•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le moteur Ferrari à Mexico, c'est le moteur Honda qui fait sourciller à Sao Paulo

Il roule sur le circuit de Sao Paulo.

Max Verstappen au Brésil

Photo : Getty Images / Robert Cianflone

Radio-Canada

Ferrari avait été la cible des soupçons à Mexico, c'est au tour de Honda de devoir soutenir les regards tendancieux de la concurrence au circuit d'Interlagos au Brésil.

La FIA avait émis une directive technique aux équipes, concernant l'utilisation du débitmètre, à Austin au Texas. Voici que la FIA en émet une autre à Sao Paulo à propos de la combustion d'huile.

Les adversaires admettent que l'avantage de Ferrari en ligne droite s'est réduit à Mexico et à Sao Paulo. La première directive technique a-t-elle obligé Ferrari à modifier son groupe propulseur?

« Nous n'avons rien changé, a dit le directeur de Ferrari Mattia Binotto à Sky Sports dans le paddock.

« Ce que nous avons fait, c'est de lire attentivement la directive technique. Mais nous n'avons pas changé notre manière d'utiliser les moteurs, et ce depuis le début de la saison. »

C'est à la demande de Red Bull que la FIA avait émis la première directive, l'équipe autrichienne aurait aimé que Mercedes-Benz intervienne cette fois-ci pour forcer Ferrari à être plus transparente.

« Nous avons fait notre part à Austin, nous aurions aimé que Mercedes-Benz fasse la sienne ici », a dit Helmut Marko, conseiller en F1 pour Red Bull.

À Interlagos, après la séance de qualification, c'est plutôt vers Honda que les regards se sont tournés.

Il est dans un virage.

Max Verstappen (Red Bull) sur le circuit de Mexico

Photo : Getty Images / Mark Thompson

Lewis Hamilton s'est dit surpris par la puissance développée par le bloc de Honda, samedi, en qualification.

« Nous ne nous attendions pas à voir ça ici, a-t-il dit. En plus de ça, ils étaient les plus rapides dans le deuxième secteur, donc ils avaient évidemment le même niveau d'appui, mais davantage de puissance. »

Red Bull et Honda semblent avoir trouvé la combinaison idéale pour tirer le maximum des voitures malgré l'altitude. Cela a été le cas à Mexico, à 2230 mètres. C'est le cas à Interlagos, à 782 mètres d'altitude.

« Red Bull a des voitures faites pour les circuits en altitude », a dit Valtteri Bottas.

À Mexico, Max Verstappen aurait dû obtenir la pole position, n'eût été son erreur de jugement sous drapeau jaune quand Valtteri Bottas a eu son accident.

Voici qu'il réussit à Sao Paulo un tour du chapeau dans la séance de qualification du Grand Prix du Brésil avec les meilleurs chronos en Q1, Q2 et Q3.

Ce qui a provoqué une remarque de Sebastian Vettel dans la rencontre de presse d'après qualification.

« C'est surprenant, a dit Vettel. Pas que Red Bull soit rapide, mais que les voitures soient si rapides en ligne droite, c'est un peu étrange. »

Ses derniers mots, il les a lancés avec un sourire en direction de Verstappen qui avait à Austin accusé Ferrari de tricher pour obtenir plus de puissance de son moteur. Mais Hamilton a saisi la balle au bond.

« C'est super qu'un autre motoriste construise de bons moteurs, c'est bon pour le sport, a-t-il dit. Mais je ne comprends pas bien [comment Honda est si performant]. »

Le directeur technique de Mercedes-Benz James Allison croit avoir la réponse. « Nous devons en conclure que Honda tire son avantage de ses systèmes électriques », a affirmé l'ingénieur britannique.

La performance du groupe propulseur nippon viendrait de l'efficacité de ses systèmes de récupération d'énergie cinétique (MGU-K) et thermique (MGU-H), qui ne seraient pas touchés par l'altitude.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Course automobile

Sports