•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Don Cherry congédié : « bon débarras », lance Denis Coderre

Gros plan de son visage

Don Cherry

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Radio-Canada

« Bon débarras. » Voilà comment a réagi, mardi au micro de Tout un matin, l'ancien ministre libéral fédéral et ancien maire de Montréal Denis Coderre au congédiement par Sportsnet de Don Cherry.

Vedette du segment Coach’s Corner présenté depuis 1982 dans le cadre de Hockey Night in Canada, le chroniqueur de 85 ans a perdu son emploi lundi, deux jours après ses propos controversés sur les nouveaux immigrants.

Denis Coderre connaît bien le personnage et ne s'est jamais gêné pour le critiquer. En 2004, quand il était ministre responsable de la Francophonie, il avait partagé son indignation de voir l'analyste accuser les joueurs francophones et européens de se « cacher » derrière leur visière.

« Je trouve ça abject. Et puis moi, je suis blessé, avait-il dit. Il faut arrêter de continuellement entrer dans ce genre de stéréotypes. »

L'ancien homme politique salue la décision de Sportsnet de le congédier.

C’est un mélange de enfin et de bon débarras. Ce qui m’a toujours horripilé, c’est qu’il en a dit des niaiseries dans sa vie ce gars-là. Il me semble qu’à la CBC, on aurait pu sacrer un gars dehors pour moins que ça. C’est un peu hypocrite, même de la part de Sportsnet, de la façon dont ils l’ont fait. C’était un peu à pas feutrés. Il est parti, tant mieux.

Denis Coderre, ancien ministre fédéral et ancien maire de Montréal

Denis Coderre reproche aussi à l’animateur Ron MacLean, acolyte de Don Cherry à Coach's Corner, d’avoir laissé passer des propos sans broncher.

« Il a raté l’occasion de lui planter le clou. Ça fait un peu deux poids, deux mesures. Avec toutes les niaiseries qu’il (Cherry) a dites… Il a été misogyne. Il a sorti des propos racistes. Ça n’a pas de bon sens. Il peinturait large », ajoute M. Coderre.

Après avoir rappelé que Don Cherry avait été accueilli en grande pompe aux Communes par le gouvernement conservateur de Stephen Harper, Denis Coderre a indiqué ne pas comprendre l’admiration que lui voue une partie de la population canadienne.

« J’ai été député ou ministre fédéral durant 16 ans. Ce n’est pas vrai que je vais dire que le reste du Canada pense de la même façon. Ça serait réducteur. Oui, c’est un ami de Rob Ford, un grand ami de Stephen Harper et de toute cette droite populiste fatigante », lance-t-il.

On a des extrémistes de part et d’autre. Chaque fois que l’on tient des propos de cet ordre, que ce soit en français ou en anglais, il faut les conspuer. Que ce soit contre l’un des peuples fondateurs, contre les femmes ou contre les immigrants, ce genre de propos n’a pas sa place.

Denis Coderre

« Je ne comprends pas. Il fait partie des 10 plus grands Canadiens de l’histoire [selon un vote populaire organisé par CBC en 2004, NDLR]. Il était no 7. Ça ne va pas bien quand on le place au même niveau que l’inventeur de l’insuline! Et en plus, il ne s’excuse pas », renchérit M. Coderre.

Denis Coderre s’interroge encore aujourd’hui sur les raisons qui ont fait que CBC n’a pas congédié Cherry quand elle en a eu l’occasion quand elle avait les droits des matchs de la LNH et menait le navire de Hockey Night in Canada.

« Tu ne peux pas dire n’importe quoi en invoquant la liberté d’expression », insiste-t-il.

L'ex-maire de Montréal sourit à la caméra devant un micro dans un studio de radio.

Denis Coderre

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Denis Coderre met aussi un bémol au sujet de cette pétition mise en ligne pour exiger le retour en ondes de Don Cherry.

La population canadienne est de quoi… 34 millions maintenant? On va être relatif. Je n’ai pas à montrer du doigt les 68 000 [le chiffre a grimpé depuis, NDLR] qui l’ont signée, mais je pense que la vaste majorité des gens sont d’accord [avec le congédiement de Cherry, NDLR]. L’intolérance et les propos incendiaires de ce type n’ont pas leur place ni dans une radio publique ni en ondes, point.

Denis Coderre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports