•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prodigieuse année de Félix Auger-Aliassime

Il serre le poing en guise de satisfaction lors d'un match.

Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Michael Roy

Félix Auger-Aliassime avait la lourde tâche dimanche dernier d’affronter la neuvième raquette mondiale en grande finale de la Coupe Davis, en terrain hostile, à Madrid.

Le Canada entier était rivé sur chacun des coups de la jeune sensation du tennis canadien. Une tâche colossale et une pression énorme sur un jeune homme d’à peine 19 ans.

On oublie parfois qu’il y a un an jour pour jour, Auger-Aliassime était classé 109e à l'ATP.

Retour sur une folle année qui a fait passer le Québécois d’espoir du tennis canadien à vedette de son sport.

Une première de plusieurs finales

Auger-Aliassime avait donné un avant-goût de son grand talent en 2018. Il avait alors participé à ses premiers tournois de l'ATP, avait remporté deux tournois de niveau Challenger et s’était qualifié pour le tableau principal des Internationaux des États-Unis.

En février 2019, grâce à ses récentes performances, il reçoit une invitation au tournoi de Rio de Janeiro et, contre toutes attentes, atteint déjà sa première finale sur le circuit. Cette prouesse lui permet de devenir le premier joueur né en 2000 à intégrer le top 100 mondial.

Il amorcera la semaine suivante au 60e rang mondial.

Le Québécois nous donne un autre aperçu de son grand potentiel lorsqu’il parvient à battre le Grec Stefanos Titsipas au deuxième tour du tournoi d’Indian Wells en mars. Il s’agit de sa première victoire contre un joueur du top 10 mondial.

Il célèbre sa victoire face à Stefanos Tsitsipas à Indian Wells.

Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

La semaine suivante, il se qualifie pour le Masters 1000 de Miami et deviendra le plus jeune demi-finaliste du tournoi. Une performance qui le fera bondir au 33e échelon. En cinq semaines, le jeune homme, alors encore âgé de 18 ans, aura gravi plus de 70 positions au classement.

Après avoir goûté à la médecine de Rafael Nadal au deuxième tour du tournoi de Madrid au début du mois de mai, Auger-Aliassime se présente néanmoins à Lyon quelques semaines plus tard, fort de son statut de quatrième tête de série.

Il se débarrassera de tous ses adversaires en route vers la deuxième finale de sa carrière sur le circuit de l’ATP. Ennuyé par une blessure aux muscles adducteurs subie lors de la demi-finale la veille, il s’incline devant Benoît Paire en grande finale.

Il est assis sur la terre battue du terrain, sa raquette entre les mains.

Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / Adam Pretty

Cette blessure aux muscles adducteurs de la jambe droite viendra hanter le 22e joueur mondial à l’aube du tournoi de Roland-Garros, deuxième arrêt majeur de la saison. Il doit déclarer forfait avant même d’avoir donné un coup de raquette sur la terre battue parisienne.

Néanmoins, ses récents exploits lui valent une pluie d’éloges. Roger Federer affirme qu’Auger-Aliassime est doué, très intelligent et qu’il veut toujours s’améliorer.

Roger Federer compare Félix Auger Aliassime à des grands comme Rafael Nadal

C’est quand même incroyable de le voir grandir si vite, alors qu’il est encore si jeune.

Roger Federer, à propos de Félix Auger-Aliassime

Les succès futurs de Félix Auger-Aliassime ne font aucun doute selon Louis Borfiga, responsable du développement de l'élite à Tennis Canada. « Roland-Garros, il le gagnera un jour, mais on sait que ça n’allait pas être cette année de toute façon », a-t-il dit.

La magie sur le gazon et les éloges

Après un repos forcé de deux semaines en raison de cette blessure, Auger-Aliassime s’attaque à la saison sur gazon, une surface sur laquelle il n’a joué aucun match chez les professionnels.

Faisant fi de ce manque d’expérience, il se rendra jusqu’en grande finale du tournoi de Stuttgart, sa troisième chez les professionnels, mais doit s’avouer vaincu face à l’Italien Matteo Berrettini.

Ils posent avec les trophées de gagnant et de finaliste entre les mains.

Matteo Berrettini et Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / THOMAS KIENZLE

Les éloges ne tarissent toujours pas au tournoi du Queen’s. Il bat Tsitsipas pour une deuxième fois dans l’année. Ce dernier affirme que le Québécois est en mesure de battre les meilleurs du monde.

« Il a toutes les qualités nécessaires pour jouer du grand tennis. Si jamais il a la chance d’affronter [Rafael] Nadal, [Novak] Djokovic ou [Roger] Federer, il va les battre. Je ne serais pas surpris s’il obtenait des victoires contre ces gars. Nous allons le voir dans le top 5. Peut-être pas cette année, mais l’an prochain ou dans deux ans », a déclaré le Grec.

Les commentaires les plus élogieux proviennent de la bouche de John McEnroe. À l’approche du tournoi de Wimbledon, la légende du tennis avance qu’il n’y a aucun doute que le Québécois sera numéro un mondial un jour.

Tous les signes d’un joueur exceptionnel sont déjà là. De tels joueurs n’arrivent qu’une fois tous les 5 ans, tous les 10 ans même, comme un Becker, un Nadal.

John McEnroe, à l'endroit de Félix Auger-Aliassime

Galvanisé par les propos de McEnroe, Félix Auger-Aliassime remporte sa première victoire à Wimbledon chez les professionnels en éliminant son compatriote canadien Vasek Pospisil.

Cette victoire est aussi la première qu'il gagne en disputant un match de plus de trois manches.

« J’adore Félix. Je pense que son approche est très bonne. C’est le joueur le plus mature de son âge que j’ai vu. Il a tellement de potentiel », a dit Pospisil après ce match.

Éliminé du tournoi par le Français Ugo Humbert au troisième tour, Auger-Aliassime explique que « ses nerfs ont lâché. »

En action lors d'un match à Wimbledon

Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Parmi le top 20 mondial

À Montréal, au début du mois d’août, les médias et les partisans de tennis n’en ont que pour le jeune homme qui soufflera ses 19 bougies pendant la Coupe Rogers.

Après une autre victoire contre son compatriote et ami Vasek Pospisil, il profite de l’abandon de Milos Raonic pour se rendre au troisième tour, où il sera battu par un Karen Khachanov en pleine possession de ses moyens.

Malgré tout, Auger-Aliassime deviendra, quelques jours plus tard, le Canadien le mieux classé de l’ATP. Il perce pour la première fois le top 20 mondial.

Dans une reprise de leur match de premier tour l'an dernier aux Internationaux des États-Unis, Félix Auger-Aliassime a été complètement dominé par Denis Shapovalov 6-1, 6-1 et 6-4.

Si Auger-Aliassime avait été contraint à l'abandon à ce même tournoi en 2018 en raison de palpitations cardiaques, cette fois, il n'a trouvé aucune réponse aux attaques de son rival qui l'a emporté en moins de 90 minutes.

Ils se serrent la main au filet après le premier tour aux Internationaux des États-Unis.

Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov

Photo : Getty Images / Matthew Stockman

Le sommet et encore les blessures

En octobre, Stefanos Titsipas parvient enfin à avoir raison d'Auger-Aliassime lorsqu’il le bat au deuxième tour du Masters de Shanghai. Le Québécois poursuit tout de même son ascension et atteint, quelques jours plus tard, le 17e rang mondial, le meilleur classement de sa jeune carrière et le plus haut rang qu’il atteindra au cours de l’année.

Sans le savoir, il venait par contre de disputer son dernier match avant une très longue pause en raison d’une blessure.

Alors qu’il s’échauffe en vue de son match de premier tour à Vienne, il se blesse à la cheville et doit déclarer forfait pour ce tournoi et pour les deux à venir, dont les finales de l’ATP nouvelle génération à Milan.

Il a effectué son retour dimanche dernier en pleine finale de la Coupe Davis face à Roberto Bautista Agut, un match empreint d’émotions pour l'Espagnol dont le père est décédé trois jours plus tôt. La saison du jeune homme de 19 ans a pris fin au match suivant, lors de l’élimination du Canada.

Ça me donne envie de bien travailler pour être encore meilleur l’année prochaine.

Félix Auger-Aliassime

À la suite de cette défaite, c’est Félix lui-même qui a tiré le dernier trait sur une saison inoubliable. « Je regarde l’année en général, c’est très positif, mais avec des moments difficiles dans les derniers mois. J’ai 19 ans, je suis 21e mondial. J’ai encore une grande marge de progrès. Je vais travailler là-dessus et on se reverra l’année prochaine », a-t-il conclu.

Il tiennent le trophée de finaliste à la Coupe Davis.

Le capitaine canadien Frank Dancevic avec Denis Shapovalov et Félix Auger-Aliassime

Photo : Reuters / Sergio Perez

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Tennis

Sports