•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cavalière canadienne Nicole Walker provisoirement suspendue pour dopage

Elle réalise un saut avec sa monture.

Nicole Walker

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

La Presse canadienne

La participation du Canada au saut d’obstacles des Jeux olympiques de 2020 est en péril en raison d’un contrôle antidopage positif aux Jeux panaméricains.

La cavalière canadienne Nicole Walker a été provisoirement suspendue par la Fédération équestre internationale (FEI), car un test réalisé aux Jeux de Lima, au Pérou, a révélé la présence d’un métabolite de la cocaïne dans son organisme.

Après sa 4e place au concours individuel avec sa monture Falco van Spieveld, Walker a aidé le Canada à se qualifier pour l’épreuve par équipe de l’été prochain, à Tokyo, avec une autre 4e position.

L’Ontarienne de 26 ans a été déclarée positive à la benzoylecgonine après un contrôle antidopage effectué le jour de la finale de l’épreuve par équipe des Jeux panaméricains, le 7 août dernier, a expliqué la FEI dans un communiqué publié mardi.

« Je n’utilise jamais de drogues illégales, jamais, a soutenu Walker dans un autre communiqué. Ces résultats m’ont abasourdie et atterrée. Que ce soit au Pérou ou dans quelque autre contexte de compétition, je suis toujours parfaitement au courant des possibilités qu’on me fasse subir un test, et je n’entrerais jamais en contact avec quelque substance que ce soit qui pourrait donner un résultat positif. »

« Mes coéquipiers canadiens, mon équipe à l’écurie, nos chevaux et moi avons consacré notre vie à notre objectif olympique. Et je ne ferais jamais quoi que ce soit qui pourrait ruiner cela pour mes coéquipiers ou moi-même », a-t-elle poursuivi.

Le chef d’équipe Mark Laskin a indiqué à La Presse canadienne que l’équipe n’a pas encore été disqualifiée des Jeux panaméricains. Cette décision ne peut pas tomber tant que Walker n’est pas entendue au comité de discipline des sports panaméricains. La cavalière peut également demander à un tribunal de la FEI de lever la suspension provisoire.

Selon Laskin, un maté de coca péruvien pourrait avoir entraîné le contrôle antidopage positif. La coca et les feuilles de coca sont illégales au Canada, mais on consomme le maté de coca de manière tout à fait légale dans plusieurs pays sud-américains.

Les coéquipiers de Walker à Lima, l’Ontarienne Eryn Ballard, l’Albertaine Lisa Carlsen et le Québécois Mario Deslauriers, ont tous exprimé leur soutien envers elle dans un communiqué. Les cavaliers Ian Millar et Éric Lamaze ont aussi fait part de leur appui à Walker.

Canada Équestre, dans un communiqué, a souligné qu’elle « respecte fermement les principes du sport propre ».

« Nous croyons également qu’il est de notre devoir d’appuyer nos athlètes, c’est pourquoi Nicole pourra compter sur notre plein soutien tout au long de ces moments difficiles, a ajouté l’organisation. Canada Équestre collaborera étroitement avec Nicole et ses conseillers juridiques afin de déterminer les prochaines mesures qu’il convient de prendre. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Sports équestres

Sports