•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération britannique d'athlétisme lance une enquête sur Alberto Salazar

Chronomètre à la main, il regarde un entraînement.

Alberto Salazar en 2015

Photo : Getty Images / Andy Lyons

Radio-Canada

La Fédération britannique d'athlétisme a lancé une enquête indépendante concernant Alberto Salazar, ancien entraîneur entre autres de Mo Farah, a-t-elle indiqué jeudi. L'entraîneur a été suspendu fin septembre pour quatre ans pour incitation au dopage par l'Agence antidopage américaine (USADA).

L'enquête doit établir si la Fédération britannique d'athlétisme aurait dû stopper la collaboration, de 2011 à 2017, entre l'entraîneur américain de 61 ans et le prodige britannique, quadruple champion olympique et sextuple champion du monde des 5000 et 10 000 m. Des allégations contre les méthodes de Salazar avaient été formulées en 2015 et 2017.

La Fédération britannique d'athlétisme est engluée dans une crise profonde après la démission en octobre de son directeur technique national, Neil Black, après la suspension de Salazar, qu'il avait par le passé qualifié de génie.

Sous le mandat de Black, la Fédération britannique avait embauché l'entraîneur américain en 2013 comme consultant pour son programme d'endurance.

« Notre personnel, nos athlètes et nos entraîneurs montrent un dévouement extraordinaire à ce sport [...] Nous devons nous assurer que nous avançons dans la bonne direction », a insisté le président de la fédération, Chris Clark.

Les résultats de l'enquête menée par l'avocat spécialisé en droit du sport John Mehrzad devraient être rendus l'année prochaine.

Salazar nie les accusations d'abus ou de discrimination dont il fait l'objet par d'anciens athlètes du groupe d'entraînement Nike Oregon Project, reconnaissant cependant un langage dur envers plusieurs d'entre eux. L'ancien entraîneur a aussi fait appel mi-novembre de sa sanction auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !