•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'espoir du Canadien Rafaël Harvey-Pinard trouve ses repères à Chicoutimi

Il attend la reprise du jeu.

Rafaël Harvey-Pinard

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Olivier Tremblay

Le Canadien de Montréal va bien ces temps-ci… à Chicoutimi. Au 1er rang des pointeurs des Saguenéens de la LHJMQ, on trouve un choix du Tricolore en 2018, Samuel Houde. Tout juste derrière lui, un autre espoir du CH : Rafaël Harvey-Pinard. Mais ce dernier a dû sortir d’une courte torpeur.

Choix de septième tour en 2019 au vénérable âge de 20 ans, Harvey-Pinard était membre des Huskies de Rouyn-Noranda couronnés champions de la Coupe Memorial. On l'a échangé ensuite à l’équipe de sa région natale. Il a suivi le repêchage de la LNH depuis la maison familiale, où il a réélu domicile. On l’a nommé capitaine avant même qu’il joue une rencontre avec le club de son enfance. Tout pour se sentir à l’aise.

Il fallait cependant sauter sur la patinoire. Et celle du Centre Georges-Vézina est plus large de 4,5 m (15 pi) que les autres surfaces de la LHJMQ.

Pire, comme le faisait récemment remarquer Harvey-Pinard au Quotidien de Chicoutimi : celle de l’Aréna Iamgold, à Rouyn, est la plus petite de la ligue. Les Huskies jouent sur une patinoire moins longue de 3 m (10 pi) par rapport aux autres. Bonjour l’adaptation.

Résultat : Harvey-Pinard a inscrit deux aides à ses six premiers matchs avec les Sags. Le jeune homme n’a pas voulu rejeter la faute sur la patinoire. On sent qu’il cherche à éviter les excuses faciles. Mais il reconnaît que la transition a été rude.

« Sérieusement, même si on m’en parlait, je ne m’attendais vraiment pas à ce que ce soit une si grosse différence entre les deux patinoires, explique-t-il à Radio-Canada Sports en entrevue téléphonique. J’avais mes repères sur une glace plus petite. Dans les moments de stress, je n’avais pas besoin de regarder pour lancer au but, tandis qu’ici, l’écart entre la bande et le but est beaucoup plus grand. Il ne faut pas oublier non plus l’aspect énergie et cardio : ça demande plus de coups de patin. »

Il observe le jeu.

Rafaël Harvey-Pinard a participé au dernier camp des recrues du Canadien.

Photo : Twitter/Canadien de Montréal

Rénovations obligent, les Saguenéens n’ont pas eu accès au Centre Georges-Vézina pour leur préparation avant la saison. Harvey-Pinard a participé à deux matchs préparatoires à Arvida et à Roberval avant son départ pour le camp des recrues du Tricolore – avec son coéquipier Houde et le gardien invité Alexis Shank –, du 5 au 10 septembre dernier, après quoi il est rentré au bercail.

Toujours pas d’entraînement sur la grande patinoire, par contre, et les Saguenéens ont amorcé la saison avec quatre parties sur la route. « RHP » a commencé à récolter des mentions d’aide à Chicoutimi lors des deuxième et troisième matchs qui y ont été disputés cet automne. Il n’a cependant trouvé le fond du filet qu’à la mi-octobre. Les repères n’étaient plus les mêmes.

« J’ai eu un seul entraînement au centre Georges avant d’y jouer, a rappelé Harvey-Pinard. J’avais déjà joué sur la patinoire du centre Georges, même en séries [en 2017]. Mais ce que j’ai remarqué, c’est que, quand tu ne joues qu’une partie ici, ça passe vite et tu ne t’en rends pas vraiment compte. C’est quand tu y joues tout le temps que là, tu te dis que ça fait une différence. »

Il y a eu plusieurs occasions où je tentais simplement un lancer, et ça arrivait trois pieds à gauche du but.

Rafaël Harvey-Pinard

Les attentes élevées à Chicoutimi

Malgré ses lents débuts, le capitaine des Saguenéens a inscrit 23 points en 20 matchs. La moitié de ces points (ou presque), il les a récoltés en neuf rencontres à Chicoutimi.

À titre de capitaine, il est au cœur des grands plans des Sags pour cette saison de tous les espoirs. Le dernier « trophée » des Chicoutimiens est une participation à la Coupe Memorial comme finalistes malheureux de la LHJMQ en 1997. Ils n’ont rien gagné sur la grande patinoire, même si la toute première saison de l’équipe sur cette surface devait en être une mémorable.

En 2002, le domicile des Saguenéens subit une cure de rajeunissement. Pierre-Marc Bouchard vient d’inscrire 140 points en 69 matchs. C’est le joueur de l’année au Canada. Au Saguenay, on se frotte les mains à l’idée de voir Bouchard à l’œuvre sur la nouvelle et vaste aire de jeu.

Cet été-là, le Wild du Minnesota a repêché Bouchard au 8e rang au total. L’attaquant a convaincu le club de lui faire une place. Il ne jouera jamais de match sur cette grande patinoire. Les Saguenéens chutaient de la 1re à la 3e position dans leur division et s’arrêtaient une nouvelle fois en huitièmes de finale. Les partisans de cette époque attendent encore l’équipe qui les fera rêver.

Ils prennent la pose.

Samuel Houde et Rafaël Harvey-Pinard

Photo : Twitter/Saguenéens de Chicoutimi

« On a parlé [des attentes] au début de l’année. Et, pour nous, c’est vraiment important de ne pas faire attention à cette pression-là. On veut vraiment y aller un match à la fois et ne pas voir trop loin. C’est quand tu te mets toi-même cette pression sur les épaules que ça devient difficile à supporter. C’est là que tu commences à jouer de manière nerveuse. On essaie d’éviter ça. »

Pour l’instant, les fidèles des Bleus ont de quoi se réjouir. Les Saguenéens sont au 2e rang de l’Est. Leur attaque fonctionne au rythme de près de quatre buts par match, et l’équipe forme l’une des meilleures défenses du circuit Courteau.

Harvey-Pinard pourrait bien bientôt s'approcher du top 20 des pointeurs de la LHJMQ. S’il poursuit sa route, son objectif de participer au « vrai » camp du Canadien serait atteignable l’an prochain.

« Tranquillement pas vite, ça va de mieux en mieux, souligne-t-il. Je suis en train de développer une très bonne chimie avec mes coéquipiers. Je suis satisfait de ce qu’on fait actuellement. Mon objectif demeure de m’améliorer match après match, et c’est le cas depuis le début de la saison. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports