauvaises expériences personnelles.

Son père, Karl, a abordé la question dans son livre L’équipe Subban : éduquer pour réussir au hockey comme dans la vie paru en 2017, mais son fils préfère ne pas verser dans l’anecdote.

Il attend le début de l'action sur la glace.

P.K. Subban

Photo : Reuters / USA TODAY USPW

Subban connaît bien Akim Aliu. Ce Nigérian a déménagé dans la région de Toronto à l’âge de 7 ans et l’ancienne vedette du Tricolore a croisé son chemin à quelques reprises dans le petit monde du hockey de haut niveau.

« Nos familles se connaissent bien. C’est un bon gars, mais je ne connais pas toute son histoire. Je ne peux donc pas commenter. N’empêche, cette histoire laisse un goût amer dans la bouche de tout le monde. Tout ce qu’on fait doit être axé sur la croissance du hockey », a lancé Subban.

« J’aimerais que mes enfants jouent un jour dans la LNH dans une ligue en santé. Je voudrais que les fils de tout le monde puissent venir dans une ligue qui accepte tout le monde », a-t-il ajouté.

Visiblement, il y a encore du travail à faire avant que son vœu se réalise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports