•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mario Balotelli est la cible de propos racistes… de son président

Le patron de Brescia se défend en parlant « d’une plaisanterie manifestement mal interprétée ».

Il regarde au loin pendant un match de soccer.

Mario Balotelli

Photo : Getty Images / Alessandro Sabattini

Agence France-Presse

« Que se passe-t-il avec Balotelli? Il se passe qu'il est Noir, qu'est-ce que je peux vous dire? Il travaille à s'éclaircir, mais il a beaucoup de difficultés », a lancé lundi Massimo Cellino, le président du club de Brescia, où évolue l'attaquant italien.

Le dirigeant a prononcé cette phrase en marge d'une réunion de la Ligue italienne de football, apparemment sur le ton de la plaisanterie.

Son club a dans la foulée publié un communiqué expliquant qu'il s'agissait « évidemment d'une blague [...] manifestement mal interprétée et prononcée dans le but de dédramatiser une exposition médiatique excessive et de protéger le joueur lui-même ».

Écarté de l'entraînement jeudi par son entraîneur Fabio Grosso, Balotelli n'avait pas été convoqué pour le match perdu 3-0 par son équipe dimanche sur le terrain de l'AS Rome.

Transféré cet été à Brescia, la ville où il a grandi, Balotelli a connu un début de saison compliqué avec deux buts en sept matchs de championnat. Il a par ailleurs été la cible de cris racistes à Vérone, où il est passé tout près de quitter définitivement le terrain.

« Il se passe que, dans le foot, il y a des équipes qui se battent et qui gagnent. Et si nous pensons qu'un joueur seul peut gagner des rencontres, alors nous faisons offense à l'équipe et au football », a par ailleurs estimé Cellino.

« C'est bien de communiquer avec le public, mais peut-être que Balotelli donne plus de poids aux réseaux sociaux qu'à sa valeur sportive. Je l'ai pris parce qu'il fait 1,90 m (6 pi 3 po), que c'est un animal et qu'il a encore l'âge de donner quelque chose au football », a-t-il ajouté.

« Il aurait pu être une valeur ajoutée. Mais en le surexposant, on en a fait un point faible. Si on continue à parler de Balotelli, on lui fait du mal et on s'en fait à nous-mêmes », a encore déclaré le président du club promu, actuellement lanterne rouge de la Serie A.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports